Nicolas Brembre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nicolas Brembre est un oligarque anglais du XIVe siècle proche du roi Richard II. Il devient lord-maire de Londres en 1377, et de nouveau en 1383. Décrit comme un « homme riche et puissant de la ville » par Richard Grafton (qui le dit à tort drapier), il est le fils de John Brembre[1], et, devenu un citoyen et épicier de Londres, achète en 1372 les propriétés de Mereworth, Maplescombe, et West Peckham, dans le Kent, à la famille Malmains[2]. Ses activités de business, notamment dans le commerce de la laine, font de lui un homme immensément riche, avec une fortune de 10 000 £[3]. Ses relations avec Richard II vont conduire à sa perte, lorsque les Lords Appelants, nobles hostiles au roi, prennent contrôle du gouvernement et emprisonnent, exilent ou exécutent la plupart des proches de Richard. Malgré les efforts de Richard, Brembre est exécuté en 1388 pour trahison.

Lord-maire de Londres[modifier | modifier le code]

Les origines de Brembre sont méconnus, bien qu’il pourrait être apparenté à Thomas Brembre qui servit le roi entre 1347 et 1355. Sa première apparition comme conseiller municipal date de 1372[4], et il siège alors pour la circonscription de Bread Street Ward, où il réside[5]. Les citoyens sont alors divisés en deux partis, l’un dominé par John Northampton supportant Jean de Gand et John Wycliffe, et l’opposition conduite par William Walworth et John Philipot, partisans de William Coutenay. À la chute de Jean de Gand et ses partisans à la fin du règne d’Édouard III, Adam Stable, alors lord-maire, est destitué et remplacé par Brembre, qui appartenait à l’opposition. Il prend ses fonctions le 29 mars 1377[6], et est réélu l’année suivante.

Désaccords politiques[modifier | modifier le code]

Au parlement de Gloucester (1378), Thomas de Woodstock, oncle du roi, demande à ce que Brembre soit démis de ses functions de maire pour outrage d’un citoyen vis-à-vis d’un de ses partisans, mais sans qu’il n’y ait de suites[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The History and Topographical Survey of the County of Kent, Edward Hasted, ii 258.
  2. (en) Ibid. i. 290, ii. 258, 264
  3. (en) Sir Nicholas Brembre "The Richest of the Rich."
  4. (en) Letter-book G, f. 293b
  5. (en) The History of the Twelve Great Livery Companies, William Herbert, i. 328.
  6. (en) Annals, John Stow.
  7. (en) Memorials of London, H.T. Riley.