Nigelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nigella orientalis - Muséum de Toulouse

Les nigelles sont des plantes herbacées annuelles au feuillage finement découpé de la famille des Renonculacées, appartenant au genre Nigella (du latin « nigella » lui-même de « niger » signifiant noir[1] en référence à la couleur des graines des espèces de ce genre). Il en existe une vingtaine d'espèces, toutes originaires d'Eurasie. Certaines étaient autrefois consommées (graines comme épices), ou le sont encore dans certains pays d'Orient (ex. Turquie) ou cultivées comme espèces ornementales.

Histoire[modifier | modifier le code]

La nigelle est cultivée depuis l'antiquité, son nom (nielle ou nigelle) est cité dans la Bible[2].


NIGELLE ou Nigella était présenté en 1827 par le Dictionnaire classique d'histoire naturelle [3] comme suit :

« Genre de la famille des renonculacées, tribu des Helléborées et de la Polyandrie Polygynie.L., qui présente les caractères suivants : calice à cinq sépales colorés, pétaloïdes, étalés et caducs; pétales dont le nombre varie de cinq à dix, petits, bilabiés, à onglet fovéolé, nectarifère; étamines nombreuses; cinq à six ovaires plus ou moins soudés par la base, terminés par autant de styles longs et simples; capsules plus ou moins soudées entre elles, terminées en bec par l'allongement et la persistance des styles, déhiscentes parleur côté interne, renfermant plusieurs graines dont l'embryon est linéaire. Les Plantes qui composent ce genre étaient nommées Melanthium par les anciens. Tragus et C. Bauhin se servirent les premiers du mot Nigella, qui fut adopté par Tournefort et Linné; le nom de Melanthium fut alors appliqué à des végétaux fort différens. Le genre Nigella de Linné fut partagé par Mœnch (Meth. Plant., 311 et 313) en deux, sous les noms de Nigellastrum et Nigella; mais ce groupes n'ont été considérés que comme des sections génériques par De Candolle (Syst. veget. nat., 1, p. 326) ;. Les Nigelles sont des herbes annuelles, un peu glabres.
De leur racine grêle et pivotante s'élève une tige droite, rameuse, qui porte des feuilles extrêmement découpées, à segments capillacés. Les fleurs sont solitaires au sommet des tiges et des rameaux. Les capsules sont couvertes de points calleux ou de glandes; elles contiennent des graines noires (d'où le nom générique), douées d'une odeur et d'une saveur acre aromatique, et conséquemment usitées comme condiment populaire.
On a décrit une douzaine d'espèces de Nigelles, que De Candolle a réparties en deux sections. La première (Nigellastrum) est caractérisée par ses sépales jaunâtres, ses étamines nombreuses, disposées en une simple série, ses capsules comprimées, soudées surtout par la base, et ses graines planes, orbiculaires. Elle renferme trois espèces qui croissent dans le Levant, savoir : Nigella orientalis, L. , ou Nigellastrum flavum, Mœnch; N. corniculata, D.C. ; N. ciliaris, D.C.
La seconde section (Nigella) se distingue de la précédente par ses sépales blancs ou bleus; par ses étamines disposées sur plusieurs rangées en huit ou dix phalanges, comme dans l'Aquilegia; par ses capsules à peine comprimées, soudées entre elles jusqu'à leur milieu ; enfin, par ses graines ovées ou anguleuses. Huit espèces, toutes indigènes des contrées qui forment le bassin de la Méditerranée, composent cette section. Nous ne mentionnerons que les plus remarquables.
La Nigelle d'Espagne, Nigella hispanica, L.; Desf., Fl. atlant.; Botan. Magaz., tab. 1265, est une plante très-glabre, dont la tige épaisse et anguleuse s'élève à plus d'un pied. Les lobes de ses feuilles sont moins linéaires que ceux du N. arvensis, et ses fleurs sont de la grandeur de celles du N. damascena; mais elles sont dépourvues d'involucre. Ces fleurs varient pour la couleur ; On en trouve de bleues, et de blanches qui passent au jaunâtre par la dessiccation. Cette espèce croît en Espagne et dans la Barbarie.
La Nigelle des champs, Nigella arvensis, L., Bulliard, Herb., tab. 126, est une jolie petite plante qui croît en abondance dans les moissons de l'Europe, de la Barbarie et de l'Orient. Elle est très variable sous le rapport de la couleur et de la multiplicité des rangées et des sépales.
La Nigelle cultivée, Nigella sativa, L., a des fleurs d'un bleu clair cendré, grandes, solitaires, terminales, non involucrées. Elle est surtout remarquable par ses graines oléagineuses, dont la saveur est acre, piquante, analogue à celle du poivre. On les emploie comme épices, pour assaisonner certains mets ; de là le nom de toute épice qui leur été donné. Cette espèce croît dans l'Europe méridionale, et varie beaucoup, de même que la Nigelle des champs.
La Nigelle de Damas, Nigella damascena, L., Lamk., Illustr., tab. 488, se distingue facilement à son involucre polyphylle, capillacé, situé immédiatement au-dessous de la fleur et l'enveloppant complètement. C'est la plus belle plante du genre, et on la cultive dans tous les jardins, où elle offre un grand nombre de variétés. Elle est originaire de toute la région méditerranéenne, depuis le Portugal jusqu'au-delà de la mer Noire »
[4].

Principales espèces[modifier | modifier le code]

Utilisation[modifier | modifier le code]

La graine et l'huile de nigelle sont très appréciées, en particulier des musulmans, selon qui cette plante serait une panacée. Selon un hadith, le prophète de l'islam Mahomet a dit: « Soignez-vous en utilisant la graine de nigelle, c'est un remède contre tous les maux à l'exception de la mort[5]. »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Wiktionary

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. de l'article niger du wiktionnaire francophone
  2. Parabole du cultivateur (Esaïe 28,23-29)
  3. Audouin Isid Bourdon & al. sous la direction de Bory de Saint-Vincent le Dictionnaire classique d'histoire naturelle (in Volume 11 BO-NSO Par (Jean Baptiste Geneviève Marcellin, M.), Paris, Ed : Rey et Gravier & Baudouin-frères éditeurs
  4. Livre ancien numérisé Google (voir page 563 et suiv.)
  5. La Science légiférée