Nicolas Amelot de La Houssaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nicolas Amelot de la Houssaye (Orléans 1634 - Paris 1706) est un historien français.

Sur les autres projets Wikimedia :

Les détails de la vie d'Amelot sont peu connus hors du fait qu'il fut nommé en 1669 secrétaire d'ambassade à Venise.

Dans son Histoire du gouvernement de Venise, il entreprit d'expliquer, et avant tout de critiquer, l'administration de cette république, et d'exposer les causes de sa décadence. L'ouvrage parut en mars 1676 et, ne semblant pas être désapprouvé par le pouvoir royal, provoqua des protestations indignées de l'ambassadeur vénitien, Giustiniani. L'auteur fut envoyé à la Bastille, où il ne resta que six mois.

Une seconde édition, avec suppléments, publiée immédiatement après, renouvela ces protestations, et l'édition fut interdite. Cette persécution fit une publicité extraordinaire à cet ouvrage qui connut vingt-deux éditions en trois ans, et de nombreuses traductions.

Amelot publia également en 1683 une traduction de l'Histoire du concile de Trente de Fra Paolo Sarpi, dans lequel il ajouta certaines notes qui déplurent fortement aux partisans de l'autorité absolue du Pape.

Sous le pseudonyme de La Motte Josseval, Amelot publia un Discours politique sur Tacite, dans lequel il analysa le caractère de Tibère.

Il a en outre composé une Histoire de Guillaume de Nassau, publiée en 1754, et a laissé des Mémoires historiques, qui eurent la réputation d'être piquants, mais peu exacts.


On doit également à Amelot de la Houssaye la traduction de l’italien du Prince de Machiavel (dédié au et publié à Amsterdam en 1683) Il a aussi traduit de l’espagnol Baltazar Gracian, un jésuite espagnol qui rencontra quelques difficultés avec sa Compagnie ; l'Oraculo manual y arte de prudencia a paru à Paris en 1684 sous le titre L’homme de cour ; Amelot dédia cette traduction à Louis XIV. Le livre rencontra un grand succès et donna lieu à plusieurs éditions dans les années qui suivirent. Sa traduction continue d'ailleurs à être éditée régulièrement. Il a commenté Mémoires de la minorité de Louis XIV, sur ce qui s'est passé à la fin de la vie de Louis XIII et pendant la régence d'Anne d'Autriche, mère de Louis XIV de La Rochefoucauld, ouvrage qu’il publie en 1689 ; après la mort de Amelot de la Houssaye paraît en 1714, à Paris, une édition des Réflexions, sentences et maximes morales.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Amelot de La Houssaie, Histoire du gouvernement de Venise, t. 1, Amsterdam, Pierre Mortier,‎ 1705, 750 p. (lire en ligne).
  • Nicolas Amelot de La Houssaie, Histoire du gouvernement de Venise : ou l'histoire des Uscoques, t. 3, Amsterdam, Pierre Mortier,‎ 1705, 316 p. (lire en ligne).

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Nicolas Amelot de La Houssaye » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)