Nicholas Suntzeff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nicholas Suntzeff

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Nicholas B. Suntzeff en 2009

Naissance 22 novembre 1952 (62 ans)
Berkeley (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Champs Astronomie
Institutions Université de Californie à Santa Cruz
Directeur de thèse Robert Kraft

Nicholas B. Suntzeff (né le 22 novembre 1952, à Berkeley (États-Unis) est titulaire de la chaire d'astronomie Mitchell/Heep/Munnerlyn au département de physique et astronomie de l'université Texas A&M, où il est également le directeur du programme d'astronomie. C'est un astronome spécialisé dans l'observation en cosmologie, les supernovae, le populations stellaires, et l'instrumentation astronomique.

Études[modifier | modifier le code]

Suntzeff est diplômé du lycée Redwood High School de Larkspur, en Californie. Il a obtenu son Bachelor of sciences avec mention en mathématiques à l'université Stanford en 1974, et son doctorat en astronomie et astrophysique à l'université de Californie à Santa Cruz et à l'observatoire Lick en 1980. Son directeur de thèse était Robert Kraft.

Travaux[modifier | modifier le code]

En 1986, en travaillant avec Mark M. Phillips au Cerro Tololo Inter-American Observatory (CTIO), Suntzeff utilisa les caméras cryogéniques à CCD développées récemment pour produire la première courbe lumineuse moderne d'une supernova[1]. Le calibrage fondamental des distances aux supernovae de type Ia fut inventé par le Calán/Tololo Supernova Survey[2],[3] fondé par Mario Hamuy, Jose Maza, Mark M. Phillips, et Suntzeff. Le relevé, décidé après une discussion au cours de la réunion de Santa Clara sur les supernovae[4] et les encouragements d'Allan R. Sandage pour l'utilisation des supernovae de Type Ia pour la mesure de la constante de Hubble, H0, et du paramètre de décélération, q0, s'étala de 1990 à 1995, et fournit les méthodes initiales pour la mesure de précision des distances aux galaxies externes[5], ce qui conduisit à une valeur précise de la constante de Hubble[6],[7].

En continuant de travailler sur le Calán/Tololo Survey, Suntzeff avec Brian P. Schmidt cofondèrent le High-Z supernovae search team en 1994, qui utilisa les observations des supernovae extragalactiques pour la découverte de l'accélération de l'univers[8],[9]. Cette accélération universelle induit l'existence d'énergie sombre compatible avec la constante cosmologique de la théorie de la Relativité générale d'Einstein. Elle a été élue percée scientifique majeure de 1998 par la revue Science[10].

Avant 2006, il était directeur scientifique associé au National Optical Astronomy Observatory américain, et astronome au Cerro Tololo Inter-American Observatory. De 1982 à 1986, il était membre du Carnegie/Las Campanas aux observatoires du Mont Wilson et de Las Campanas, que l'on appelle maintenant les observatoires de la Carnegie Institution pour la science. En 2010, il fut élu vice-président de l'Union américaine d'astronomie. Il a reçu une Jefferson Senior Science Fellowship en 2010 de la part de l'Académie nationale des sciences américaine pour travailler au département d'État américain.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Nicholas Suntzeff » (voir la liste des auteurs)

  1. Phillips, M. M., et al., « The Type Ia Supernova 1986G in NGC 5128 - Optical Photometry and Spectra », Publications of the Astronomical Society of the Pacific, vol. 99,‎ juillet 1987, p. 592–605 (DOI 10.1086/132020, Bibcode 1987PASP...99..592P)
  2. Phillips, M. M., « The absolute magnitudes of Type IA supernovae », Astrophysical Journal Letters, vol. 413,‎ août 1993, p. L105–L108 (DOI 10.1086/186970, Bibcode 1993ApJ...413L.105P)
  3. Hamuy, M. et al., « The 1990 Calan/Tololo Supernova Search », The Astronomical Journal, vol. 106, no 6,‎ décembre 1993, p. 2392–2407 (DOI 10.1086/116811, Bibcode 1993AJ....106.2392H)
  4. Supernovae. The 10° Santa Cruz Workshop in Astronomy and Astrophysics, tenu du 9 au 21 juillet 1989, au Lick Observatory. Editor, S.E. Woosley; Springer-Verlag, New York, 1991.
  5. Hamuy, M., et al., « The Morphology of Type IA Supernovae Light Curves », The Astronomical Journal, vol. 112,‎ décembre 1996, p. 2438 (DOI 10.1086/118193, Bibcode 1996AJ....112.2438H)
  6. Suntzeff, N.B. et al., « Optical Light Curve of the Type IA Supernova 1998BU in M96 and the Supernova Calibration of the Hubble Constant », The Astronomical Journal, vol. 117, no 3,‎ mars 1999, p. 1175–1184 (DOI 10.1086/300771, Bibcode 1999AJ....117.1175S)
  7. Freedman, W. et al., « Final Results from the Hubble Space Telescope Key Project to Measure the Hubble Constant », The Astrophysical Journal, vol. 553, no 1,‎ mai 2001, p. 47–72 (DOI 10.1086/320638, Bibcode 2001ApJ...553...47F)
  8. Riess, A. et al., « Observational Evidence from Supernovae for an Accelerating Universe and a Cosmological Constant », The Astronomical Journal, vol. 116, no 3,‎ septembre 1998, p. 1009–1038 (DOI 10.1086/300499, Bibcode 1998AJ....116.1009R)
  9. Perlmutter, S. et al., « Measurements of Omega and Lambda from 42 High-Redshift Supernovae », The Astrophysical Journal, vol. 517, no 2,‎ juin 1999, p. 565–586 (DOI 10.1086/307221, Bibcode 1999ApJ...517..565P)
  10. James Glanz, « BREAKTHROUGH OF THE YEAR: ASTRONOMY: Cosmic Motion Revealed », Science, vol. 282, no 5397,‎ 18 décembre 1998, p. 2156–2157 (DOI 10.1126/science.282.5397.2156a, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]