Nicolas Maurice Arthus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arthus.

Nicolas Maurice Arthus, né le 9 janvier 1862 à Angers et mort le 24 février 1945 à Fribourg en Suisse, est un physiologiste et immunologiste français. Il est le découvreur de la réaction inflammatoire qui porte son nom, le phénomène d'Arthus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Maurice Arthus a étudié la médecine à Paris et obtient son doctorat en médecine en 1886. En 1890 il devient maître de conférences en physiologie à la Sorbonne. En 1896, il est nommé professeur à l'Université de Fribourg, où il devint professeur de physiologie. En 1900, il est choisi comme chef de laboratoire à l'Institut Pasteur de Lille.

En 1903, il démontre le phénomène d'Arthus qu'il a découvert lorsqu’il était professeur à l'École de Médecine de Marseille (aujourd'hui Université de la Méditerranée Aix-Marseille II). De 1907 à 1932, il a été professeur et directeur de l'Institut de physiologie de Lausanne dont il fut l'un de ses fondateurs avec Alexandre Herzen (1839-1906) auquel il succède comme directeur. Il a ensuite été nommé chef du département de bactériologie et d'hygiène à Fribourg, jusqu'à sa mort.

Recherches[modifier | modifier le code]

En 1890, il a commencé à travailler sur la coagulation du lait. Avec Calixte Pagès, il a montré que la conversion du caséinogène (principale protéine du lait) est une forme native de la caséine dans le lait, comme cela a déjà été montré pour la coagulation du sang. Il introduit l'utilisation de l'oxalate de sodium comme anticoagulant pour le sang et le lait. Il a commencé à travailler sur l'anaphylaxie en 1903, suite à sa démonstration par Paul Portier (1866-1962) et Charles Richet (1850-1935) qui injectèrent de l'extrait d'animaux marins à des chiens.

Ses recherches ont porté également sur les questions de la coagulation du sang, de la toxicologie, sur le venin des abeilles et des serpents et sur de l'anaphylaxie. Il a distingué trois formes de réactions aux venins de serpents, en les séparant en trois types : le cobra (Naja tripudiens) causant la mort par arrêt respiratoire, la vipère de Russell provoquant la coagulation massive du sang, et le crotale (adamanteus Crotalas), produisant la mort par le choc. Il a fait de nombreuses contributions à la compréhension des mécanismes immunitaires et allergiques de sérum et a publié environ 200 articles sur ces sujets.

Travaux[modifier | modifier le code]

  • 1890 : Nouvelle théorie chimique de la coagulation du sang, coécrit avec Calixte Pages, Archives de physiologie normale et pathologique, Paris ;
  • 1894 : Coagulation des liquides de l'organisme (sang, lymphe, transsudats). Paris
  • 1895 : Précis de chimie physiologique, éditions Masson, Paris ;
  • 1896 : Nature des enzymes, Paris
  • 1901 : Précis de physiologie, éditions Masson, Paris ;
  • 1903 : Injections répétées de sérum du cheval chez le lapin, comptes rendus des séances de la Société de biologie, Paris ;
  • 1920 : Précis de physiologie microbienne, éditions Masson, Paris ;
  • 1921 : De l'anaphylaxie à l'immunité, anaphylaxie, protéotoxies, evenimations, anaphylaxie-immunité, sérums antivenimeux. éditions Masson, Paris ;
  • 1938 : Hommage à Léon Frédéricq, professeur de physiologie à l’Université de Liége, Liége.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nouvelle théorie chimique de la coagulation du sang. With Calixte Pagès. Archives de physiologie normale et pathologique, Paris, 1890, 5th ser., 2: 739-746.
  • Coagulation des liquides de l'organisme (sang, lymphe, transsudats). Paris 1894.
  • Précis de chimie physiologique. Paris 1895; 10eme édition, 1924,
  • Nature des enzymes. Paris 1896.
  • Précis de physiologie. Paris 1901; 7th édition, 1927.
  • Injections répétées de sérum du cheval chez le lapin. Comptes rendus des séances de la Société de biologie, Paris, 1903; 55: 817-820.
  • La physiologie. Paris 1920.
  • De l'anaphylaxie à l'immunité; anaphylaxie, protéotoxies, evenimations, anaphylaxie-immunité, sérums antivenimeux. Paris, Masson, 1921. 363 pages. Paris 1921.
  • Philosophy of scientific investigation; préface de De l'anaphylaxie à l'immunité, Paris, 1921. Translated from the French with an introduction by Henry E. Sigerist. Baltimore, Johns Hopkins Press, 1943, 26 pages. Egalement dans: Bulletin of the History of Medicine, Baltimore, 1943; 3. v.14.
  • P. Nolf, N. M. Arthus, et al.: Hommage à Léon Fredericq, professeur de physiologie à l’Université de Liége. Liége, 1938. 79 pages.
  • (with Calixte Pagès) Nouvelle théorie chimique de la coagulation du sang, Archives de physiologie normale et pathologique, Paris, 5th ser., 2 (1890), 739–746.
  • Éléments de chimie physiologique, Paris: G. Masson, 1895.
  • Eléments de physiologie, Paris: Masson, 1902.
  • Injections répétées de sérum du cheval chez le lapin, Comptes rendus des séances de la Société de biologie et ses filiales, Paris, 55 (1903), 817–820.
  • Précis de physiologie microbienne, Paris: Masson, 1921.