Basse-Saxe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Niedersachsen)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Cercle de Basse-Saxe

52° 45′ 22″ N 9° 23′ 35″ E / 52.756111111111, 9.3930555555556 ()

Basse-Saxe
Niedersachsen
Armoiries
Armoiries
Drapeau
Drapeau
Localisation de la Basse-Saxe (en vert foncé) à l'intérieur de l'Allemagne
Localisation de la Basse-Saxe (en vert foncé) à l'intérieur de l'Allemagne
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Capitale Hanovre
Ministre-président Stephan Weil (SPD)
ISO 3166-2 DE-NI
Démographie
Population 7 792 000 hab. (30/10/13)
Densité 164 hab./km2
Rang 4e
PIB (2006)

PIB/hab.
197,094 Md € (5e)

25 300 € (10e)
Géographie
Superficie 4 763 490 ha = 47 634,90 km2
Rang 2e
Politique
Parti(s) au pouvoir SPD et Grünen
Landtag
CDU
SPD
Grünen
FDP
Total

54
49
20
14
137
Nombre de voix
au Bundesrat
6
Liens
Site web niedersachsen.de

La Basse-Saxe (en allemand Niedersachsen) est un Land du nord-ouest de l'Allemagne. Constitué en 1946, il correspond à la partie occidentale de la Saxe historique. C’est le deuxième Land en termes de superficie et le quatrième en termes de population.

Territoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la Basse-Saxe couvre 47 635 km² ; c'est après la Bavière le Land le plus étendu de la République fédérale. Il est bordé au nord par la mer du Nord et le Schleswig-Holstein, à l’est par le Mecklembourg et la Saxe-Anhalt, au sud par la Hesse et la Thuringe, à l'ouest par la Rhénanie-du-Nord-Westphalie et les Pays-Bas.

Les villes principales sont :

Le Land de Brême forme deux enclaves dans celui de Basse-Saxe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire a toujours été occupé par des peuplades germaniques, c'est le pays d'origine des Saxons, d'où son nom.

À 20 km au nord-est d'Osnabrück, à Kalkriese, aurait eu lieu la bataille de Teutoburg qui mit fin à l'expansion romaine vers le nord. En effet, le chef des chérusques, Arminius y aurait écrasé les légions romaines de Varus en l'an 9. Certains y voient plutôt le site de la bataille de Pontes longi en 15 après J.-C.

Le congrès de Vienne regroupa les territoires formant l’actuelle Basse-Saxe en quatre États indépendants : le royaume de Hanovre (gouverné en union personnelle par la dynastie régnante du Royaume-Uni depuis 1714), le grand-duché d'Oldenbourg, le duché de Brunswick et la principauté de Schaumbourg-Lippe.

En conséquence de la guerre austro-prussienne de 1866, la Prusse occupa et annexa le royaume de Hanovre et en forma une province. Les révolutions de 1918 transformèrent les autres États en républiques. L'ancien comté de Pyrmont appartenant à la République de Waldeck fut rattaché en 1922. En 1937, la province de Hanovre échangea quelques territoires avec la ville libre et hanséatique de Hambourg : Cuxhaven revint à la province de Hanovre qui céda en outre la ville de Harburg à Hambourg. En 1941, les limites entre Brunswick et Hanovre furent modifiées.

Les limites des zones d'occupation coupèrent quelques exclaves orientales et le canton de Neuhaus sur la rive droite de l'Elbe, qui restèrent en dehors de la zone britannique. Les exclaves devinrent parties de la Saxe-Anhalt, le canton de Neuhaus revint au Mecklembourg. L'arrondissement du comté de Schaumburg, une exclave de la province de Hesse-Nassau, qui fut majoritairement occupée par les Américains, fut intégré à la province de Hanovre.

En 1946, l'administration britannique unifia la province de Hanovre avec les Länder de Brunswick, d'Oldenbourg et de Schaumburg-Lippe et en forma la Basse-Saxe.

La Constitution provisoire de la Basse-Saxe fut promulguée le 13 avril 1951 et entra en vigueur le 1er mai suivant.

En 1974, un plébiscite demanda le rétablissement d'Oldenbourg et Schaumburg-Lippe comme Länder indépendants. Néanmoins, une loi fédérale du 9 janvier 1976 les intégra définitivement à la Basse-Saxe.

Par traité de mars 1993, le Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale rendit le canton de Neuhaus à la Basse-Saxe le 30 juin 1993.

En conséquence de la Réunification, le Landtag élabora une constitution définitive qui fut promulguée le 19 mai 1993 et entra en vigueur le 1er juin suivant.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La Basse-Saxe constitue le deuxième Land le plus vaste et le quatrième plus peuplé d'Allemagne.

Il dispose des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.

Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement régional (Landesregierung), qui siège à Hanovre et est dirigé par le ministre-président (Ministerpräsident), à l'heure actuelle le social-démocrate Stephan Weil.

Le pouvoir législatif est détenu par le Landtag, qui siège à Hanovre. En principe, il comprend cent trente-cinq députés, élus pour un mandat de cinq ans au scrutin proportionnel mixte. La majorité est actuellement détenue par le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) et l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen).

Histoire politique[modifier | modifier le code]

À l'inverse de la Bavière ou de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, la Basse-Saxe n'a jamais constitué un fief pour l'un des deux grands partis d'Allemagne. Avec le Bade-Wurtemberg, c'est même le seul Land à avoir eu un ministre-président issu d'une autre formation que la CDU ou le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).

Gouverné à plusieurs reprises par « grandes coalitions », ou de larges alliances, jusqu'en 1970, elle n'a depuis eu que des gouvernements politiquement homogènes. À quatre reprises, le Landtag a même connu des situations de majorité absolue.

