Monsieur d’Orléans (1607-1611)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nicolas de France)
Aller à : navigation, rechercher

Monsieur d’Orléans

Description de cette image, également commentée ci-après

Tableau du duc d’Orléans (date et auteur inconnus).

Titre

Héritier présomptif
des trônes de France et de Navarre


(&&&&&&&&&&&&05521 an, 6 mois et 3 jours)

Prédécesseur Henri, dauphin de France
Successeur Gaston, duc d’Anjou
Biographie
Titulature Fils de France
Duc d’Orléans
Dynastie Maison de Bourbon
Naissance
Fontainebleau (France)
Décès (à 4 ans)
Saint-Germain-en-Laye (France)
Sépulture Nécropole royale de Saint-Denis
Père Henri IV de France
Mère Marie de Médicis
Religion Catholicisme romain
Description de cette image, également commentée ci-après

Héritiers du trône de France

Monsieur d’Orléans (1607-1611), dit Nicolas ou Nicolas-Henri dans certains ouvrages, fils de France et duc d'Orléans, né le au château royal de Fontainebleau et mort le au château de Saint-Germain-en-Laye, est un prince français, membre de la maison de Bourbon. Deuxième fils du roi Henri IV et de la reine Marie de Médicis, ce duc d’Orléans a été brièvement héritier présomptif des trônes de France et de Navarre, entre la mort de son père et la sienne, sous le règne de Louis XIII.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce prince, titré duc d’Orléans, est le quatrième enfant du roi Henri IV de France (1553-1610) et de Marie de Médicis (1575-1642), née princesse de Toscane. Il naît, comme le reste de la fratrie royale, dans la chambre Ovale (plus tard dite « salon Louis-XIII ») du château royal de Fontainebleau le [1],[2].

Un prince sans nom[modifier | modifier le code]

La tradition veut déjà au début du XVIIe siècle que le deuxième fils du roi reçoive l’Orléanais en apanage, le troisième fils l’Anjou ; cependant la chose ne s’est pas faite naturellement avec les fils de Henri IV. Malherbe indique que le roi finit par accepter de lui conférer le nom de « Monsieur d'Orléans », mais « titulairement et non autrement »[3].

Cet usage est bien commode, car il permet de désigner les jeunes princes tant qu’ils n’ont pas reçu le baptême entier, mais qu'ils ont seulement été ondoyés. En effet, la coutume voulait, dans la famille royale de France, que l’on attende jusqu’au baptême solennel pour leur attribuer un prénom. Ce fut ainsi le cas du futur Louis XIII, qui ne recevra son prénom qu'en 1606, comme le rapporte Pierre de L'Estoile[4].

Le petit duc d’Orléans, deuxième fils du couple royal, étant mort avant la cérémonie solennelle, il ne fut pas nommé, comme en atteste son acte de décès conservé dans les registres paroissiaux de Saint-Germain-en-Laye[5].

D'autre part, aucune source contemporaine ne donne de prénom à ce petit duc d'Orléans. Ainsi le Mercure François signale-t-il simplement que « Le Lundy d’apres Pasques seiziesme iour d’Avril, la Royne accoucha à Fontaine-bleau d’un fils, que l’on nomma Duc d’Orleans[6]. ».

L'un de ses médecins, Rodolphe Le Maistre, ne l'appelle jamais que « Monseigneur d’Orléans » dans le récit qu'il fait de sa dernière maladie[7]. Enfin, le médecin du jeune Louis XIII, Jean Héroard, dans son fameux Journal, ne fait mention, lui non plus, d'aucun prénom[8].

Le père Anselme, célèbre généalogiste augustin, confirme que ce prince éphémère n'a pas été nommé :

« N... de France, Duc d’Orléans, né à Fontainebleau le 16. Avril 1607, entre dix & onze heures du soir, mourut sans être nommé à S. Germain en Laye le 17. Novembre 1611, d’une fièvre letargique, fort regretté[9]. »

Cependant, depuis la seconde moitié du XVIIe siècle, certains ouvrages ont transformé ce « N... », qui signifie non nommé, en Nicolas[10]. Cette erreur mineure, mais récurrente, a été relevée par plusieurs historiens, comme par exemple Georges Lacour-Gayet[11] ainsi qu'Eudore Soulié et Édouard de Barthélemy[12].

