Nicolas Chédeville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chédeville.

Nicolas Chédeville

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait par Alexis Grimou (1678-1733) Coll. particulière.

Naissance 20 février 1705
Serez, Drapeau de la France France
Décès 6 août 1782 (77 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur, hautboïste

Nicolas Chédeville, né le 20 février 1705 à Serez (Eure) et mort le 6 août 1782 à Paris est un compositeur, hautboïste, joueur de musette et éditeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le plus jeune d’une famille de trois frères musiciens qui maîtrisaient en virtuose la musette (forme baroque de la cornemuse) Pierre Chédeville (1694-1725), Esprit Philippe Chédeville (1696-1762). Esprit-Philippe et Nicolas Chédeville se firent connaître comme éditeurs de différents ouvrages, la mort prématurée de Pierre leur conférant respectivement les appellations d'Aîné et de Cadet.

Louis Hotteterre, son oncle et parrain, est facteur d’instruments à vent et joueur de musette et de hautbois à l’orchestre de l’Opéra. Il appartient lui-même à une très fameuse dynastie de musiciens, facteurs d'instruments et interprètes qui sont à l'origine de la grande tradition des bois en France : les frères Chédeville s'y rattachent eux-mêmes par le système des alliances. À la mort de son oncle en 1732, Nicolas prend le poste dans l’orchestre royal de l’Opéra et au sein des Grands Hautbois de l'Écurie, jusqu’en 1748. Il se marie à l’âge de 70 ans avec la fille de son valet qui auparavant servait le duc d'Orléans. Mauvais gestionnaire, il connaît des difficultés financières, ses dix maisons sont vendues à l’encan, il se sépare de sa femme et, en 1777, il reprend la charge de musicien auprès des Grands Hautbois. Il meurt 5 ans plus tard.

Nicolas Chédeville dit « le Cadet », hautboïste à la Cour de Louis XV, reprendra à son compte quelques numéros de l’opus VIII - dont le Printemps et l'Automne des Quatre Saisons - en substituant la partie de violon solo par son adaptation pour la musette, elle-même remplaçable par la vielle à roue, voire la flûte à bec. Ces instruments complexes, malgré leur connotation pastorale, connurent dès les années 1720, une popularité exceptionnelle. La cour de Louis XV donnera le ton, puisque la reine Marie Leszczyńska et ses filles se produiront sur leurs instruments somptueusement décorés dans le cadre de concerts privés, aux côtés des plus grands virtuoses, dont Chédeville fut l’un des chefs de file en son temps.

Œuvre[modifier | modifier le code]

« Le joueur de musette le plus célébré de France » dit-on de lui. Ses compositions sont presque toutes des œuvres de musette ou vielle à roue, telles les Amusements champêtres (1729). D’autres œuvres plus abouties du genre suivront. En 1737, il se lance dans la publication de la composition de Il Pastor Fido, en réalité l'Opus 13, attribué à Vivaldi (le même Chédeville le signe sous ce nom). Son intérêt pour la musique italienne le conduit à éditer des arrangements pour la musette et la vielle à roue ou la flûte de l’œuvre de compositeurs italiens, dont Les saisons amusantes (1739), qui sont une transcription de six concertos d'Il cimento dell'armonia e dell'inventione de Vivaldi pour vielle et musette dont deux des fameuses Quatre Saisons  : le Printemps et l'Automne. Les compositions de Nicolas Chédeville sont le plus souvent d'inspiration légère et divertissante, mais son écriture s'adapte parfaitement à la technique de la musette, que le musicien sait parfaitement mettre en valeur par un jeu virtuose et brillant. On possède un certain nombre de musettes signées de lui, notamment un bel instrument exposé au Musée de la Musique à Paris.