L'histoire politique du Land a connu un rebondissement jamais vu ailleurs dans le pays. En 1976, le social-démocrate Alfred Kubel, démissionne après seulement six années au pouvoir. Sa coalition avec le FDP dispose alors d'un siège d'avance sur la CDU. Pourtant, le Landtag finit par accorder l'investiture à Ernst Albrecht, candidat chrétien-démocrate qui inaugure ainsi quatorze années de mandat, dont huit avec une majorité absolue.

En 1990, Gerhard Schröder, ancien député fédéral et qui a déjà fait trembler Albrecht en 1986, arrache la victoire grâce à une alliance avec Les Verts. Troisième coalition de ce genre en Allemagne, elle est la première à aller au bout de la législature. En 1994, puis 1998, Schröder décroche la majorité absolue, égalant le record de son prédécesseur.

Schröder devenu chancelier fin 1998, Gerhard Glogowski le remplace mais doit rapidement démissionner, au profit de Sigmar Gabriel. Celui-ci est sévèrement battu, en 2003, par le chrétien-démocrate Christian Wulff, qui confirme sa majorité, avec le FDP, en 2008. Il devient président fédéral deux ans plus tard et cède le pouvoir à David McAllister, benjamin des ministre-présidents allemands. Le Land est alors le seul à avoir eu deux ministre-présidents aux deux plus hautes charges de l'État fédéral.

Aux élections de 2013, McAllister, victime du vote utile en faveur des libéraux, voit sa coalition battue d'un siège seulement par celle emmenée par le social-démocrate Stephan Weil, bourgmestre de Hanovre.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population de la Basse-Saxe est de 7,5 millions d’habitants.

93 % des habitants parlent l’allemand standard. Le bas saxon (Plattdeutsch), un dialecte historique de l’allemand ayant statut de langue officielle, reste très répandu dans les campagnes du nord du Land et compterait 6 millions de locuteurs actifs en Allemagne du Nord[1] (y compris le Schleswig-Holstein). Deux mille habitants parlent le frison oriental, langue anglo-frisonne passablement distincte du bas saxon, en voie d'extinction ; ils vivent dans l’arrondissement de Cloppenburg situé dans le nord-ouest du land près de la frontière avec les Pays-Bas. Les Frisons du Land ne se considèrent même pas comme une « minorité nationale », mais comme un groupe ethnique particulier exprimant une forte identité régionale.

Administration territoriale[modifier | modifier le code]

Au niveau communal, le Land comprend :

  • la région de Hanovre (Region Hannover) avec 21 communes (Gemeinden) ;
  • 8 villes-arrondissements (kreisfreie Städte) ;
  • 37 arrondissements (Landkreise) avec 994 communes, 2 districts non-organisés (gemeindefreie Bezirke) et 23 territoires non-organisés (gemeindefreie Gebiete).

736 des communes sont regroupées en 140 cantons (Samtgemeinden) qui assurent l'administration communale. Les 287 autres communes ont leur propre administration communale (Einheitsgemeinden).

Les 4 districts de Brunswick, Hanovre, Lüneburg et Weser-Ems ont été dissous le 1er janvier 2005.

Arrondissements (Landkreise) et Villes-arrondissements (kreisfreie Städte)[modifier | modifier le code]

Arrondissements en Basse-Saxe

La Région de Hanovre (statut particulier):

  1. Région de Hanovre

Les 37 arrondissements (Landkreise) de Basse-Saxe:

  1. Ammerland
  2. Aurich
  3. Comté de Bentheim
  4. Celle
  5. Cloppenburg
  6. Cuxhaven
  7. Diepholz
  8. Pays de l'Ems
  9. Frise
  10. Gifhorn
  11. Goslar
  12. Göttingen
  13. Hamelin-Pyrmont
  14. Harburg
  15. Heide (ancienne appellation : Soltau-Fallingbostel)
  16. Helmstedt
  17. Hildesheim
  18. Holzminden
  19. Leer
  1. Lüchow-Dannenberg
  2. Lunebourg
  3. Nienburg/Weser
  4. Northeim
  5. Oldenbourg
  6. Osnabrück
  7. Osterholz
  8. Osterode am Harz
  9. Peine
  10. Rotenburg (Wümme)
  11. Schaumburg
  12. Stade
  13. Uelzen
  14. Vechta
  15. Verden
  16. Wesermarsch
  17. Wittmund
  18. Wolfenbüttel

Les 8 villes-arrondissements (kreisfreie Städte) de Basse-Saxe :

  1. Brunswick
  2. Delmenhorst
  3. Emden
  4. Oldenbourg
  1. Osnabrück
  2. Salzgitter
  3. Wilhelmshaven
  4. Wolfsbourg

Tourisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. à savoir 27 % de la population au Schleswig-Holsteins, 23 % en Mecklenbourg-Poméranis Occidentale, 14 % en Basse-Saxe 10% en Rhénanie du Nord-Westphalie, enfin 5% en Brandebourg et en Saxe-Anhalt, au total quatre millions – non inclus Hambourg et Brême, sans parler des quelques 200 000 locuteurs du plautdietsch, qui vivent majoritairement à l'extérieur de la zone de sondage ; d'après Pr. Frank Möller et al., Plattdeutsch im 21. Jahrhundert. Bestandsaufnahme und Perspektiven., Leer,‎ 2008, PDF; 1,9 MB (lire en ligne), « Niederdeutsch in Geschichte und Gegenwart – Niederdeutsch heute: Eine Bestandsaufnahme », p. 22 et suiv.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]