Niōmon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un niōmon

Niōmon (仁王門, lit. « porte Niō »?) est le nom de la porte des temples bouddhiste gardée par deux guerriers en bois appelés niō (lit. « deux rois »). La porte est nommée Heng Ha Er Jiang (哼哈二将) en Chine et Geumgangmun (金剛門) en Corée. Les deux statues sont situées à l'intérieur des niches de la porte elle-même, l'une à gauche, l'autre à droite. D'un point de vue structurel, il s'agit habituellement soit d'un rōmon, soit d'un nijūmon et peut mesurer 5x2 ou 3x2 ken[1]. Le niōmon peut parfois avoir un étage comme c'est le cas pour le Kaminarimon d'Asakusa.

Dans une porte à cinq baies, les figures des deux niō sont habituellement disposées dans les deux baies extérieures, mais peuvent également se trouver dans les baies intérieures[1]. La statue de droite s'appelle Naraen Kongō (那羅延金剛?) et a la bouche ouverte pour prononcer la première lettre de l'alphabet Sanskrit qui se prononce « a ». La statue de gauche, appelée Misshaku Kongō (密迹金剛?) a la bouche fermée pour représenter la dernière lettre de l'alphabet sanskrit, prononcée « um ». Ces deux lettres (a-un (en) en japonais) symbolisent ensemble la naissance et la mort de toute chose.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Nioumon », JAANUS