Nice Jazz Festival

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nice Jazz Festival
Image illustrative de l'article Nice Jazz Festival
La scène Jardins du Nice Jazz Festival (arènes de Cimiez) en 2002

Genre jazz, blues, musiques du monde, pop, reggae, variétés
Lieu Nice (France)
Coordonnées 43° 41′ 47″ N 7° 16′ 08″ E / 43.696378, 7.26880843° 41′ 47″ Nord 7° 16′ 08″ Est / 43.696378, 7.268808  
Période Juillet
Scènes Jardin Albert 1er
(Théâtre de verdure, et
Scène Masséna)
Capacité 3000 + 6500
Date de création 1948
Date de disparition 1949 à 1971
Fondateurs Jacques Hebey
Statut juridique Régie municipale
Structure-mère Direction de la communication et de l’événementiel de la Ville de Nice.
Direction artistique Sébastien Vidal Jazz From the Duke
Site web nicejazzfestival.fr

Le Nice Jazz Festival, appelé à l'origine Le festival du jazz, est un festival de musique organisé à Nice en France une première fois en 1948, puis tous les ans depuis 1971. Il est parfois considéré comme « le premier festival de jazz à avoir acquis une importance internationale[1] ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La première édition du festival international de jazz de Nice, organisée par Jacques Hebey (cocréateur en 1960 de Jazz à Juan) sous la direction artistique d’Hugues Panassié, président du Hot Club de France, a lieu le 25 février 1948[2]. Louis Armstrong et son groupe The All Stars et Django Reinhardt en sont les vedettes principales[3],[4].

Le festival se déroule à l'opéra de Nice, et au casino municipal de la place Masséna. C’est pendant cette première édition que Suzy Delair chante pour la première fois la chanson C'est si bon dans un cabaret où Louis Armstrong terminait sa soirée[5].

Le festival ne reprendra qu'en 1971, organisé par la ville de Nice dans le jardin Albert 1er au Théâtre de verdure, suite à la suspension du festival de jazz d'Antibes - Juan-Les-Pins.

1974-1979 : La Grande Parade du Jazz[modifier | modifier le code]

En 1974, l'organisation du festival est confiée au producteur américain George Wein, créateur du Newport Jazz Festival en 1954, aux côtés de Jean-Louis et Simone Ginibre. Le festival est rebaptisé Grande Parade du Jazz, et trouve son lieu de prédilection aux arènes de Cimiez sur les hauteurs de Nice. Les concerts ont lieu simultanément sur trois scènes (arènes, Matisse, jardins) autour d'un grand parc d'oliviers dédié à la restauration, aux échoppes, qui se prête à l'accueil d'un public familial.

La configuration des lieux permet aux organisateurs d'accueillir simultanément plusieurs styles de musique (bop, blues, jazz fusion, new orleans, etc.), avec différentes générations de musiciens, des artistes locaux et des stars internationales. Les spectateurs, dont beaucoup découvrent ainsi le jazz, déambulent d'une scène à l'autre en fonction des programmes, qui changent toutes les heures ; ils peuvent s'allonger sur les pelouses face à la scène des jardins, ils peuvent danser sur les planches devant la scène Matisse, ils croisent parfois les musiciens qui profitent aussi des spectacles. L'atmosphère festive et le concept scénique attirent un public à la fois local et international. Les rues de Nice participent également à la fête avec chaque jour des parades et des concerts improvisés. Les musiciens se retrouvent le soir à l'hôtel Beach Regency où le spectacle se prolonge en jam sessions tard dans la nuit.

La notoriété de la Grande Parade du Jazz se développe encore avec les enregistrements de Jean-Christophe Averty diffusés à la télévision. La Grande Parade du Jazz reste pour les amateurs l'âge d'or du festival.

1980-1993 : JVC Nice Jazz Festival[modifier | modifier le code]

Avec l'arrivée du mécénat, le festival devient en 1980 JVC Grande Parade du Jazz puis JVC Nice Jazz Festival en 1992. JVC est alors partenaire de plusieurs grands festivals de jazz à travers le monde, dont celui de Newport ou de Londres.

