Nicole de Lamargé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nicole de Lamarge)
Aller à : navigation, rechercher

Nicole de Lamargé

Naissance 1938
Décès 1969 (à 36 ans)
Maroc
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
Conjoint
Jean-Pierre de Lucovitch

Nicole de Lamargé, née en 1938, morte en 1969, était un mannequin français. Photographiée par les plus grands professionnels des années 1960, présente sur nombre de couvertures de magazines de l'époque, elle appartient à l'histoire de la mode des « sixties ».

Carrière[modifier | modifier le code]

Nicole de Lamargé commence sa carrière en 1958, par une rencontre avec la photographe Catherine Harlé qui vient de créer une agence de mannequins. Le physique de la jeune femme, remarqué par les photographes de mode, lance indiscutablement l'entreprise.

« Le véritable départ se fit quand, par bonheur, j'ai rencontré une jeune Française douée de toutes les qualités et de quelques défauts qui nous sont propres : Nicole de Lamargé »[1] raconte Catherine Harlé dont l'agence réunira ensuite, aux côtés de Nicole, les modèles emblématiques de ces années : Nico, Anita Pallenberg, Amanda Lear, Anna Karina, Marianne Faithfull, Dani, Zouzou et bien d'autres[2].

Le premier commanditaire de photos de Nicole de Lamargé, à cette date, est le magazine Elle dont le directeur artistique est le photographe Peter Knapp. Selon certains journalistes, Nicole de Lamargé est « le premier top créé par le journal dans les années 60 »[3].

Une couverture de ce magazine, publiée en 1966[4], rend son visage définitivement célèbre : photographiée par Peter Knapp, Nicole y porte un petit chemisier en crépon rose conçu par Cacharel à l'automne 1963[4]. Suite à cette couverture et en quelques mois, le vêtement devient un basique de la garde-robe féminine[5] : il s'en vend dix milles pièces, lançant de ce fait la maison Cacharel[6].

Mannequin préféré de Guy Bourdin et de David Bailey, Nicole de Lamargé travaille avec les plus grands photographes de l'époque. Outre Elle, on la voit dans les éditions internationales de Vogue et la plupart des magazines féminins, y compris aux États-Unis, notamment l'influent Mademoiselle[7] aujourd'hui disparu. Elle est également demandée pour des publicités en rapport avec le vêtement ou le tissu[8].

Spécificité[modifier | modifier le code]

Mannequin de studio, son succès auprès des photographes tient à sa capacité de transformation et de dialogue avec l'objectif[9]. Catherine Rousseau, rédactrice en chef mode du magazine Elle, note son « extraordinaire faculté de métamorphose »[3].

Cette aptitude s'illustre lors d'un reportage mode resté célèbre, sur le thème des stars de cinéma. Photographiée par Knapp et habillée par la styliste Peggy Roche, épouse du comédien Claude Brasseur, Nicole de Lamargé y campe successivement Louise Brooks, Marlène Dietrich, Greta Garbo, Carole Lombard, Rita Hayworth et Marilyn Monroe[10]. Contrairement aux autres mannequins, elle ne laisse à personne d'autre qu'elle-même le soin de son maquillage[11].

Décès[modifier | modifier le code]

En avril 1969, lors d'un voyage au Maroc avec son mari Jean-Pierre de Lucovitch, journaliste à Paris Match, elle meurt dans un accident de voiture. Son image passe encore parfois en vente publique, sur tirages argentiques de grands photographes l'ayant connue[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Catherine Harlé, Comment devenir modèle, ou comment être belle et le rester, Robert Laffont, Paris, 1970, (ISBN 2221025830)
  2. Fabrice Gaignault, Les égéries sixties, Fayard, Paris, 2006 (ISBN 978-2213620541)
  3. a et b Jean-Gabriel Fredet, « Les top models sont-elles des femmes ?, Le Nouvel Observateur, 31 juillet 1997 lire en ligne (page consultée le 16 octobre 2010)
  4. a et b « Histoire de Cacharel », site puretrend.com lire en ligne (page consultée le 16 octobre 2010)
  5. La mode prend d'autant plus rapidement que Brigitte Bardot se montre également dans ce chemisier.
  6. Maïté Turonnet, « La vie est belle pour Cacharel », L'Express, 10 décembre 2008 lire en ligne (page consultée le 16 octobre 2010)
  7. Mademoiselle, février 1962, Conde Nast Publications voir en ligne (page consultée le 19 octobre 2010)
  8. Publicité « Helanca Dropnyl », Elle no 1059, 7 avril 1966, voir en ligne (page consultée le 19 octobre 2010)
  9. « Nicole s'épanouit en sourire. Sa valeur de séduction doublement reconnue par le miroir et le photographe, elle peut maintenant prêter attention à son travail » in Fanny Deschamps, « La vie cachée des cover-girls », Elle lire en ligne (page consultée le 19 octobre 2010)
  10. Elle no 1074, 21 juillet 1966) voir en ligne (page consultée le 19 octobre 2010)
  11. « Elle est tout entière dans son reflet, qui n'a d'envers [...] Avec des pinceaux, des crayons, des lumières, elle peut recréer la déesse à la rose. Ou encore mieux, une autre, pareillement fascinante » in Fanny Deschamps, op. cit.
  12. Vente Tajan, Photographies des XIXe et XXe siècles, lundi 2 juin 2003 voir en ligne (page consultée le 19 octobre 2010)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]