Ni pour ni contre (bien au contraire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ni pour ni contre (bien au contraire) est un film français réalisé par Cédric Klapisch présenté en 2003.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Caty est cameraman de télévision. Lors d'une interview, elle rencontre une call-girl qui la met en contact avec Jean. Celui-ci lui propose une forte somme pour filmer un casse qu'il projette. Caty rencontre les amis de Jean − Mouss, Lecarpe et Loulou − avec qui elle va découvrir le monde de la nuit, les cabarets, les armes à feu. Elle s'habitue à cet argent rapidement et facilement gagné.

Pour ce qui est présenté comme le dernier gros coup, elle accepte de se faire passer pour une prostituée auprès du directeur d'un dépôt de monnaie, afin de désactiver les alarmes qui le protègent. Le casse ne se déroule pas exactement comme prévu : Jean est arrêté, Lecarpe est tué par Caty, Mouss blessé par balle est déposé aux urgences, Loulou est tué par des policiers et Caty réussit à partir à l'étranger avec beaucoup d'argent.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Cédric Klapisch renoue, dans ce film, avec la tradition du film noir des années 1940-1950 (film pessimiste, personnages complexes et ambigus, nombreuses scènes nocturnes, poncif du trottoir mouillé, musique jazz…). Il propose un film de gangsters à contre-courant de la vague de films policiers (dont les héros sont des policiers) des années 2000. À la fin du film, quand Cathy est sur son balcon, une vieille dame sur le balcon d'en face lui dit : « welcome to our paradise ». Cette phrase est reprise dans l'intro de la chanson Crash Me du groupe Indochine.

Liens externes[modifier | modifier le code]