New Delhi

From Wikipédia
Jump to: navigation, search
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Delhi.
New Delhi
Blason de New Delhi
Héraldique
Mausolée de Safdar Jung, India Gate, Rashtrapati Bhavan, temple Laxminarayan, Connaught Place
Mausolée de Safdar Jung, India Gate, Rashtrapati Bhavan, temple Laxminarayan, Connaught Place
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
État ou territoire Delhi
District New Delhi
Maire Archna Arora
Index postal 110 xxx
Fuseau horaire IST
(UTC+5.30)
Indicatif 011
UNLC INDEL
Démographie
Population 249 998 hab. (2011)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 28° 37′ N 77° 14′ E / 28.61, 77.23 ()28° 37′ Nord 77° 14′ Est / 28.61, 77.23 ()  
Altitude Max. 216 m
Superficie 148 300 ha = 1 483 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte administrative d'Inde
City locator 11.svg
New Delhi

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte topographique d'Inde
City locator 11.svg
New Delhi
Liens
Site web http://www.ndmc.gov.in

New Delhi Prononciation du titre dans sa version originale Écouter (hindi : नई दिल्ली, ourdou : نئ دہلی, pendjabi : ਦੇਹਲੀ (Naī Dillī)) est la capitale de l'Inde. Elle abrite le siège du gouvernement de l'Inde, le Parlement, la résidence du président et la Cour suprême.

New Delhi constitue une municipalité de près de 250 000 habitants au sein du Territoire de Delhi, dont elle est également la capitale et qui compte en tout 16,3 millions d'habitants.

La construction de la ville a été annoncée le 22 mars 1911 par George V lors du durbar[1] : il s'agissait alors de transférer la capitale de l'Empire britannique des Indes depuis Calcutta. Le nouvelle ville est construite par les architectes Edwin Lutyens et Herbert Baker et inaugurée le 13 février 1931 par le Vice-roi lord Irwin[2].

Histoire[edit | edit source]

Le durbar de Delhi en 1911.
Timbre commémoratif de 1931 pour l'inauguration de New Delhi.
Rashtrapati Bhavan et les bâtiments proches, illuminés pour la Fête de la République.

Delhi a été la capitale de plusieurs empires indiens, notamment du Sultanat de Delhi puis de l'Empire moghol (de 1649 à 1857). Au début des années 1900, la proposition est faite de transférer l'administration de l'Empire britannique des Indes de Calcutta, jugée trop excentrée, vers Delhi dont la position plus centrale rendrait l'administration de l'empire plus aisée[3].

Le 12 décembre 1911, pendant le durbar à Delhi, George V annonce le transfert de la capitale de l'Empire[4],[5] et pose la première pierre de la résidence du Vice-roi à Coronation Park[6],[7].

La nouvelle ville est conçue par les architectes britanniques Edwin Lutyens et Herbert Baker, comme un témoignage de la grandeur de l'Empire britannique[8],[9].

Le Delhi Town Planning Commitee conçoit des plans pour la ville au nord et au sud de la vieille Delhi. L'axe centrale – aujourd'hui orienté est-ouest – devait à l'origine être un axe nord-sud, de la résidence du Vice-roi à Paharganj[10]. Finalement, en raison des contraintes d'espace et de la présence d'un grand nombre de sites historiques au nord, le comité choisit de construire la ville au sud[11]. La colline Raisina est choisie comme lieu de la résidence du Vice-roi (aujourd'hui, Rashtrapati Bhavan) car située à l'opposée de Purana Qila, le « vieux fort », site supposé d'Indraprastha, la capitale des Pandava. Rajpath, la « voie royale », est tracée à l'est de la résidence vers l'India Gate.

La construction ne débute réellement qu'après la Première Guerre mondiale. Une ligne de chemin de fer, l'Imperial Delhi Railway, est construite afin de transporter le matériel et les ouvriers pendant les vingt années du chantier, ainsi qu'une déviation pour la ligne Agra-Delhi, qui coupait alors le chantier au site prévu pour l'India Gate, et la gare de New Delhi, qui ouvre en 1926[12],[13].