Parmi les historiens actuels, Philippe Delorme[13] et Philippe de Montjouvent[14] remettent eux aussi en cause l'utilisation du prénom Nicolas, indiquant que les biographes auraient diffusé cette erreur en se recopiant les uns les autres.

Le prénom de Nicolas se retrouve néanmoins encore dans des ouvrages récents, notamment chez Michel Carmona, Marie de Médicis[15], et Jean-Pierre Babelon, Henri IV, 2009.

Un enfant chétif[modifier | modifier le code]

D’après Louis Batiffol, biographe de Marie de Médicis, qui s’appuie sur les récits de l’époque, l’enfant est malingre, chétif, « doué d’une tête énorme sur un corps de squelette, il [a] souffert dès ses premiers jours. […] Il avait traîné, constamment souffrant »[16]. À sa mort en 1611, « on lui ouvrit le crâne, “il avoit le cerveau rempli de catarrhes et tout gâté, plein d’eau noire et le cervelet s’esmioit aux doigts en le maniant” »[17].

« Une si belle âme »[modifier | modifier le code]

Pour finir, évoquons le récit de Tristan L’Hermite, qui, ayant vécu en compagnie des enfants de France, nous permet de faire connaissance d’une toute autre façon de cet enfant. Dans Le Page disgracié, il raconte la vivacité d’esprit du petit duc, qui n’est pas seulement l’enfant malingre et souffrant que décrit Louis Batiffol. Réputé pour son talent de conteur, Tristan L’Hermite, encore enfant, racontait fréquemment des histoires aux enfants, et notamment au duc d’Orléans. Mais auparavant, il en fait un portrait des plus flatteurs[18] :

N. d’Orléans, comte de Dunois par Daniel Dumonstier.

« Ce jeune soleil entre nos princes n’avait pas encore atteint un lustre, et donnait de si grandes espérances de ses divines qualités, que c’était une merveille incomparable. Il était extrêmement beau de visage, mais il était encore plus avantagé pour l’esprit et le jugement, et disait presque toujours des choses si raisonnables et si sensées qu’il ravissait en admiration tout ce qui était près de lui. […]
Je remarquerai seulement ici un trait enfantin de son naturel enclin à la miséricorde. Un soir qu’il avait quelque petite indisposition, sa gouvernante, dame sage et prudente, et qui rendit son nom célèbre par sa vertu, s’avisa de m’envoyer quérir pour le divertir quelques heures avec mes histoires fabuleuses ; […] j’eu recours aux fables d’Ésope […] sa santé demandant qu’il demeurât quelque jour en repos, j’eu l’honneur de l’entretenir plusieurs fois […] Je vins à lui conter une certaine aventure d’un loup et d’un agneau qui buvaient ensemble au courant d’une fontaine. »

La famille royale après la naissance du prince, par Frans Pourbus le Jeune.

Suit le récit de cette fable bien connue, comment le loup accuse l’agneau d’une certaine faute[19] :

« Comme l’agneau repartit que cela ne pouvait être lui, puisqu’il était né que depuis deux mois. Là-dessus, ce jeune prince, voyant où tendait la chose, tira vivement ses petits bras hors de son lit, et me cria d’une voix craintive, ayant presque les larmes aux yeux : “A ! petit page, je vois bien que vous allez dire que le loup mangea l’agneau. Je vous prie de dire qu’il ne le mangea pas”. Ce trait de pitié fut exprimé si tendrement et d’une façon si fort agréable qu’il ravit en admiration toutes les personnes qui l’observèrent, et pour moi, j’en fus si sensiblement touché que cette considération me fit changer sur-le-champ la fin de ma fable au gré des sentiments de cette petite merveille. […]
Cette divine fleur [le prince] ne fut pas de ces fleurs qu’on nomme éternelles, ce fut un lis qui ne dura guère de matins. La terre la rendit au Ciel, avant qu’elle l’eût gardé plus d’un lustre. Et l’Europe perdit par sa mort de grandes espérances et de grandes craintes. Les plus excellents médecins furent appelés à sa maladie ; et comme ceux de cette profession ne s’accordent jamais guère en leurs jugements, ils donnèrent différents avis sur la manière de le traiter durant son mal, et ne cessèrent pas leur dispute après qu’il eut cessé de vivre. Cependant ils furent tous contraints d’avouer qu’il y avait quelque mauvais principe en la constitution du corps de ce jeune prince, qui l’empêchait de retenir plus longtemps sa belle âme, qui fit connaître, peu devant que d’aller là-haut, qu’elle était toute lumineuse. Toute la cour en prit le deuil. »

Titres et honneurs[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

Titres et honneurs
N. d’Orléans

Description de l'image  Grand Royal Coat of Arms of France & Navarre.svg.
Prédicat Son Altesse royale
Style oral Votre Altesse royale
Style alternatif Monsieur
  • 13 avril 1607 — 17 novembre 1611 : Son Altesse royale le duc d’Orléans, fils de France

Le prince est titré duc d’Orléans[20], et en tant que fils cadet d’un roi de France, il reçoit à la naissance l’appellation de fils de France[21]. À partir du XVIIe siècle, le prédicat d’altesse royale est utilisé pour qualifier les fils de France[22], même si usuellement, ils sont appelés Monsieur suivi de leur apanage.

Armes[modifier | modifier le code]

Armes Blasonnement :
D’azur aux trois lys d’or au lambel d’argent [d’Orléans][23].

L’écu est surmonté d’une couronne princière française et entouré des colliers des ordres du Saint-Esprit et de Saint-Michel[24].

Honneurs[modifier | modifier le code]

L’édit de Henri IV du permet aux fils de France de recevoir le collier et le cordon du Saint-Esprit une fois ondoyés[25]. Aussi, depuis la naissance de Louis, dauphin de France (futur Louis XIII) en 1601, le collier de Saint-Michel est remis à l’occasion du baptême des fils de France[24].

Ancêtres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carmona 1981, p. 572 (annexe « Les enfants d’Henri IV et de Marie de Médicis »)
  2. Carmona 1981, p. 51
  3. « Monsieur d’Orléans a cuidé n’être que Monsieur sans queue, le roi ayant dit aussitôt qu’il fut né qu’il ne voulait point qu’il eût plus de 10 000 Lt de rente en fonds de terre et que, s’il servait bien son frère, il lui donnerait des pensions. Toutefois hier matin, il dit qu’il voyait bien que ce nom de Monsieur d’Orléans était déjà tellement publié au-dehors et au-dedans du royaume, par les dépêches qui avaient été faites, qu’il n’y avait plus d’ordre de le supprimer ; si bien que ce sera Monsieur d’Orléans, mais titulairement et non autrement », Lettres à Peiresc (François de Malherbe, Œuvres, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (no 231),‎ 1971, 1 085 p. (ISBN 2-07-010652-7), p. 378).
  4. « Le Jeudi 14 de ce mois [septembre 1606], jour & Fête Sainte Croix, furent faites à Fontainebleau les cérémonies du Baptême de M. le Dauphin & de Mesdames ses sœurs, lesquelles se voyent imprimées. Le nom de M. le Dauphin LOUIS, des deux Mesdames, CHRISTINE & ELISABETH. » (Pierre de L'Estoile, Journal du règne de Henri IV roi de France et de Navarre, volume 3, La Haye, 1761, p. 379 sq..)
  5. « 228. Mort de Monseigr. le duc d Orleans frere du Roy, et ses entr[ailles] sont sous les marches du grand autel - le 17 novembre 1661 - Le dix septiesme jour dud. mois mourut en ce lieu[illisible] après minuit ou environ Monseigneur le duc d'Orléans frère du Roy et fut gardé icy jusques au vingt cinquiesme jour dud. mois que le corps fut porté en sepulture à Sainct Denis […] » (Registre communal de Saint-Germain-en-Laye, conservé aux Archives départementales des Yvelines (BMS 1606-1613) [lire en ligne]).
  6. Le Mercure François […], tome 1, Paris, 1612, p. 176.
  7. Rodolphe Le Maistre, La Santé du Prince ou le soing qu’on y doibt observer, [Paris], s.n., 1616, p. 2 et passim.
  8. « Le XIIIIme Lundy [novembre 1611 ...] A une heure et demie [de l'après-midi, Louis XIII est] mené en carrosse a St. Germain en Laye, y arrive a cinq heures. A l'arrivée, va visiter Monsieur, son frere, qui estoit malade d'ung endormissement avec quelque legere convulsion. S'esveille, L.R. : "Bon soir mon frere". M. : "Bonsoir mon petit papa, vous me faictes trop d'honneur de prendre la peine de me venir voir". Le Roy [Louis XIII] se prend a pleurer, s'en va, et despuis ne le vid plus. [...]

    Le XVIme Mercredy [novembre 1611 ... Louis XIII] s'endort a dix heures jusques a six apres minuict. Monsieur d'Orleans, son frere, decedé entre minuict et une heure, d'un endormissement joinct a quelques convulsions. Quelque temps au paravant, il disoit a [blanc] qu'il avoit veu en songe ung ange qui luy disoit que son papa avoit envie de le voir et qu'il le verroit bien tost. "Je l'embrasseray si fort", le disoit guaiement.

    Le XVIIme Jeudy [novembre 1611. Louis XIII] eveillé à six heures apres minuict, doulcement... Prie Dieu. Desjuné... Estudié etc. Mr le marquis d'Anchre luy dict le deces de Monsieur son frere , en demeure saisy, blesmist, demeure pansif, faict ce qu'il peult pour se divertir. [...]

    Le XVIIIme Vendredy [novembre 1611. ...] Ce jourd'huy a [blanc], fust ouvert le corps de feu Monsieur le duc d'Orleans, en presence de Mr Antoine Petit, premier medecin du feu Roy, et Mr Jehan Haultin, medecin de Paris, par Elie Bardin, chirurgien a Paris, et Simon Berthelot, son chirurgien, et fust treuvé l'os de la teste de l'espesseur et durté de celuy d'ung homme de 25 ou trente ans. Les sutures si refermées qu'il n'en pouvoit rien exhaler, les quatre ventricules pleins d'eaue, celuy du milieu mesmement, et d'une eaue comme trouble, avec quelque impression de lividité au fonds, qui fust jugé le vray siege des accidents convulsifs. Le petit cerveau non solide, ne ferme suivant son naturel, s'esmioit en le maniant. Les pertuis de l'apophyse cliuride et de l'os crythuvoïde du tout bouschés et estoupés, si bien que les excrements et superfluites estant retenus, le cerveau excedant la grandeur ordinaire du naturel, se grossissant d'icelles, sembloit trop estroit pour le libre exercice des mouvements d'ung corps si gros, qui en estoit tout abbreuvé, et partant inhabile a secouer les humeurs retenues et corrompues, qui luy causoient les susd. accidents. Le reste du corps étoit bien sain. »