La recherche d'un équilibre financier par l'augmentation de la fréquentation nécessite l'ouverture de la programmation à d'autres courants musicaux : world music, reggae, rock, toujours aux côtés de grandes figures du jazz et du blues.

Depuis 1994 : Nice Jazz Festival[modifier | modifier le code]

En 1994, la mairie de Nice doit se séparer de la gestion du festival, et confie son organisation à une entreprise privée :

  • 1994-1996 : Association Les Alizées, Nice Jazz Productions SARL
  • 1997 : Viviane Sicnasi (responsable de la communication et des relations presse de la Grande Parade depuis 1974)
  • 1998-2000 : Michel Leeb
  • 2001-2007 : Viviane Sicnasi Production (délégation de service public)
  • 2008-2010 : Gérard Drouot Production (délégation de service public)[6]
  • 2011 : reprise en régie municipale avec Harry Lapp en tant que Directeur artistique, abandon du site de Cimiez et retour aux jardins Albert 1er[7].
  • 2012 : Harry Lapp
  • 2013 : Sébastien Vidal, association Jazz from The Duke[8].

Programmation[modifier | modifier le code]

Depuis 1974, le Nice Jazz festival se déroulait de 19 heures à h 30 tous les ans au mois de juillet durant huit jours, puis il est réduit à seulement 5 jours en 2011. Sa fréquentation est d'environ 45 000 spectateurs par an[9], 2001 ayant vu un record de fréquentation avec 55 000 entrées.

Le Nice Jazz Festival présentait depuis 1994 une affiche de moins en moins marquée jazz (Leonard Cohen, Maxime Le Forestier, Julien Doré, Phil Collins, Jacques Higelin, Laurent Garnier, Earth, Wind and Fire…), se voulant plus éclectique pour répondre aux goûts variés du public selon les organisateurs, et attirer un plus grand nombre de spectateurs. En 2011, la programmation revient nettement au jazz et à ses proches courants. Mais en 2014 elle renoue avec des concerts plus grand public avec notamment Patrice (reggae), (Metronomy) et Cassius (electro), Deep Purple (hard rock), ou les Gipsy Kings.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jonathan Duclos–Arkilovitch , Jazzin’ Riviera, 70 ans de jazz sur la Côte d’Azur, ROM Editions, Nice, 1997, (ISBN 2-9104-1012-9).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Axelrod, The complete idiot's guide to jazz, Alpha, 1999, p. 23 (ISBN 978-0-0286-2731-1)
  2. « 25 février 1948 : Nice, ville du Jazz », sur http://aujourdhui.over-blog.fr,‎ 25 février 2011 (consulté le 27 novembre 2012)
  3. (en) David Horn, Dave Laing, Paul Oliver, Peter Wicke, Continuum Encyclopedia of Popular Music of the World : Part 1 Media, Industry, Society, Continuum International Publishing Group,‎ 2003, 832 p. (ISBN 978-0-8264-6321-0), p. 281
  4. (en) Colin Larkin, The Guinness Encyclopedia of Popular Music : Lincoln, Abe-Primettes, vol. 4, Guinness Pub.,‎ 1995, 4991 p. (ISBN 978-1-5615-9176-3), p. 3034
  5. Jean Buzelin, « Delair, Suzy », sur http://www.fremeaux.com, Frémeaux & Associés (consulté le 27 novembre 2012)
  6. Le Nice Jazz Festival change d'ère, maville.com, 23 décembre 2007
  7. Nice Jazz Festival 2011 dans le jardin Albert 1er, Nice Matin, 22 juin 2010
  8. « Sébastien Vidal, nouveau directeur artistique du Nice jazz Festival », sur www.irma.asso.fr,‎ 28 janvier 2013 (consulté le 2 mai 2013)
  9. Le coup de gueule de Viviane Sicnasi, Nice Matin, 23 juillet 2008

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]