Nieuport 23

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Nieuport 23 Su-27 silhouette.svg
RMM Brussel Nieuport 23.JPG Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : France Nieuport
Rôle Avion de chasse
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Le Rhône 9Jb (en)
Nombre 1
Puissance unitaire 120 ch
Dimensions
Envergure 8,20 m
Longueur 6,40 m
Hauteur 2,40 m
Surface alaire 14,8 m2
Masses
À vide 355 kg
Maximale 574 kg
Performances
Vitesse maximale 168 km/h
Plafond 6 500 m
Vitesse ascensionnelle 348 m/min
Armement
Interne 1 mitrailleuse Vickers calibre .303 fixe tirant vers l'avant

Le Nieuport 23 était un avion de chasse produit en France durant la Première Guerre mondiale[1],[2].

Conception[modifier | modifier le code]

Il s'agissait d'un développement du Nieuport 17 réalisé afin de pallier les faiblesses de structure de ce dernier, et la plupart furent motorisée avec une version allégée du Le Rhône 9J (en) qui équipait déjà le Nieuport 17[3], et offrait un meilleur rapport poids/puissance. La différence principale entre les modèles 17 et 23 était le longeron de l'aile supérieure[3]. Cependant cette modification ne fut pas satisfaisante et lorsque le chasseur afficha un taux d'accident inacceptablement haut en raison du déchaussement des ailes en vol[4], le Général chef du service aéronautique ordonna que soit les ailes furent renforcés, soit que ce modèle fut retiré du service[3]. Cent cinquante nouveaux lots d'ailes furent donc commandés pour permettre au Nieuport 23 de continuer à voler[3]. L'appareil se vit également doter d'un meilleur carénage de la partie avant du fuselage par rapport à son prédécesseur[5] et d'une mitrailleuse synchronisée montée sur le fuselage, tirant à travers l'hélice[1],[3]. Les Nieuport 23 commandés pour le Royal Flying Corps britannique furent cependant équipés avec de mitrailleuses placées sur l'aile supérieure, comme cela était déjà le cas pour Nieuport 17[3].

Une version d'entraînement fut produite sous le nom Nieuport 23 École (ou Nieuport 21/23) avec un moteur Le Rhône de 80 ch[3].

Un Nieuport 23 est conservé au Musée royal de l'armée et de l'histoire militaire de Bruxelles[6].

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la Russie Russie
Produit sous licence par Dooks (en).
Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Taylor 1989, 697
  2. The Illustrated Encyclopedia of Aircraft, 2598
  3. a, b, c, d, e, f et g Sanger 2002, 49
  4. Bruce 1990, 22
  5. Kowalski 2003, 18
  6. Site web du Musée royal de l'armée et d'histoire militaire

Références[modifier | modifier le code]

  • J.M. Bruce, Nieuport 17, Berkhamsted, Albatros Publications,‎ 1990
  • (en) The Illustrated Encyclopedia of Aircraft, London, Aerospace Publishing
  • Tomasz J. Kowalski, Nieuport 1–27, Lublin, Kagero,‎ 2003
  • Ray Sanger, Nieuport Aircraft of World War One, Ramsbury, Crowood,‎ 2002
  • Michael J. H. Taylor, Jane's Encyclopedia of Aviation, London, Studio Editions,‎ 1989
  • (en) « Avion Nieuport 23C.1 (France, 1915) (N-5024) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Musée Royal de l'Armée et d'Histoire Militaire website. Consulté le 2008-12-11