New York Journal-American

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis New York Journal)
Aller à : navigation, rechercher
New York Journal-American
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue Anglais
Périodicité Quotidienne
Prix au numéro 0.20 $ 1957
Fondateur William Randolph Hearst
Date de fondation 1895
1937fusion

Propriétaire Hearst Corporation
Directeur de publication directeur de rédaction =

Le New York Journal-American est un quotidien publié de 1934 à 1966. Il est le résultat de la fusion de deux journaux appartenant à William Randolph Hearst : le New York American (à l'origine le New York Journal, renommé en 1901), un journal du matin, et le New York Evening Journal, un journal de l'après- midi, tous deux publiés par Hearts de 1895 à 1937. Le Journal-American fut un journal de l'après-midi.

Historique de la publication[modifier | modifier le code]

Le jeune frère de Joseph Pulitzer, Albert, fonde le New York Morning Journal en 1882. John R. McLean le rachète ne 1895 mais rapidement le vend à Hearst[1]. Hearst fonde l' Evening Journal à peu près un an plus tard.

L'Evening Journal accueille la journaliste d'investigation Nellie Bly, qui commence à écrire pour le quotidien en 1914 en en tant que correspondante de guerre. Après son retour d'Europe on lui donne sa propre colonne qu'elle garde jusqu'à sa mort en 1922.

Un des plus célèbres dessins du New York Journal', représentant l'ordre du général Jacob H. Smith durant la guerre des Philippines en 1902 "Tuez tout le monde de plus de dix ans" . 5 mai 1902.

Comics[modifier | modifier le code]

Le New York Journal de Hearst et le New York World de Joseph Pulitzer se livrent une concurrence acharnée. Pour attirer des lecteurs, des dessinateurs vedettes sont débauchés du concurrent et c'est ainsi que George McManus et Richard F. Outcault quittent les journaux de Hearst. En octobre 1896, Outcault abandonne le New York Journal mais un jugement de tribunal l'oblige à laisser le titre de son comic strip,The Yellow Kid, au New York Journal. Il crée alors pour le New York World la série Hogan's Alley qui reprend les personnages créés précédemment.

Au début des années 1900, les journaux de Hearst proposent des comic strips et le 31 janvier 1912 c'est l'apparition du premier strip en couleur dans l'Evening Journal[2]. Un an après le 12 janvier 1913, McManus crée Bringing Up Father (traduit en français par La Famille Illico). Le succès de cette série amène McManus a dessiné deux pages quotidiennes et un 12 pages pour l'édition du dimanche.

En 1922, l'Evening Journal introduit un magazine, paraissant le dimanche, au format tabloïd comprenant des strips inédits. On y trouve Popeye, Grandma, The Little Woman de Don Tobin, Mandrake le magicien, Glamor Girls de Don Flowers, Grin and Bear It et Buck Rogers entre autres strips[3].

Dans les années 1940, l'édition du dimanche propose Bringing Up Father, Blondie, a full-page Prince Valiant, Flash Gordon, The Little King, Buz Sawyer,Seein' Stars de Feg Murray, Tim Tyler's Luck, Room and Board de Gene Ahern, The Squirrel Cage, The Phantom, Jungle Jim, Tillie the Toiler, Little Annie Rooney, Little Iodine, The Lone Ranger de Bob Green, Believe It or Not!, Uncle Remus, Dinglehoofer and His Dog, Donald Duck, Tippie, Right Around Home, Barney Google and Snuffy Smith et The Katzenjammer Kids (Pim, Pam et Poum en français)[4].

Rube Goldberg est un des derniers dessinateurs employés par le journal.

Fusion[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (23 June 1937)(Hearst to Merge New York Papers: American will cease as separate publication, Miami News (Associated Press Story)
  2. Bill Blackbeard, Martin T. Williams, The Smithsonian Collection of Newspaper Comics, Smithsonian Institution,‎ 1977, 15 p. (ISBN 0-87474-172-6)
  3. DailyINK
  4. A Week in New York April 1945.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :