Nicolas d'Autrécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nicolas d'Autrécourt (Autrécourt[1], 1299Metz, 1369) est un philosophe nominaliste.

Résumé de sa philosophie[modifier | modifier le code]

Reprenant la théorie de Guillaume d'Ockham, il dit que « de ce qu'une chose est connue comme existence, il ne peut être inféré [déduit] avec évidence qu'une autre chose existe » et qu'il n'est « certain avec évidence que des objets de [ses] sens et que de [ses] actes » , il nie l'évidence de la causalité aristotélicienne, de l'unité du monde et de Dieu, faisant du devenir une succession de moments sans liaison. Se penchant sur les facultés de l'âme, il en arrive à affirmer que l'acte de volonté ne permet pas de conclure à l'existence de la volonté. En 1347, il devra abjurer publiquement ses thèses devant l'Université de Paris rassemblée[2].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en)Britannica.com « Nicholas Of Autrecourt » (consulté le 19/01/2012)
  2. Émile Bréhier, tome I, p.643-644

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres de Nicolas d'Autrécourt[modifier | modifier le code]

  • Correspondance. Articles condamnés, trad. L. M. de Rijk, Vrin, 2001.
  • Exigit ordo, en J. R. O'Donnell, "Nicholas of Autrecourt", Mediaeval Studies, 1 (1939), p. 179-280.

Études sur Nicolas d'Autrécourt[modifier | modifier le code]

  • Émile Bréhier, Histoire de la philosophie, Tomes I à III, Éditeur PUF, 1931, réédité en 1994 (7e édition), (ISBN 213 044378 8)
  • Christophe Grellard, Croire et savoir. Les principes de la connaissance selon Nicolas d'Autrécourt, Paris, Vrin, 2005.