Les bâtiments du Secrétariat, qui abritent les ministères et flanquent la résidence du Vice-roi au nord et au sud de Rajpath, et l'hôtel du Parlement sont conçus par Herbert Baker. En même temps est construite Connaught Place, un quartier commercial conçu par Robert Tor Russell[14].

La nouvelle capitale est officiellement inaugurée le 13 février 1931 par le Vice-roi lord Irwin. Entre 1912 et l'inauguration, l'administration impériale est abritée dans un secrétariat temporaire dans le nord de Delhi. Les fonctionnaires sont logés dans de nouveaux quartiers autour de Gole Market à partir des années 1920[15]. À partir des années 1940, de nouvelles résidences sont construites près des jardins Lodi[16].

Après l'Indépendance de l'Inde en 1947, New Delhi reçoit une autonomie limitée et est administrée par un Commissaire en chef nommé par le gouvernement central. En 1956, elle est intégrée au nouveau territoire de Delhi et le Commissaire en chef est remplacé par un Lieutenant-gouverneur.

Dans les années 1950, le Ministère central des travaux publics développe une large zone au sud-est de la New Delhi de Lutyens pour créer l'enclave diplomatique de Chanakyapuri, où des terrains sont alloués aux ambassades, hautes commissions et résidences des ambassadeurs[17].

Urbanisme[edit | edit source]

New Delhi au sein du Territoire de Delhi.
Article connexe : Delhi#Géographie.

Avec une surface de 42,7 km2, New Delhi forme une petite partie de l'aire métropolitaine de Delhi[18].

Structure urbaine[edit | edit source]

La majeure partie de New Delhi est une ville planifiée par l'architecte britannique Edwin Lutyens dans l'objectif d'en faire le centre administratif des Indes et un témoignage de la grandeur de l'Empire britannique.

Lutyens, aidés d'autres architectes, conçoit la ville autour de larges avenues construites pour accueillir les parades militaires[19]. La ville est structurée autour de deux axes : le Rajpath (« voie royale ») qui relie Rashtrapati Bhavan à l'India Gate, d'ouest en est ; le Janpath (« voie du peuple »), de Connaught Place au Rajpath, du nord au sud. Lutyens a d'abord souhaité une ville à l'image de New York, avec des rues à angles droits, mais le plan de la ville suit finalement un schéma en triangle, avec des ronds-points, des haies et des allées d’arbres afin de prendre en compte les vents de poussière de la région[19].

Au cœur de New Delhi se trouve Rashtrapati Bhavan, l'ancienne résidence des Vice-rois, sur la colline Raisina. Les bâtiments du Secrétariat, qui abrite des ministères du gouvernement de l'Inde, flanquent Rashtrapati Bhavan au nord et au sud du Rajpath. Sansad Bhavan, le bâtiment circulaire du Parlement créé par Herbert Baker, est situé juste au nord-est de Rashtrapati Bhavan, sur Sansad Marg.

Au nord, Connaught Place est un large zone commerciale circulaire inspiré de Picadilly Circus[19]. Douze routes partent de Connaught Place, dont le Janpath.

Architecture[edit | edit source]

Édifice nord du Secrétariat.

Comme le plan de la ville, l'architecture de New Delhi a été choisie pour symboliser la puissance britannique[20],[9],[21], ce qui a influencé la prise en compte et l'application des symbologies et influences des architectures indiennes[20],[22].

