Nicolas de Lyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page de la Biblia cum postillis Nicolai de Lyra, imprimée à Strasbourg en 1492.

Nicolas de Lyre, né à La Vieille-Lyre vers 1270 et mort à Paris le 23 octobre 1349, est un frère mineur, théologien et exégète, qui influença tous les auteurs des XIVe et XVe siècles, ainsi que le réformateur Martin Luther.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Selon certains, Nicolas de Lyre né de parents juifs se serait converti au christianisme et aurait reçu le baptême. Les historiens d'aujourd'hui considèrent que c'est une légende, née de sa connaissance particulière de l'hébreu et de la littérature hébraïque. Il entra chez les Franciscains en 1291, au couvent de Verneuil-sur-Avre.

Envoyé à Paris pour ses études, il est « bachelier formé » en 1307, et devient maître en théologie en 1308, et se fait remarquer par sa science.

Docteur en Sorbonne en 1309, dix ans plus tard, nommé « ministre provincial » de la province de France (= Île-de-France, Nord-Picardie, Champagne). Il prit une part active au procès en hérésie de la mystique Marguerite Porete, poétesse et béguine brûlée vive en 1310 comme hérétique.

De 1319 à 1324, il fut donc ministre provincial de France ; puis ministre provincial de Bourgogne. Il revient ensuite à Paris, vers 1330, pour se livrer à ses travaux d’exégèse biblique et de théologie et jouit d’une grande considération.

On le consulte lors de la querelle sur la vision béatifique, avec vingt-huit autres théologiens, à la demande du roi Philippe le Bel. Ses commentaires bibliques sont appréciés, surtout en raison de ses origines juives et de sa connaissance de l’hébreu. Il meurt le 23 octobre 1349, au Grand couvent de Paris. Il fut gratifié des titres de « doctor planus » (docteur clair) et de « doctor utilis »

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Il se consacre pendant près de quarante ans à ses commentaires de la Bible. Il écrit aussi des commentaires moraux de la Bible, ainsi que des traités, adressés aux Juifs et à leur manière d'utiliser le Nouveau Testament contre la religion chrétienne. Nombreux sont ses écrits qui ne furent jamais publiés. Ses œuvres les plus importantes et les plus répandues sont :

  • Postilla litteralis super totam Bibliam (Annotations littérales sur toute la Bible), est une vaste compilation de remarques et de commentaires, écrite entre 1322 et 1331. On y remarque l’influence du rabbin Schlomo Itzhaki "Rachi" (+ 1105). (Rachi est aujourd’hui encore l’une des références majeures de l’exégèse juive).
  • Postilla moralis seu mystica, (commentaire moral et mystique... de la Bible, (1339).

Pour Nicolas de Lyre, une bonne exégèse littérale est nécessaire avant toute autre interprétation, ce que prônait déjà l'exégèse des ordres mendiants du XIIIe siècle.

Son commentaire du Livre de l’Apocalypse tient compte des interprétations de Pierre Auriol.

Ces deux ouvrages ont été parmi les premiers livres imprimés en Europe (vers 1480) et sont très répandus dans les bibliothèques, en éditions illustrées : dessins et miniatures. La meilleure édition en est celle de Lyon, en 1590. Les éditions imprimées de la « Glose Ordinaire » ont ajouté en marge du texte reçu la plus grande partie des postilles de Nicolas de Lyre qui ont servi de référence à tous les travaux sur la Bible durant le XIVe siècle et surtout à partir du XVe siècle. Martin Luther s’est souvent appuyé sur l’exégèse de Nicolas, d'où l'épigramme : Si Lyra non lyrasset, Lutherus non saltasset (Si Lyre n'avait pas joué de la lyre, Luther n'aurait pas dansé). En dehors de ces deux ouvrages, de nombreux traités de Nicolas sont encore inédits. On peut en trouver une liste dans le site Franciscan Authors : http://users.bart.nl/~roestb/franciscan/ (art. Nicolaus de Lyra).

En 1492, l'imprimeur Guillaume Le Rouge imprima à Troyes "Les Postilles et Expositions des Évangiles" traduction en français par Pierre Desrey du texte original en latin de Nicolas de Lyre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Postillae perpetuae sive brevia commentaria in universa Biblia, su obra principal
  • Librum differentiarum Novi et Veteris Testamenti cum explicatione nominum hebraeorum
  • Libellum contra quemdam judaeum impugnantem Christi divinitatem, eiusque doctrinam ex verbis Evangelii secundum Mathaeum
  • Expositionem praeceptorum Decalogi
  • De corpore Christi librum unum
  • Tractatum de ídoneo ministrante et suscipiente Sanctissimum Sacramentum altaris
  • Tractatum alterum de visione divinae essentiae ab animabus sanctis a corpore separatis
  • Tractatus tres vel quatuor de diversis materiis contra judaeos
  • Commentarios in quatuor libros Sententiarum
  • Quodlibeta Theologica
  • Postillas super Epistolas et Evangelia quadragesimalia
  • Sermones de Sanctis
  • Sermones de Tempore
  • De Messia Ejusque Adventu Præterito

LIENS:

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Labrosse, « Sources de la biographie de Nicolas de Lyre », Études franciscaines, no 16 1906, p. 383-404 ; idem, « Biographie de Nicolas de Lyre », Études Franciscaines, no 17, 1907, p. 488-505, p. 593-608 ; idem, « Œuvres de Nicolas de Lyre », Études Franciscaines, no 19, 1908, p. 41-52, p. 153-175, p. 368-79, et no 35, 1923, p. 171-187, p. 400-432.
  • Clément Schmitt, « Nicolas de Lyre », Dictionnaire de Spiritualité, XI, Paris, 1982,p. 291-292.
  • Gilbert Dahan (ss la direction de), Nicolas de Lyre, Franciscain du XIVe siècle, exégète et théologien, Institut d'Études Augustiniennes, Paris 2011 (Brepols) - (publication du Colloque de la Médiathèque de Troyes, juin 2009).