Nicolas Demidoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas Demidoff
Portrait de Nicolas Demidoff par Salvator Tonci, Saint-Pétersbourg, Musée russe

Le comte Nikolaï (Nicolas) Nikititch Demidoff est un industriel et mécène russe né le 9 novembre 1773 et mort à Florence (Italie) le 22 avril 1828.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Fils de Nikita Akinfievitch Demidoff (1724-1786) et de sa troisième épouse Alexandra Safonova, Nicolas Demidoff hérita à quinze ans de l'empire industriel de son père. Il se mit à dépenser de manière si inconsidérée que le Gouvernement dut le munir de curateurs.

En septembre 1795, il épousa la baronne Elisabeth Alexandrovna Stroganoff (1779-1818) dont il eut deux fils : Pavel (Paul) (1798-1840) et Anatoly (Anatole) (1812-1869), créé en 1840 par le grand duc de Toscane "Prince de San Donato".

Nicolas Demidoff entra dans la diplomatie et le jeune ménage s'installa à Paris où tous deux soutinrent ardemment Napoléon Ier. Ils logent alors dans l'hôtel de Brancas-Lauragais, à l'angle de la rue Taitbout et du boulevard des Italiens. Mais la montée des tensions entre la France et la Russie entraîna le rappel de Nicolas qui rentra en Russie en 1812 et s'installa à Moscou. Il se distingua durant la guerre russo-turque (1806-1812). Après le début de la campagne de Russie, Nicolas Demidoff finança la création d'un régiment d'infanterie dont il prit le commandement.

En 1813, il fit don au musée minéralogique de Moscou d'importantes collections pour remplacer celles qui avaient été perdues dans l'incendie de la métropole russe et donna également à l'Université de Moscou d'importantes collections d'art. Il finança également la construction de quatre ponts à Saint-Pétersbourg.

Avec l'âge, Nicolas Demidoff devint lui aussi un industriel avisé. Il modernisa l'infrastructure technique de ses usines et doubla sa fortune. Il dota sa patrie de plusieurs industries, y créa des établissements d'utilité publique, perfectionna l'exploitation des mines, et particulièrement la mine de malachite de Nijni Taguil, Iekaterinbourg, Oural, Mine Mednoroudiansky (’minerai de cuivre’)[1], et se fit par son industrie minière de pierres semi-précieuses, un revenu qui s'élevait à 5 millions.

C'est lui qui acclimata en Crimée les vignes de Bordeaux et de Champagne, ainsi que l'olivier de Lucques.

Nicolas Demidoff fut chambellan du tsar, commandeur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et membre du conseil privé. En 1819, il fut nommé ambassadeur de Russie auprès de la cour de Toscane. Il passa ses dernières années en France et en Italie, vivant dans la société des savants et répandant autour de lui d'innombrables bienfaits.

Il acheta à l'Église catholique 42 hectares de terrains marécageux au nord de Florence où il fit construire un palais, la Villa San Donato.

Il finança également la création d'écoles, d'hôpitaux et autres institutions charitables en Toscane. A San Donato, il créa un théâtre, une académie de langues étrangères.

La villa elle-même, édifiée de 1827 à 1831 (détruite) comprenait, outre des appartements privés richement meublés, une suite de quatorze salles abritant une énorme collection d'art, constituant un véritable musée (la Collection Demidoff); celle-ci, répartie entre ses résidences de Paris, Moscou, Saint-Pétersbourg et San Donato, était alors réputée la plus importante d'Europe; elle comptait des maîtres flamands et italiens, des arts décoratifs, et une célèbre série d'armes, aujourd'hui conservée à la Wallace Collection à Londres.

Sa collection de statues grecques et romaines se trouve au Musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Par décret du 23 février 1827, le grand-duc Léopold II de Toscane le fit « comte de San Donato », pour services rendus à la Toscane par la création d'une manufacture de soieries.

Hommage[modifier | modifier le code]

Monument Demidoff, Florence
Monument Demidoff, Florence

À sa mort en 1828, ses fils Paul et Anatole commandèrent au sculpteur Lorenzo Bartolini un monument à sa mémoire à ériger dans le jardin de la villa San Donato. Le monument en marbre de Carrare, inachevé au décès du sculpteur en 1840, ne fut terminé qu'en 1871 par son successeur Pasquale Romanelli et installé, non pas à San Donato, mais au bord de l'Arno, à l'endroit qui devint la Piazza Demidoff. Eu égard à sa fragilité, une verrière qui évoque un kiosque victorien a été édifiée en 1911 pour le protéger[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)The Demidoff Malachite Mine, sur le site mindat.org, consulté le 14 juillet 2014
  2. (en) Deirdre Pirro, « The Demidoff statue », The Florentine, vol. 146,‎ 30 juin 2011 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]