Nicolas Vallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nicolas Vallet

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Nicolas Vallet

Naissance vers 1583
Corbeny, Picardie
Pavillon royal de la France.svg Royaume de France
Décès vers 1642
Amsterdam (?)
Provinces-Unies Provinces-Unies
Activité principale compositeur - Maître à danser
Style Musique de la Renaissance
Musique instrumentale, pour luth - Psaumes

Nicolas, Nicholas ou Nicolaes Vallet, né vers 1583 à Corbeny (près de Laon en Picardie) et décédé vers 1642 à Amsterdam (?), est un compositeur et luthiste néerlandais d’origine française.

Vie et Œuvres[modifier | modifier le code]

Nicolas Vallet, natif de France, dut probablement quitter son pays en raison de ses convictions calvinistes. Il trouva refuge dans la République des Sept Pays-Bas-Unis vers 1613.

S'étant établi à Amsterdam comme musicien indépendant, il y donnait des cours de luth et prit l'initiative, en collaboration avec son collègue, le luthiste Eduard Hancock, de fonder une école de danse qui s'ouvrit le 12 novembre 1626 dans sa propre demeure[1].

Son premier ouvrage en tablature de luth qui vit le jour, le Secretum musarum, comprend des compositions et une instruction pour le luth renaissance à dix chœurs. L'ouvrage parut en deux tomes, en 1615 et en 1616, et fut une des dernières publications importantes comprenant la littérature pour cet instrument à voir le jour avant l’apparition du luth baroque. Les livres comprennent tous les genres musicaux alors pratiqués – prélude, fantaisie, danses, ballet, chanson… – reprenant des thèmes qui circulaient à travers toute l'Europe depuis la fin du XVIe siècle.

En outre, il composa 21 pseaumes de David (publiés en 1615) et Regia Pietas (Piété royale, publiée en 1620). Dans les 21 pseaumes, la voix chante la mélodie du psaume, tandis que le luth tisse autour de la voix une pseudo-polyphonie virtuose. Dans la Regia Pietas, Vallet ne nota que la tablature de l'ensemble des 150 psaumes. Toutefois, au-dessous de celle-ci, il indiqua les syllabes des psaumes par des astérisques, afin d'offrir au chanteur la liberté d'y ajouter aux endroits indiqués les textes des psaumes calvinistes en français, en néerlandais, en allemand ou en latin, explique-t-il lui-même. L'idée était aussi d'économiser de l'espace et donc du papier.

Selon Frederick Neumann[2], Vallet aurait été parmi les premiers à introduire des ornements dans la tablature de luth.

Il publia encore en 1642 Apolloos soete lier (La Douce Lyre d'Apollon), pour violon et basse[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

  • (la) Secretum Musarum, in quo vera et genuina testudinem dextre simul et prompte pulsandi ratio ad amussim proponitur, Amsterdam, 1615 (troisième réédition en 1618 comme Paradisus Musicus Testudinis)
  • (nl) (fr) Het Tweede Boeck Van De Luyt-Tablatuer, Ghenoemt Het Gheheymnisse der sangh-goddinnen / Le second livre de tablature de luth; intitulé Le Secret des Muses, Contenant plusieurs belles pièces non encor ouyes par ci-deuant, fort faciles et utiles pour tous amateurs. Ensemble plusieurs autres pièces mises en Tablature selon la mode, plus belle, et plus facile qui se puisse trouver, entrautres quelques pièces mises pour jouer à quatre Luts différemment accordez[4], Amsterdam, 1616
  • (nl) (fr) Een en twintich Psalmen Davids / Vingt et un pseaumes de David, Amsterdam, 1615
  • (la) Regia Pietas, Amsterdam, 1620
  • (nl) Apolloos soete lier, 1642

Notes/références/sources[modifier | modifier le code]

  1. Louis Peter GRIJP. « Dansmuziek tussen elite- en volkscultuur », dans : Een muziekgeschiedenis der Nederlanden, réd. Louis Peter GRIJP et Ignace BOSSUYT. Amsterdam University Press, 2001 (ISBN 9053564888) (ISBN 9789053564882), p. 219.
  2. Frederick NEUMANN. Ornamentation in baroque and post baroque music: With Special Emphasis on J. S. Bach sur Google Livres, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1983 (ISBN 0691027072), p. 66.
  3. Louis Peter GRIJP. « Dansmuziek tussen elite- en volkscultuur », dans : Een muziekgeschiedenis der Nederlanden, réd. Louis Peter GRIJP et Ignace BOSSUYT. Amsterdam University Press, 2001 (ISBN 9053564888) (ISBN 9789053564882), p. 226.
  4. Dirk Jacobus BALFOORT. Het muziekleven in Nederland in de 17de en 18de eeuw, Amsterdam, P.N. van Kampen & Zoon, 1938, p. 55.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Vallet, Le Secret des Muses, par Jérôme Blum, Brian Feehan, et al., Astrée, 1997
  • Nicolas Vallet, Le Secret des Muses, par Eugène Ferré, Astrée, 1997
  • Nicolas Vallet, Le Secret des Muses 1615-1616, par Paul O'Dette, Harmonia Mundi, 2004
  • Nicolas Vallet, Le Secret des Muses, par Nigel North, Atma, 2006
  • Calvinist music from France and the Netherlands, par Camerata Trajectina, Globe, 2009