L'architecture de New Delhi est ainsi un mélange de styles britannique et indigène[22], comme l'illustrent l'utilisation de grès beige et rose pour les nombreux bâtiments officiels et la construction de jardins d’inspiration moghole[19]. Pour Jack Cardiff, la nouvelle ville se devait d'être « ni sarrasine, ni britannique mais résolument indienne, retenant les motifs de la vieille ville, mais les dignifiant d’une nouvelle austérité[19]. »

Patrimoine[edit | edit source]

Outre les édifices datant de la construction de la ville par les Britanniques, New Delhi compte un riche patrimoine hérité des empires précédents. Le Qûtb Minâr, datant du XIIe siècle, est par exemple le plus haut minaret d'Inde et le troisième plus haut au monde ; il fait partie du complexe de la mosquée Quwwat-ul-Islam datant du sultanat de Delhi. Le mausolée de Humayun (XVIe siècle) abrite la tombe de l'empereur moghol Humayun. Enfin, Jantar Mantar est observatoire astronomique construit au XIIIe siècle par le maharaja de Jaipur Jai Singh II.

Outre ces monuments, New Delhi compte également des édifices construit plus récemment. C'est notamment le cas de musées comme le Musée national ou le Musée national d'art moderne, mais également d'édifices liés à l'histoire récente de l'Inde : Gandhi Smriti, où le Mahatma Gandhi passa les derniers 144 jours de sa vie et où il fut assassiné le 30 janvier 1948, ou Teen Murti Bhavan, ancienne résidence du premier Premier ministre de l'Inde Jawaharlal Nehru et aujourd'hui un musée consacré à l'histoire du mouvement pour l'indépendance

New Delhi abrite également le temple du Lotus, un des principaux temples de la religion bahá’íe.

Démographie et culture[edit | edit source]

New Delhi compte 248 998 habitants, mais fait partie intégrante du territoire de Delhi qui, avec 16,3 millions d'habitants, est la deuxième agglomération d'Inde après Mumbai.

Le hindi et le penjabi sont les deux principales langues parlées à New Delhi.

L'hindouisme est la religion de 83,8 % de la population de New Delhi. On compte également 6,3 % de musulmans, 5,4 % de sikhs, 1,1 % de jains et 0,9 % de chrétiens[23].

Le statut de capitale de la ville fait que les fêtes nationales (fête de la République, fête de l'Indépendance, Gandhi Jayanti) y sont particulièrement importantes. Le 15 août, fête de l'Indépendance, les habitants ont l'habitude de faire voler des cerfs-volants, considérés comme symbole de liberté[24]. Le 26 janvier, pour la fête de la République, une parade militaire a lieu sur Rajpath[25],[26].

Chaque année ont lieu le festival de musique de Qutb[27], le festival international de la mangue ainsi que de nombreuses célébrations religieuses.

Politique et administration[edit | edit source]

New Delhi constitue une des cinq municipalités du Territoire de la Capitale nationale de Delhi, dont elle est le chef-lieu.

Elle est administrée par le Conseil municipal de New Delhi (New Delhi Municipal Council ou NDMC), qui comprend un président, trois membres désignés par l'Assemblée législative de Delhi, deux membres nommés par le ministre en chef de Delhi et cinq membres nommés par le gouvernement central indien.

Transports[edit | edit source]

Comme dans toutes les villes indiennes, les autorickshaws sont un moyen de transport très utilisés.

Ville planifiée, New Delhi bénéficie de larges avenues pour son trafic routier, dont l'entretien est de la compétence du Conseil municipal de New Delhi[28].

New Delhi est desservie par les transports en commun de Delhi : la Delhi Transport Corporation gère les bus de l'agglomération et la Delhi Metro Rail Corporation gère le métro de Delhi, ouvert en 2002 et dont quatre lignes desservent New Delhi.

La gare de New Delhi est la principale gare de l'agglomération de Delhi ainsi que l'une des plus importantes d'Asie. Elle est desservie par les Indian Railways.

Économie[edit | edit source]

Connaught Place, l'un des plus importants centres commerciaux et financiers d'Inde du nord, est situé au nord de New Delhi. Le gouvernement a longtemps été le premier employeur à New Delhi, mais le secteur des services gagne en importance en raison de la présence d'une force de travail qualifiée et parlant anglais qui attire de nombreuses multinationales. Les secteurs les plus représentés sont les technologies de l'information, les télécommunications, l'hôtellerie, la banque, les média et le tourisme.

