Nguyen Binh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nguyen Binh de son vrai nom Nguyen Phuong Thao (1908 - 1951) est un militaire vietnamien du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de la classe moyenne de cinq enfants, il quitte sa famille vers dix-sept ans pour se rendre au Sud.

Vers 1925, il adhère au Parti Nationaliste Vietnamien et devient un des membres du comité central de la région Sud en 1928, son ami Tran Huy Lieu en devenant Secrétaire général.

En 1929 ils sont arrêtés et condamnés à cinq ans de prison au Bagne de Poulo Condor. Il y sympathise avec des communistes raison pour laquelle il sera sanctionné par le Parti Nationaliste. Il perdra un œil ce qui lui vaudra le surnom de Borgne

Libéré en 1935, il continue sa lutte contre l’occupation française à partir de Dong Trieu. En 1941 il est chargé par le Viet Minh de se procurer des armes. Il peut établir ainsi une base armée importante.

Le 12 mars 1945, il mène avec succès une offensive contre le camp militaire de Ban Yen Nhan dans le Delta ce qui lui vaudra le commandement des 4 zones militaires du Nord sur les 7 créées. Il continue son offensive et soutient la révolte de Hải Phòng et libère de nombreuses villes.

En septembre 1945 il est chargé par Hô Chi Minh de réorganiser et unifier les différents groupes armés du Sud dont il prend le commandement.

En 1947, il adhère au parti communiste. Hô Chi Minh le nomme le 25 novembre 1948 Lieutenant général de l’armée populaire du Vietnam, grade dont il sera le premier titulaire.

En septembre 1951, de retour du Nord où il avait été appelé pour une nouvelle mission il meurt dans une embuscade montée par des troupes françaises commandées par le capitaine Hogard à la frontière du Cambodge et du Vietnam.Il aurait été envoyé sciemment par Giap, qui organisait les purges de l'armée vietnamienne, dans cette embuscade. Nguyen Binh l'aurait su mais aurait accepté son sort. Plus tard Giap aurait reconnu :« J'étais obligé de sacrifier Nguyen Binh» .

Il fut considéré par les Français comme un adversaire particulièrement redoutable et un fin stratège.

Il fut nommé Héros de l'Armée populaire et en 2000 sa dépouille mortelle fut transférée au cimetière d'Hô-Chi-Minh-Ville.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Lartéguy : Soldats perdus et fous de Dieu. Indochine 1945-1955 Paris, Presses de la Cité , 1986
  • Lucien Bodard : La Guerre d'Indochine : "L'Illusion" Gallimard 1965