    (Journal de Jean Heroard, Fayard, 1989, tome 2, pages 1971-72.)
  9. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, vol. I, Amsterdam, 3,‎ 1712, 2 volumes : 894 p. (notice BnF no FRBNF36024604m), p. 83
  10. Il semble que l'une des premières mentions de ce prénom, sinon la première, apparaisse dans L’Estat de la France dans sa perfection […], Paris, 1658, page 43 : « De Marie de Medicis, il eut […] Nicolas Duc d’Orleans, qui mourut fort ieune […] ».
  11. « Il n’y a pas de Nicolas, duc d’Orléans, fils de Henri IV et de Marie de Médicis. M. G[uillon] a trop ingénieusement lu le nom de cet anonyme N… de France, duc d’Orléans, qui mourut à quatre ans et demi "sans être nommé" », Georges Lacour-Gayet, Revue critique d’histoire et de littérature […], Paris, année 1898, p. 254, note.
  12. « Cet enfant mourut à Saint-Germain-en-Laye, le 17 novembre 1611, sans avoir reçu de prénom ; il ne faut pas le confondre avec Gaston, né l’année suivante, et qui ne prit le titre de duc d’Orléans qu’après la mort de ce second fils de Henri IV. », Journal de Jean Héroard sur l’enfance et la jeunesse de Louis XIII […] par E. Soulié et E. de Barthélemy, tome I, Paris, 1868, p. 258, note 2.
  13. « Plusieurs biographes — se recopiant les uns les autres — appellent cet enfants Nicolas. En réalité, mort avant d'être solennellement baptisé, il ne recevra pas de prénom. […] Par une erreur d'interprétation, ce « N… » — qui signifie « Anonyme » — s'est transformé en « Nicolas » ! », Philippe Delorme, Marie de Médicis, Paris, Éditions Pygmalion / Gérard Watelet,‎ 1998, 321 p. (ISBN 2-85704-553-0), p. 111.
  14. « Ondoyé lors de sa naissance, le jeune prince n'avait pas été nommé, n'ayant pas encore reçu les cérémonies supplétives de baptême. A la suite de Moréri, qui semble le premier à avoir commis cette erreur, de très nombreux auteurs le prénomment à tort Nicolas. », Philippe de Montjouvent, Éphéméride de la Maison de France de 1589 à 1848 : Henri IV et ses descendants, Charenton [Val-de-Marne], Éditions du Chaney,‎ 1999, 477 p. (ISBN 2-913211-01-1), p. 318 et 320.
  15. Michel Carmona, Marie de Médicis, Fayard, 1981, p. 83, 85 et 573.
  16. Batiffol 1931, p. 278
  17. Batiffol 1931, p. 279
  18. L’Hermite 1898, p. 30-32
  19. L’Hermite 1898, p. 34-35
  20. Carmona 1981, p. 85
  21. Philippe de Montjouvent, Éphéméride de la Maison de France de 1589 à 1848 : Henri IV et ses descendants, Charenton [Val-de-Marne], Éditions du Chaney,‎ 1999, 477 p. (ISBN 2-913211-01-1), p. 19
  22. (en) François Velde, « The French Royal Family : Titles and Customs », sur Heraldica,‎ 6 juillet 2011 (consulté le 26 octobre 2013)
  23. Ottfried Neubecker et Roger Harmignies (adaptation française), Le grand livre de l’héraldique : l’histoire, l’art et la science du blason, Éditions Bordas,‎ 1993 (1re éd. 1976), 288 p. (ISBN 2-04-027000-0), p. 98 (armes du duché d’Orléans)
  24. a et b Hervé Pinoteau, État de l’Ordre du Saint-Esprit en 1830 : et la survivance des Ordres du roi, Paris, Nouvelles Éditions latines, coll. « Autour des dynasties françaises » (no 2),‎ 1983, 165 p. (ISBN 2-7233-02-13-X, lire en ligne), p. 15
  25. Jean-Jacques Boucher, Charles Ferdinand d’Artois, duc de Berry, Paris, Éditions Fernand Lanore,‎ 2000, 253 p. (ISBN 2-85157-194-X, lire en ligne), p. 15

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Précédé par Monsieur d'Orléans (1607-1611) Suivi par
Alexandre-Édouard
Armoiries des ducs d’Orléans
Duc d’Orléans
(1607-1611)
Gaston
Louis, dauphin de France
Héritier présomptif des trônes de France et de Navarre
(1610-1611)
Gaston, duc d’Anjou