Niels Peter Lemche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Niels Peter Lemche (né le 6 septembre 1945 - ) est professeur au Département d'Éxégèse Bibliste à l'université de Copenhague spécialiste de l'histoire de l'Israël antique, d'Ancien Testament et d'Archéologie.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1971, Lemche obtient sa licence de théologie à l'université de Copenhague et y débute une longue carrière. De 1972 à 1978 il occupe diffèrents postes jusqu'à l'obtention de son agrégation. En 1985, il obtient son doctorat en théologie sur le thème de l'Israël antique, sujet qui, trois décennies plus tard, l'intéresse toujours[1]. En 1987 Lemche fonde, avec Knud Jeppesen, le Journal Scandinave d'Ancien Testament (Scandinavian Journal of the Old Testament), publication dont il est le rédacteur en chef jusqu'à ce jour[2]. En 1987 il devient professeur d'exégèse d'Ancien Testament à la Faculté de Théologie dont il est vice-doyen de 1993 à 1999[1].

Travaux[modifier | modifier le code]

Lemche est étroitement associé avec le mouvement minimaliste (école de Copenhague) dont il "a assumé le rôle de porte parole philosophique et méthodologique"[3]. Charles David Isbell voit en Lemche une tentative de démonter et de discréditer la méthode historico-critique en questionnant l'attribution des bourses accordées aux étudiants d'Ancien Testament[4]. Lemche écrit lui même que "ce qu'on appelle l'école historico-critique a créé un univers surnommé "ancien Israël" qui domine le champ des études bibliques depuis deux cent ans"[5]. Il soutient que l'"ancien Israël" est le produit de la communauté juive "des époques perses et plus spécialement des périodes hellénistiques et romaines"[6]. En commun avec la tendance moderne de la recherche, Lemche identifie les périodes perses et hellénistiques (du Vème au IV siècle avant J.C.) comme le cadre le plus approprié dans la recherche des dates de compositions des textes bibliques. Il affirme que cette seule période explique l'univers mental de la plupart des textes de l'Ancien Testament et "probablement toute son historiographie"[3].

Lemche considère que les traditions narratives de l'histoire d'Israël que contient la Bible ont été couchées trop tard pour être utilisées dans une reconstruction historique. Son histoire alternative, entièrement basée sur les faits archéologiques peut être résumée comme suit : depuis au moins la première moitié du 14ème siécle avant J.C., les Hauts Plateaux ont été l'habitat des Apirou, "des éléments en marge de la société...regroupant des paysans fugitifs non libres et des scribes issus des Cité-États des plaines et des vallées de Canaan vivant comme un groupe de maraudeurs hors-la-loi". Lorsque de nouvelles installations apparaissent sur les Haut-Lieux un siècle plus tard, au début de l'Âge de Fer, il y a, à l'évidence, parmi ces même groupes, des signes de l'émergence d'une nouvelle structure politique. Le fer, dans ces campements, atteste le retour de ces groupes à des formes de vies agricoles et le début d'un processus de re-tribalisation. Israël, dans ce schémas, est le produit final de cette évolution. La théorie de Lemche a beaucoup en commun avec celle d'Israël Finkelstein et participe à une réévaluation de l'opinion publique concernant l'historicité de la Bible[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Early Israel: Anthropological and Historical Studies on the Israelite Society Before the Monarchy" (Brill, 1986)
  • "Ancient Israel: A New History of Israelite Society" (Continuum International Publishing Group, 1988)
  • "The Canaanites and Their Land: The Tradition of the Canaanites" (Sheffield Academic Press, 1991)
  • "The Israelites in History and Tradition" (Westminster John Knox Press, 1998) ISBN 0-664-22075-4
  • "Prelude To Israel's Past: Background & Beginnings Of Israelite History & Identity" (Hendrickson Publishers, 1998)
  • "Historical Dictionary of Ancient Israel" (The Scarecrow Press, 2003)
  • "The Old Testament Between Theology and History: A Critical Survey" (Westminster John Knox Press, 2008)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens extérieurs[modifier | modifier le code]

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Niels Peter Lemche » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Det Teologiske Fakultet, Copenhagen. Consulté le 25 novembre 2012
  2. Niels Peter Lemche, « SJOT after Twenty Five Years », Scandinavian Journal of the Old Testament, vol. 25, no 1,‎ 2011, p. 1–2
  3. a et b Ziony Zevit, "Three Debates About Bible and Archaeology", Biblica, Biblica 83 (2002) 1-27
  4. Charles David Isbell, « A review of Niels Peter Lemche's The Old Testament Between Theology and History: A Critical Survey »,‎ juin 2009 (consulté le 25 novembre 2012)
  5. Niels Peter Lemche, « On the Problem of Reconstructing Pre-Hellenistic Israelite (Palestinian) History », Journal of Hebrew Studies,‎ 2000 (consulté le 25 novembre 2012)
  6. Niels Peter Lemche, « Writing Israel out of the History of Palestine »,‎ octobre 2012 (consulté le 25 novembre 2012)
  7. Lemche's Evolutionary Israel, in John J. Bimson, "The Origins of Israel in Canaan"

Source[modifier | modifier le code]