Nibble

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un nibble (ou plus rarement nybble) est, en informatique, un agrégat de 4 bits, soit un demi octet. On trouve aussi les termes francisés semioctet ou quartet[1].

Un quartet contenant 4 bits, il peut prendre seize (24) valeurs différentes et correspond donc à un seul chiffre hexadécimal, d'où son autre appellation de hex digit (ou hexit). Deux chiffres hexadécimaux formant un octet, ce dernier est souvent représenté par deux nibbles. Dans certaines langues, on peut également rencontrer tetrade, du grec tetra (« quatre »).

To nibble signifie « grignoter, ronger ». Cela vient du fait qu'en anglais, byte se prononce comme le verbe to bite (« mordre »). Un nibble est un « petit octet (byte) » tout comme le grignotage est une petite morsure. Le mot peut aussi être orthographié nybble, reprenant ainsi le y de byte et non le i de bite.

Le nibble est utilisé dans les mainframes d'IBM pour la représentation décimale d'un chiffre. Un octet est ainsi divisé en deux et chaque nibble représente un chiffre de 0 à 9, à part le dernier qui représente le signe. Une variable signée pouvant contenir jusqu'à 9 chiffres sera donc contenue dans 5 octets. Cela permet de réduire la taille en mémoire des variables, accélère les calculs et facilite le débogage. Ce dernier point s'explique simplement : lors du débogage, la lecture de la mémoire se faisant le plus souvent en hexadécimal, les nombres utilisés y apparaissent directement, sans qu'il ne soit nécessaire de les convertir.

Le terme nybble a également été utilisé pour désigner tout groupe de moins de 8 bits, pas forcément 4. Ce fut le cas, entre autres, des ordinateurs de la gamme Apple II. La plupart des lecteurs de disques utilisés sur ces machines étaient contrôlés logiciellement. L'écriture des données y était faite par page de 256 octets converti en nibbles de 5 bits et, dans les machines plus récentes, de 6 bits. La lecture se faisait en effectuant la conversion inverse. Le terme byte, souvent traduit par « octet », ne contient pas forcément 8 bits[2]. Néanmoins, les termes byte et nibble ne représentent aujourd'hui que rarement des groupements autres que ceux de 8 et 4 bits.

Le quartet fut aussi utilisé dans les années 1970, lors de l'apparition des premiers microprocesseurs, quand ces derniers travaillaient avec des micro-instructions formées par groupes de 4 bits. Quand la commercialisation des microprocesseurs est arrivée, ils utilisent déjà groupes de 8 bits et le mot octet s'utilise désormais dans le milieu informatique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://jargonf.org/wiki/quartet Quartet - Le jargon français 4.1]
  2. En anglais, le byte est une unité d'adressage et les mots en mémoire ne font pas forcément huit bits.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Microprocessors and Digital Systems, D.V. Hall, 1980, McGraw-Hill, Inc., (ISBN 0-07-025571-7).