Nicolas François de Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas François de Lorraine
Image illustrative de l'article Nicolas François de Lorraine
Nicolas François, duc de Lorraine
Biographie
Naissance 6 décembre 1609
Décès 25 janvier 1670
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
1626 par le pape Urbain VIII, démissionne en 1634
Titre cardinalice Cardinal de Lorraine
Évêque de l’Église catholique
Fonctions épiscopales Évêque du diocèse de Toul

Blason

Nicolas François de Vaudémont, né le 6 décembre 1609, mort le 25 janvier 1670, fut cardinal et évêque de Toul de 1624 à 1634, puis renonça à ses vœux et devint duc de Lorraine et de Bar du 19 janvier au 1er avril 1634. Il était fils de François II de Lorraine, comte de Vaudémont et de Christine de Salm.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le jour de la fête du Saint Patron de la Lorraine, il reçut son prénom. D'abord destiné à une carrière ecclésiastique, il devint évêque de Toul dès 1624 et cardinal en 1626 sans être ordonné prêtre ce qui était fréquent dans le monde aristocratique de l'époque (cf au siècle suivant le cardinal Dubois premier ministre Français).

Le frère du duc[modifier | modifier le code]

Son frère Charles IV, duc de Lorraine et de Bar, s'allia à l'Empereur Ferdinand II et soutint en France les opposants au premier ministre, le cardinal de Richelieu notamment en autorisant le mariage de leur sœur Marguerite avec Gaston d'Orléans, frère et héritier du roi Louis XIII.

Ce fut le prétexte qui permit au roi de France de faire envahir le Barrois et la Lorraine en septembre 1633. Nicolas-François étant plus apprécié des Français que lui, Charles IV jugea préférable d'abdiquer en faveur de son frère le 19 janvier 1634.

Duc[modifier | modifier le code]

Nicolas-François s'accorda par provision une dispense pour un mariage avec sa cousine Claude Françoise de Lorraine (1612-48), fille du duc Henri II, envoya le lendemain au pape une lettre pour signaler les raisons pour lesquelles il renonçait au cardinalat, se fit relever de ses vœux et épousa le 8 mars 1634 sa cousine, contrecarrant les projets du roi de France, pour que celle-ci ne soit pas mariée à un prince étranger, la loi salique ne s'appliquant pas en Lorraine et Barrois.

La population des duchés restait profondément hostile à l'occupant français, à l'image de Pierre Fourier,curé de Mattaincourt réputé pour la sainteté de sa vie et qui mourra en exil ou Jacques Callot, artiste graveur, qui, en réponse à la demande de Louis XIII de graver une plaque commémorative de la prise de Nancy, répondit qu'il préférait « perdre le bras ».

L'exil[modifier | modifier le code]

Cela, ainsi que le mariage inopiné du « cardinal », incita les Français à mettre la famille ducale en résidence surveillée. Nicolas-François et son épouse réussirent à s'échapper le 1er avril 1634 et se réfugièrent en Franche-Comté, terre espagnole. Ils se rendirent ensuite en Toscane chez leur tante Christine,épouse du grand duc, puis chez leur oncle, le duc de Bavière Maximilien Ier à Munich en août 1636 et enfin à Venise où ils séjournèrent dix-huit ans.

La libération des duchés[modifier | modifier le code]

En 1654, après l'arrestation de son intrigant frère par les troupes du roi d'Espagne, il prit le commandement de l'armée Lorraine. Devant le refus espagnol de libérer le duc, il se rallia à la France et s'illustra avec son fils Charles à la bataille des Dunes le 14 juin 1658. Ses victoires permirent la libération de son frère, et sa collaboration avec le royaume de France permit la restitution des duchés(1661). Il meurt en 1670.

Nonobstant, les intrigues de l'imprudent Charles IV entraînèrent une nouvelle occupation des duchés par les troupes françaises. Celle-ci dura plus d'un quart de siècle!

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Il épousa, à Lunéville, le 17 février 1634, sa cousine germaine Claude de Lorraine (1612 † 1648), fille d'Henri II, duc de Lorraine et de Bar, et de Marguerite de Mantoue. Ils eurent :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]