Nicolas Archambault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nicolas Archambault

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Nico Archambault à la fête du Canada, le 1er juillet 2009.

Alias
Nico
Naissance 18 octobre 1984 (29 ans)
Montréal
Nationalité Canadien
Profession
Formation
Distinctions
SYTYCD Canada, 1er prix
Gemini Awards nomination pour Nureyev
Conjoint

Nicolas Archambault, né le 18 octobre 1984 à Montréal, au Québec, est un chorégraphe et un danseur contemporain canadien. Consacré « danseur favori des Canadiens » à la compétition So You Think You Can Dance Canada en 2008, il a cofondé la compagnie de chorégraphie Street Parade et le groupe électro-pop The Pinup Saints, dont il est le directeur artistique. Mieux connu sous le diminutif « Nico », Archambault a dansé aux côtés de Janet Jackson lors de la cérémonie des American Music Awards 2009 et a participé au clip Make Me de la chanteuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aîné de quatre enfants, Nicolas Archambault fait ses premiers essais de danse à l'âge de 7 ans, à l'école chorégraphique Louise Lapierre que fréquentent également ses sœurs. Il est traumatisé par les railleries à son sujet, étant le seul garçon du groupe[1]. C'est à l'école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry à Saint-Léonard qu'Archambault s'inscrit au programme danse-étude, mais, encore une fois, il est ostracisé, taxé d'être homosexuel et il est victime d'intimidation[2]. En plus d'avoir une poussée de croissance trop rapide, il est maigre, souffre de la maladie d'Osgood-Schlatter. Il est également impopulaire à l'école et pour ces raisons, aujourd'hui, il participe à une campagne canadienne contre l'intimidation à l'école et a, dans ce cadre, dessiné un t-shirt pour la cause[3].

Dès l'âge de 14 ans, il décroche ses premiers contrats. À 19 ans, alors qu'il étudie la danse à LADMII, l'école de danse contemporaine, on lui offre d'être le danseur freestyle de la populaire émission La Fureur, où il travaille pendant cinq ans. Durant cette période, il danse également dans de nombreuses revues musicales dont celles d'Elvis Story, de Joe Dassin - La grande fête musicale, Night Fever, et dans la version lyrique de l’opéra-rock Starmania[4]. Il a également été l'assistant du chorégraphe Brian Friedman[5].

En 2008, il participe à la première compétition So You Think You Can Dance Canada organisée à Toronto. Favori du public, des chorégraphes et du jury, il rafle la première position parmi 3 500 danseurs, au terme de neuf semaines de compétition. Il est le seul des danseurs à ne pas avoir été mis en danger par le public ou les juges[2]. Il devient par la suite le chorégraphe en résidence de l'émission[6].

Quelques semaines après son succès à So You Think You Can Dance Canada, il est approché par Janet Jackson pour être son danseur principal dans le clip de la chanson Make Me, puis il partage la scène de Jackson lors de la cérémonie des American Music Awards 2009[7]. La même année, il incarne le danseur russe Rudolf Noureev dans un téléfilm pour la chaîne canadienne Bravo! où il interprète un jeune issu d'un milieu pauvre qui rêve de gagner sa vie comme danseur et qui réalise son rêve grâce à un concours. La série Nureyev obtient six nominations au gala du Gemini Awards dont une pour Archambault : « Meilleure performance dans un programme des arts du spectacle ou de série (individuel ou ensemble) »[8].

Malgré son immense succès aux États-Unis et au Canada anglais, Archambault demeure largement inconnu du public québécois. C'est à la suite de la diffusion de l'émission du 29 novembre 2009 de Tout le monde en parle que le public fait la rencontre du danseur. C'est d'ailleurs sur ce plateau, qu'on apprend qu'il a refusé d'aller en tournée avec Michael Jackson parce qu'il avait d'autres projets[9]. Le réalisateur et chorégraphe du documentaire Michael Jackson's This Is It, Kenny Ortega, a dit que Nico Archambault était la raison pourquoi les gars aiment « danser : » « Vous apportez une grande virilité ; vous êtes vrai, stable, puissant et fort (...) vraiment, c'est la danse la plus puissante que j'ai vue de toute la soirée[10],[11]. »

Le 10 juillet 2010, Archambault épouse Wynn Holmes, sa fiancée depuis 3 ans et danseuse de Vancouver. Elle est également la chanteuse principale du groupe Pinup Saints ; on peut le voir apparaître en tant que danseur dans certains clips de ce groupe, tels que Mister et Halo. En 2010, aux côtés du metteur en scène Serge Denoncourt, Nico Archambault chorégraphie le spectacle musical Le Blues d'la métropole qui honore le groupe Beau Dommage au Théâtre Saint-Denis de Montréal[12].

En 2011, il se lance dans le cinéma en tant qu'acteur et chorégraphe ; il fait partie de la distribution du film Sur le rythme, produit par Charles-Olivier Michaud[13],[14]. Actuellement, Nicolas Archambault est à Belgrade en Serbie avec Serge Denoncourt afin d'aider un groupe d'une trentaine d'adolescent Roms à monter des chorégraphies. GRUBB The Musical est un projet mis sur pied pour soutenir les jeunes tziganes avec des projets éducatifs et artistiques. À l'été 2011, Nicolas Archambault et son groupe d'adolescents se produiront au Festival international de jazz de Montréal[15]. À l'automne, il est à la barre d'une nouvelle émission à Radio-Canada, Ils Dansent, mettant en vedette 10 danseurs choisis en auditions. Tout au long de l'automne, les danseurs auront 1 chorégraphie basée sur un style de danse différent à chaque fois.

En février 2012, Nico devient l'un des juges de You Can Dance, adaptation française de l'émission américaine So You Think You Can Dance sur NT1 (chaîne de la TNT appartenant à TF1).

Carrière[modifier | modifier le code]

Danseur[modifier | modifier le code]

Chorégraphe[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Animateur[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'ascension fulgurante de Nico Archambault. Entrevue par France Beaudoin, Bon baisers de France », sur Radio-Canada, Montréal,‎ 3 juin 2009 (consulté le 17 février 2011).
  2. a et b « Nico Archambault: danseur primé. Entrevue par Christine Charette », sur Radio-Canada, Montréal,‎ 10 décembre 2008 (consulté le 17 février 2011).
  3. « Nico Archambault et son cœur de danseur. Entrevue par Nathalie Petrowski », sur La Presse, Montréal,‎ 20 mars 2010 (consulté le 17 février 2011).
  4. « Entrez dans la danse... Nico Archambault à So You Think You Can Dance. Article de Marc-André Lemieux », sur Journal Métro,‎ 3 décembre 2008 (consulté le 17 février 2011).
  5. « Nico Archambault, un Montréalais parmi les stars. Article de Marie Eiffel », sur Primeur, Montéeal,‎ 18 mars 2010 (consulté le 17 février 2011).
  6. (en) « Voted Canada's Favourite Dancer », sur Réseau CTV, Toronto,‎ 8 décembre 2008 (consulté le 17 février 2011).
  7. « Nico Archambault dansera aux American Music Awards », sur La presse canadienne, Toronto,‎ 12 novembre 2009 (consulté le 17 février 2011).
  8. « Gemini Award nominations announced », sur Toronto Life,‎ 31 août 2010 (consulté le 17 février 2011).
  9. « L’étoile du match à Nico Archambault. Article de Richard Therrien », sur Cyberpresse, Montréal,‎ 29 novembre 2009 (consulté le 17 février 2011).
  10. « Nico Archambault sera-t-il couronné?. Article de Stéphanie Brody », sur Cyberpresse, Montréal,‎ 6 décembre 2008 (consulté le 17 février 2011).
  11. (en) « Nico Archambault and Arassay Reyes - Let Me Leave », sur CTV, Toronto,‎ 22 octobre 2008 (consulté le 17 février 2011).
  12. « Le blues d'la métropole, un spectacle total qui nous ressemble. Article de Alain de Repentigny », sur La Presse,‎ 8 avril 2010 (consulté le 17 février 2011).
  13. « Sur le rythme: à la cadence de Nico. Article de Eric Clément », sur Cyberpresse, Montréal,‎ 10 juin 2010 (consulté le 17 février 2011).
  14. « Nico Archambault au cinéma dans le film Sur le rythme. Article de Lebuzz », sur Lebuzz.info,‎ 15 février 2010 (consulté le 17 février 2011).
  15. « Nico Archambault, la danse pour exister. Entrevue par Christiane Charette », sur Radio-Canada, Montréal,‎ 4 février 2011 (consulté le 17 février 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]