Jumelage[edit | edit source]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Galerie[edit | edit source]

Notes et références[edit | edit source]

  1. Tripti Lahiri, « New Delhi: One of History’s Best-Kept Secrets », The Wall Street Journal,‎ 13 janvier 2012 (lire en ligne)
  2. Margherita Stancati, « New Delhi becomes the capital of Independent India », The Wall Street Journal,‎ 8 décembre 2011 (lire en ligne)
  3. Tom Wright, « Why Delhi? The Move From Calcutta », The Wall Street Journal,‎ 11 novembre 2011 (lire en ligne)
  4. Tom Wright, « In 1911, Rush to Name Delhi as Capital Causes a Crush », The Wall Street Journal,‎ 22 novembre 2011 (lire en ligne)
  5. « Was New Delhi a Death Knell for Calcutta? », The Wall Street Journal,‎ 28 novembre 2011 (lire en ligne)
  6. (en) P Hall, Cities of Tomorrow, Blackwell Publishing,‎ 2002 (ISBN 0-631-23252-4), p. 198–206
  7. Coronation park Hindustan Times, 14 August 2008.
  8. « Yadgaar » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 18 mai 2010
  9. a et b « Architecture of New Delhi », Apollo (magazine) (consulté le 30 janvier 2012)
  10. (en) M. Anees Chishti, Committees and commissions in pre-independence India 1836–1947, Vol. 4, Mittal Publications,‎ 2001 (ISBN 81-7099-804-2, lire en ligne), « Delhi Town Planning Committee », p. 220
  11. Chishti, p. 225.
  12. « A fine balance of luxury and care », Hindustan Times,‎ 21 juillet 2011 (lire en ligne)
  13. « When Railways nearly derailed New Delhi », Hindustan Times,‎ 18 janvier 2011 (lire en ligne)
  14. « CP's blueprint: Bath's Crescent », Hindustan Times,‎ 8 février 2011 (lire en ligne)
  15. « Capital story: Managing a New Delhi », Hindustan Times,‎ 1 septembre 2011 (lire en ligne)
  16. « A tale of two cities », Hindustan Times,‎ 1 septembre 2011 (lire en ligne)
  17. (en) Viswambhar Nath, Urbanization, urban development, and metropolitan cities in India, Concept Publishing Company,‎ 2007 (ISBN 81-8069-412-7, lire en ligne), « Delhi Before 1947 », p. 248, 251
  18. « NDMC Act », Ndmc.gov.in (consulté le 4 novembre 2008)
  19. a, b, c, d et e Il y a 100 ans naissait New Delhi, Aujourd'hui l'Inde, 13 janvier 2011.
  20. a et b (en) The Millennium Book on New Delhi, Oxford University Press, USA (ISBN 978-0-19-565445-5)
  21. « New Delhi's controversial birth », NDTV (consulté le 10 mars 2012)
  22. a et b « New Delhi: A New Capital », Boloji.com,‎ 30 janvier 2012
  23. Censusindiamaps.net
  24. « Independence Day », 123independenceday.com, Compare Infobase Limited (consulté le 4 janvier 2007)
  25. Ray Choudhury Ray Choudhury, « R-Day parade, an anachronism? », The Hindu Business Line,‎ 28 janvier 2002 (consulté le 13 janvier 2007)
  26. « Fairs & Festivals of Delhi », Delhi Travel, India Tourism.org (consulté le 13 janvier 2007)
  27. Madhur Tankha, « It's Sufi and rock at Qutub Fest », The Hindu, Chennai, India,‎ 15 décembre 2005 (lire en ligne)
  28. NDMC Main Screen

Voir aussi[edit | edit source]

Sur les autres projets Wikimedia :