Nicétas de Rémésiana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicétas.

Nicétas de Rémésiana (?335 - ?414) était probablement un évêque d'expression latine de la ville de Rémésiana en Dacie méditerranéenne, aujourd'hui Bela Palanka, dans l'actuelle Serbie. La reconstitution de sa vie, sur la base de textes de Paulin de Nole et de Gennade de Marseille reste spéculative[1].

Peut-être originaire de la tribu Illyrienne des Dardani, Nicétas vécut au temps de Paulin de Nole qu'il visita probablement deux fois en Italie.

On lui attribue l'évangélisation des Bessi du sud de la Thrace. Sur la base de mentions chez Gennade de Marseille et chez Cassiodore, plusieurs essais de reconstitution de son œuvre littéraire ont été entrepris. Ainsi, on lui a attribué la paternité de deux homélies consacrées aux Vigiles nocturnes et aux Bienfaits de la psalmodie considérés comme les vestiges d'une vaste catéchèse populaire. Ces textes ont circulé au Moyen Âge sous forme de préfaces du psautier dans certaines bibles. D'autres auteurs possibles du traité des Bienfaits de la psalmodie sont Jérôme de Stridon ou Augustin d'Hippone. De nos jours, les spécialistes attribuent aussi à tort à Nicétas la paternité de l'hymne Te Deum[2].

Vénération et patronat[modifier | modifier le code]

Nicétas est vénéré comme saint par l'Église catholique et par l'Église orthodoxe. Il est considéré comme un des pères fondateurs de l'Église orthodoxe roumaine[3]. Sa fête, qu'il partage avec Paulin de Nole, est fixée au 22 juin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Blasen, “Nicetas of Remesiana – A Missionary Bishop in Dacia?” in Studia Universitatis Babeș-Bolyai Theologia catholica, 1-2, 2012, 39-49
  2. « Son origine a été longuement discutée depuis un siècle. ... En réalité, l'analyse du texte et de la musique montre qu'il s'agit d'une œuvre composite, élaborée de façon progressive, par additions successives. Les spécialistes attribuent aujourd'hui la rédaction finale de cette hymne à Nicétas, évêque de Rémésiana (Roumanie méditerranéenne actuelle), à la fin du IVe ou au début du Ve siècle. » (Daniel Saulnier, Le chant grégorien, p. 104, Abbaye Saint-Pierre, Solesmes 2003)
  3. http://www.patriarhia.ro/ro/scurta_prezentare_en.html