Nicolas Halma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nicolas Halma (né le 31 décembre 1755 à Sedan et mort le 4 juin 1828 (à 72 ans) à Paris) est un abbé, un mathématicien et un historien français de l'astronomie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Nicolas Halma était brasseur à Sedan, et lui était l'aîné des douze enfants. Après avoir fait ses études au collège du Plessis, à Paris, Nicolas Halma entre dans les ordres[1]. Le 21 mars 1791, il devient principal du collège de Sedan, suite à la démission de son prédécesseur protestant contre la constitution civile du clergé[2]. Lorsque cet établissement ferme, en 1793, il se rend à Paris et devient chirurgien dans l'armée. Il est nommé secrétaire à l'École polytechnique en 1794, tout en enseignant les mathématiques au Prytanée de Paris, et la géographie à l'École militaire de Fontainebleau. Il fut rédacteur au Journal de l'École polytechnique en 1795 & 1796.

Sous le Premier Empire, il est chargé d'instruire l'impératrice Joséphine en histoire et en géographie. À la Restauration, il est curateur de la bibliothèque Sainte-Geneviève, et chanoine de Notre-Dame.

Il avait été chargé en 1808 par le ministre de l'Intérieur de poursuivre l'Histoire de France de Velly, et avait préparé deux volumes manuscrits. Son œuvre la plus importante, entreprise à l'instigation de Joseph Louis Lagrange et Jean Baptiste Joseph Delambre, reste son édition du texte de l'Almageste de Ptolémée (1813-1816) et des « Tables faciles[3] », avec la première traduction française (et dernière à ce jour) de ces œuvres à partir du texte grec original[4]N. Halma, L'almageste de Ptolémée.

Il a également édité et traduit les Commentaires de Théon d'Alexandrie (1822-1825), et écrit plusieurs ouvrages sur l'astronomie antique, parmi lesquels une Astrologie égyptienne (1824) et un Examen historique et critique des monuments astronomiques des anciens (1830). On lui doit enfin une édition de la Table pascale du moine Isaac Argyre (Paris, 1825).

Publications[modifier | modifier le code]

  • De l'éducation, Bouillon : Trécourt, 1791, in-8°, 237 p. 237 (anonyme).
  • Discours prononcé le 16 mai 1791, à l'occasion de l'ouverture d'un Cours public de Mathématiques et de Géographie au collège de Sedan, Sedan : Morin, 1791, in-8°, 29 p. (anonyme).
  • Leçons élémentaires de Géographie, Charleville : Raucourt, 1792, in-8°, 486 p. (anonyme)
  • Abrégé de Géographie pour servir de préparation aux leçons élémentaires de Géographie, Bouillon : Baudouin, 1792, in-8°, 130 p.
  • Discours prononcé le 19 août 1793, lors de la distribution des prix, sur la nécessité et les avantages d'une réforme à introduire sans délai dans les études publiques, en attendant l'organisation de l'éducation nationale, Bouillon : Baudoin, 1793, in-8°, 26 p.
  • Arithmétique simple pour préparer aux nouvelles mesures décimales, Bouillon : Baudoin, 1794, in-8°, 26 p. (anonyme)
  • Examen et explication du Zodiaque de Dendérah, comparé au Globe céleste antique d'Alexandrie conservé au palais de Farnèse à Rome, et de quelques autres Zodiaques égyptiens. — Examen et explication des Zodiaques d'Esné, suivis d'une Réfutation du Mémoire sur le Zodiaque primitif et nominal des anciens Égyptiens. (2e partie) — Examen et explication du Tableau peint au plafond du tombeau des rois de Thèbes — Supplément de l'Examen et explication du Zodiaque de Denderah, Paris : Merlin, 1822, en quatre parties, in-8°, avec figures.
  • Almageste, ou Composition mathématique de Claude Ptolémée, ou Astronomie ancienne, traduit pour la première fois du grec en français, suivie des Notes de Delambre, Paris : Eberhart, 1813 & 1816, 2 vol. in-4°, avec le texte grec en regard.
  • Chronologie de Ptolémée, contenant la table chronologique des Rois, prolongée jusqu'à la prise de Constantinople par les Turcs, Paris : Bobée, 1819, in-4°
  • Hypothèses et époques des planètes de Ptolémée Paris : Merlin, 1820, in-4°
  • Commentaire de Théon d'Alexandrie sur le premier livre de la composition mathématique de Ptolémée, et les Phénomènes d'Aratus de Soles et de Germanicus César, avec les Scholies de Théon, les Catastérismes d'Ératosthène, et la Sphère de Leontius, Paris : Merlin, 1821, 2 vol., in-4°
  • Commentaire de Théon d'Alexandrie sur les Tables manuelles Astronomiques de Ptolémée, Paris : Merlin, 1822 & 1823, 2 vol., in-4°
  • Table Pascale du moine Argyre, faisant suite à celles de Ptolémée et de Théon. — Règle pour la Table Pascale, par le moine Isaac Argyre de Constantinople. — Tables manuelles astronomiques de Ptolémée et de Théon, Paris : Eberhart, 1825, 3 parties, in-4°
  • Traité de Géographie de Ptolémée d'Alexandrie, traduit pour la première fois du grec en français, Paris : Eberhart, 1828, in-4°, avec le texte grec en regard.
  • Éloge de Chrétien le Roy, mort (le 11 mai, 1780), professeur d'éloquence en l'université de Paris, prononcé au collége de Sedan lors de la distribution des prix, faite le 22 août 1791, dans le Journal encyclopédique, t.VII, 10 septembre 1791, pp.107-111
  • Tables Logarithmiques disposées dans un nouvel ordre par de Prasse, revues et corrigées par Halma, Paris, 1814, in-18°

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catholic Encyclopedia
  2. Congar, Lecaillon et Rousseau 1969, p. 424.
  3. Les « Tables faciles » sont postérieures à l'Almageste (voir Ptolémée), mais sont présentées par Halma comme un appendice à celle-ci
  4. Les premières traductions disponibles en Occident provenaient de traductions arabes (voir Almageste). La préface et les notes de cet ouvrage en constituent un intéressant commentaire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Congar, Jean Lecaillon et Jacques Rousseau, Sedan et le pays sedanais, vingt siècles d’histoire, Éditions F.E.R.N.,‎ 1969, 577 p., p. 424,456.
  • Joseph-François Michaud et Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes. Supplément., t. 66,‎ 1839 (lire en ligne), p. 376.
  • Jean-Baptiste-Joseph Boulliot, Biographie Ardennaise ou histoire des Ardennais, vol. 2, Paris,‎ 1830 (lire en ligne), p. 6-11.

Liens externes[modifier | modifier le code]