Ngazobil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ngazobil
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Thiès
Département Mbour
Géographie
Coordonnées 14° 12′ N 16° 52′ O / 14.2, -16.867 ()14° 12′ Nord 16° 52′ Ouest / 14.2, -16.867 ()  
Altitude 13 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Ngazobil

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Ngazobil

Ngazobil (ou Ngasobil) est un village du Sénégal, situé sur la Petite-Côte, au sud de Dakar.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis le XIXe siècle, Ngazobil abrite une mission catholique, l'une des plus anciennes du Sénégal, implantée par le père François Libermann[1], originaire de Saverne, et fondateur des spiritains ou congrégation du Saint-Esprit.

Le père Louis-Philippe Walter y séjourna en 1867[2].

C'est là également que le futur président Léopold Sédar Senghor sera interne de 1914 à 1922 : « À l'âge de 7 ans, il (mon père) m'enleva des bras de ma mère et de mon oncle, pour m'envoyer à la mission catholique de Joal. Pendant un an, le Père Dubois, un Normand, m'a dégrossi avant de me faire entrer à la mission catholique de Ngazobil, à 6 km au nord de Joal, sur les bords de l'Atlantique. »[3].

Le cardinal Hyacinthe Thiandoum y a également été formé.

Le petit séminaire Saint-Joseph fut classé par les Monuments historiques en 2003[4].

C'est aujourd'hui un lieu de pèlerinage.

Administration[modifier | modifier le code]

Ngazobil se trouve dans le département de M'bour (région de Thiès).

Géographie[modifier | modifier le code]

Les localités les plus proches sont Dial Diop, Pointe-Sarène, Ponto, Mbodiène, Ndianda, Joal-Fadiouth, Diakhanor et Djifer.

Le village bénéficie d'un cadre naturel attrayant, doté notamment d'une falaise de calcaire, d'une belle plage sablonneuse et d'un parc forestier de 500 hectares abritant de nombreux oiseaux (pintades, perdrix), mais aussi des reptiles tels que des boas ou des varans, ainsi que divers mammifères, par exemple des singes, des hérissons, des porcs-épics, des chacals, ou des lièvres.

La mission catholique dispose elle-même d'une belle plage de cocotiers, où certains viennent pêcher.

Personnalités nées à Ngazobil[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Biographie du père Libermann
  2. Biographie du père Walter
  3. Léopold Sédar Senghor, La Poésie de l'action, Paris, Stock, 1980, p. 34.
  4. Arrêté 001941 du 27 mars 2003

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

La mission et le séminaire de Ngazobil[modifier | modifier le code]

  • (fr) R. P. Cailleau, « N'Gazobil au fil de l'histoire », Horizons africains, no 134, décembre 1961, p. 7-10 (historique du Séminaire)
  • (fr) Articles anonymes : Horizons africains, no 155, novembre 1963, p. 15 ; no 157, janvier 1964, p. 8-9 ; no 158, février 1964, p. 16 ; no 160, avril 1964, p. 14-15 ; no 161, mai 1964, p. 8-11

Liens externes[modifier | modifier le code]