Niccolò Ridolfi (cardinal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Niccolò Ridolfi.
Niccolò Ridolfi
Biographie
Naissance 1501 à Florence
Décès 31 janvier 1550
à Rome,  États pontificaux
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
1er juillet 1517 par Léon X
Titre cardinalice Cardinal-diacre de S. Vito e Modesto
Cardinal-diacre de S. Maria in Cosmedin
Cardinal-diacre de S. Maria in Via Lata
Évêque de l’Église catholique
Administrateur de Imola
Administrateur de Salerne
Administrateur de Viterbe
Administrateur de Forlì
Administrateur de Vicence
Archevêque de Florence
Administrateur d'Orvieto
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Niccolò Ridolfi (Florence, 1501-Rome, 31 janvier 1550), est un cardinal de l'Église catholique[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Neveu du pape Léon X, Niccolò Ridolfi fut d'abord protonotaire apostolique, gouverneur de Spoleto (1514-1517).

Créé cardinal lors du consistoire du 1er juillet 1517, avec le titre de cardinal de Santi Vito e Modesto, il fut successivement pourvu des évêchés d'Orvieto, de Vicence, de Forlì, d'Imola et de Viterbe, des archevêchés de Florence (1524-1532, puis 1543-1548) et de Salerne[2]. Vers 1536, il fut nommé abbé commendataire de l'importante abbaye bénédictine Saint-Pierre de Chalon-sur-Saône[3].

Présent à Rome lors du sac de la cité par les troupes du duc de Bourbon en 1527, il fit partie des otages remis aux lansquenets allemands et aux soldats espagnols afin de garantir le paiement de la rançon que s'était engagé à leur verser le pape Clément VII.

Il hébergea à Orvieto le pape Clément VII pendant six mois après que celui-ci a quitté Rome en novembre 1527.

En 1540, il fit partie d'une commission de douze cardinaux chargés de réformer la Curie romaine.

Bibliophile, il accumule une collection de livres précieux et notamment des livres grecs qui lui ont été cédés notamment par l'érudit grec Janus Lascaris. C'est de cas du Tétraévangile illustré gréco-latin actuellement conservé à la Bibliothèque nationale de France[4].

Le cardinal Ridolfi mourut le 31 janvier 1550. Souffrant, il avait dû quitter le conclave qui aboutit à l'élection de Jules III le 7 février 1550.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fiche du cardinal Ridolfi sur le site fiu.edu
  2. V. le Dictionnaire des cardinaux [1]
  3. V. Gallia christiana, diocèse de Chalon, S. Petrus Cabilonensis
  4. site Qantara