Niccolò Albergati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Niccolo Albergati)
Aller à : navigation, rechercher
Niccolò Albergati
Image illustrative de l'article Niccolò Albergati
Portrait du cardinal Niccolò Albergati par Jan van Eyck
Biographie
Naissance 1375
à Bologne  États pontificaux
Ordination sacerdotale juin 1404
Décès 9 mai 1443
à Sienne
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
24 mai 1426
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Croce in Gerusalemme
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 4 juillet 1417
Grand pénitencier
Camerlingue de la Sainte-Église
Évêque de Bologne

Niccolò Albergati, souvent francisé en Nicolas Albergati, (né en 1375 à Bologne, en Émilie-Romagne, alors dans les États pontificaux, et mort à Sienne le 9 mai 1443) est un cardinal italien du XVe siècle. Il est membre de l'ordre des Chartreux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Niccolò Albergati étudie à l'université de Bologne. Il est prieur de l'abbaye de S. Girolamo di Casara et co-visiteur et visiteur des abbayes des chartreux d'Italie. En 1417 il est nommé évêque de Bologne, où il a comme secrétaires les futurs papes Nicolas V et Pie II. En 1422 il est nommé nonce apostolique près des rois d'Angleterre et de France, pour réconcilier ces rois.

Le pape Clément XII le crée cardinal lors du consistoire du 24 mai 1426. Le cardinal Albergati est nommé légat a latere dans une mission de paix en Italie pour chercher un accord entre Venise et Milan et la Ligue (Florence, Savoie, Mantoue et Ferrare) . À cause d'un conflit entre la ville de Bologne et le pape, Albergati doit quitter Bologne et la ville choisit un autre évêque, l'abbé Bartolomeo Zambeccari. Albergati est camerlingue de la Sainte-Église en 1431-1432. Il est nommé légat apostolique à Florence, Venise et Milan en 1431 et préside le concile de Ferrare en 1438. À partir de 1438 il est aussi grand pénitencier et à partir de 1440 archiprêtre de la basilique Saint-Libère.

- Et comme Dieu consolait son Église par de saints évêques le Chartreux se trouva un diplomate auquel les Papes confièrent les négociations les plus difficiles. C'est en cette qualité qu'il contribua plus que tout autre à vérifier la prophétie que Jeanne d'Arc faisait à ses tortionnaires dans les termes suivants : « Vous verrez que les Français gagneront bientôt une grande besogne que Dieu enverra aux Français ; presque tout le royaume de France en branlera ». (Elle annonçait ainsi la paix d'Arras, par laquelle les Anglais perdaient leur principal appui en France, le duc de Bourgogne, qui retournait au parti national, avec les alliés qui le suivaient). Les historiens ne disent pas assez que cet immense service rendu à la France fut avant tout l'œuvre du légat du Pape, honoré depuis du titre de Bienheureux, de Nicolas Albergati. C'est lui qui, lorsque les Anglais eurent rompu les négociations et se furent retirés, triompha des scrupules du Bourguignon, alléguant les serments par lesquels il s'était engagé à ne traiter que d'accord avec ses alliés, le délia de ses serments, et finit par amener la réconciliation des princes de la maison de France. (exaltare.films) -.

Le cardinal Albergati participe au conclave de 1431, lors duquel Eugène IV est élu pape. Benoît XIV approuve sa béatification.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]