Nicole Estienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Estienne.

Nicole Estienne, née à Paris vers l'an 1545 et morte après 1584, est une femme de lettres française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de l'imprimeur Charles Estienne, Nicole Estienne reçut une excellente éducation et acquit des connaissances assez rares chez les personnes de son sexe. Elle parlait et écrivait en plusieurs langues avec autant de grâce que de facilité, composait des vers agréables et était douée, dit La Croix du Maine, d'une gaillardise d'esprit qui charmait tout le monde. Jacques Grévin, médecin de la duchesse de Savoie, l'aima avec passion et célébra sa beauté dans des vers dont il publia le recueil sous le titre de l'Olympe. Nicole lui fut fiancée, mais il mourut en 1570 et elle épousa Jean Liébault.

On a dit, d'après La Croix du Maine, qu'aucun de ses ouvrages n'avait été imprimé. On trouve cependant dans le Catalogue de la bibliothèque de Paris : les Misères de la femme mariée, mises en forme de stances par madame Liébault, Paris, P. Mesnier, in-8°, où elle dénonce le mariage fondé sur des lois tyranniques qui asservissent la volonté et le corps féminins à l’homme comme une corruption de l’accord divin, et Joly (Remarq. sur le Dict. de Bayle) en cite, d'après le Catalogue du baron d’Hohendorff, une autre édition, à Rouen, 1597, in-12.

On croit que Nicole mourut dans un âge peu avancé et plusieurs années avant son mari. Elle laissa, en manuscrit, une Apologie pour les femmes, contre ceux qui en médisent ; des Contre-Stances, ou Réponses aux Stances de Desportes contre le mariage ; le Mépris d'amour et d'autres poésies.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Misères de la femme mariée, mises en forme de stances, Paris, Fournier, 1855

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Constance Jordan, Renaissance Feminism- Literary Texts and Political Models, Ithaca, Cornell University Press 1990, ISBN 0801497329
  • (en) Cathy M. Yandell, Carpe corpus : time and gender in early modern France, Newark, University of Delaware Press ; London, Associated University Presses, 2000 ISBN 0874137047
  • Ilana Zinguer, Misères et grandeur de la femme au XVIe siècle. Madame Liébaut, Béroalde de Verville, Thomas Artus, sieur d’Embry, Genève, Slatkine, 1982 ISBN 2051004641
  • Jean-Claude Margolin, « De l’Olympe de Jacques Grévin aux Misères de la femme mariée de Nicole Liébault, ou le destin d'une femme lettrée au XVIe siècle », dans La Femme lettrée à la Renaissance, Éd. et intr. Michel Bastiaensen, Louvain, Peeters, 1997, p. 129-46
  • Cathy Yandell, « Raconter le temps: La Réflexivité dans Les Misères de la femme mariée de Nicole Estienne », dans Dans les miroirs de l'écriture: La Réflexivité chez les femmes écrivains d'Ancien Régime, Éd. Jean-Philippe Beaulieu, Diane Desrosiers-Bonin, Montréal, Université de Montréal, 1998, p. 49-60

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :