Nicholson Baker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicholson Baker

Nicholson Baker (né le à New York) est un écrivain américain.

Il est notamment l'auteur de plusieurs romans, dont Le point d’orgue, La Mezzanine, VOX, Nory au Pays des Anglais et À servir chambré.

Baker milite contre la destruction par les bibliothèques d'exemplaires papier. En 1999, il fonde l'association American Newspaper Repository dont l'objectif est de conserver les anciennes éditions des journaux américains.

Baker est considéré aux États-Unis comme l'un des écrivains les plus talentueux de sa génération, à laquelle appartiennent aussi David Foster Wallace, Mark Leyner et William Vollmann[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La mezzanine (The Mezzanine, 1988), (roman, traduit par Arlette Stroumza), Juillard, 1990; Rééd. poche 10/18, 1993 ; Rééd. Robert Laffont, 2008
  • À servir chambré (Room temperature, 1990), (roman, traduit par Michel Lederer), Juillard, 1992 ; Rééd. Robert Laffont, 2005
  • Vox (Vox, 1992), (roman, traduit par Michel Lederer), Juillard, 1993 ; Rééd. poche 10/18, 1994
  • Le point d'orgue (The Fermata, 1994), (roman, traduit par Jean Guiloineau), Bourgois, 1995 ; Rééd. poche 10/18, 1998
  • Nory au pays des Anglais (The Everlasting Story of Nory, 1998), (roman, traduit par Marie-Claire Pasquier), Balland, 2000
  • Une boite d'allumettes (A box of matches, 2003), (roman, traduit par Antoine Cazé), Bourgois, 2004 ; Rééd. poche 10/18, 2006
  • La taille des pensées (The Size of Thoughts, 1996), (essai, traduit par Antoine Cazé), Bourgois, 2004 ; Rééd. poche 10/18, 2006
  • Contrecoup (Checkpoint, 2004), (roman, traduit par Claro), Le Cherche midi, 2005
  • Human smoke (Human Smoke: The Beginnings of World War II, the End of Civilization, 2008), (essai, traduit par Éric Chédaille), Bourgois, 2009
  • Updike & moi (U and I: A True Story, 1991), (essai, traduit par Martin Winckler), Bourgois, 2009
  • La Belle Échappée (House of Holes, 2011), (roman, traduit par Éric Chédaille), Bourgois, 2012


Notes et références[modifier | modifier le code]