Neuville-sur-Oise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuville.
Neuville-sur-Oise
Église Saint-Joseph.
Église Saint-Joseph.
Blason de Neuville-sur-Oise
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Canton de l'Hautil
Intercommunalité Cergy-Pontoise
Maire
Mandat
Gilles Le Cam
2014 - 2020
Code postal 95000
Code commune 95450
Démographie
Gentilé Neuvillois
Population
municipale
1 994 hab. (2011)
Densité 469 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 00″ N 2° 04′ 00″ E / 49.0167, 2.066749° 01′ 00″ Nord 2° 04′ 00″ Est / 49.0167, 2.0667  
Altitude 26 m (min. : 19 m) (max. : 54 m)
Superficie 4,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuville-sur-Oise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuville-sur-Oise
Liens
Site web neuville-sur-oise.fr

Neuville-sur-Oise est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Neuvillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Neuville-sur-Oise est une petite commune du Val-d'Oise faisant partie de la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise. D’origine médiévale comme tous les Neuville (la neuve-ville), le village dans la boucle de l’Oise est face à Jouy-le-Moutier et Vauréal. Cergy, Conflans-Sainte-Honorine et Éragny et Maurecourt l’entourent.

Communes limitrophes de Neuville-sur-Oise[1]
Vauréal Cergy
Jouy-le-Moutier Neuville-sur-Oise[1] Éragny
Maurecourt Conflans-Sainte-Honorine

Au nord, Neuville-sur-Oise forme avec Cergy la base de plein et de loisirs des étangs de Cergy-Neuville (étangs des Cayennes, des Galets, des Hautes Bornes et du Petit Bois ainsi que le petit mont Volvic).

À l’est, se trouvent le site de Neuville de l'université de Cergy-Pontoise, bordée par la voie rapide de la RD 203 qui relie Neuville rapidement à Conflans et Saint-Germain-en-Laye, ainsi que la gare de Neuville - Université du RER A, comportant une gare routière.

Tout au sud, excentrée et près de Conflans-Sainte-Honorine, se trouve la station d’épuration des eaux de Cergy-Pontoise (site Fin d’Oise). La gare d’Éragny - Neuville, qui porte le nom de la commune, est située sur le territoire communal d'Éragny. À l'issue de l'enquête d'utilité publique de juin 2007, le tracé envisagé de l'A104 ne passe plus sur le territoire de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est une formation médiévale en -ville caractéristique du nord de la France (cf. Neuville). Le premier élément s'explique par le mot neuve- devenu neu par assimilation au -v- de -ville. Il signifie « nouvelle ferme ou maison », complété par le nom de la rivière qui borde la commune[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village était autrefois un hameau d'Éragny, la commune fut créée en 1868.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2014[2] Jacques Feyte SE 2008 : 4e mandat
2014 en cours Gilles Le Cam[3] DVD  

`

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la juridiction d’instance, de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[4],[5].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 994 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
443 656 427 457 450 442 404 458 408
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
371 379 381 356 392 495 708 905 858
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 - -
885 1 036 1 433 1 478 1 560 1 588 1 994 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

La base de loisirs de Cergy-Pontoise occupe une surface de 250 hectares dont 150 en plans d'eau, au centre de la boucle de l'Oise à Cergy et Neuville-sur-Oise. Elle permet la pratique de nombreux sports et loisirs, planche à voile, baignade, tennis, badminton, parcours de mini-golf... tout comme la simple promenade. Un stade d'eau vive, unique en Europe, et un téléski nautique permettent la pratique du rafting, kayak, wakeboard et autres sports de glisse[8]. Trois parcours de golfs sont situés à Vauréal, Jouy-le-Moutier et Saint-Ouen-l'Aumône. En 1975 voit le jour le club de football de l'Association Sportive de Neuville sur Oise (ASNO) dont le stade est basé Chemin des Dagnaudes[9]. Le Président fondateur est Claude Pomares[10]. Le club joue en jaune et noir rayé[10]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Château de Neuville sur Oise.
Pavillon d'Amour.

Neuville-sur-Oise compte un seul monument historique sur son territoire.

  • Château de Neuville, rue Joseph-Cornudet (parc et pavillon Amour avec balustrade et soubassement inscrits monument historique par arrêté du 16 octobre 1952[11]) : La seigneurie de Neuville appartenait autrefois à la famille Delies de Pontoise, descendants des Valois[Note 3]. Le château actuel est construit vers 1642/1654 pour Charles de La Grange, Baron de Conflans, maître des comptes à Paris, conseiller au Parlement de Paris et seigneur de Neuville. Il habite jusque là un modeste hôtel seigneurial. Mais quand il achète la baronnie de Conflans-Sainte-Honorine à son cousin le prince de Condé, il acquiert en même temps le titre de baron et souhaite pour lui une demeure plus prestigieuse. Ce nouveau château, de style classique, se compose de deux longues ailes à un étage se faisant face, reliés entre eux par un corps central sans étage, au toit sous forme de terrasse délimité par des balustrades. Le parc est aménagé à la façon d'André Le Nôtre[12]. Le château deviendra en 1775 la résidence du comte de Mercy d´Argenteau, Ambassadeur de l´Empereur d´Autriche auprès de la reine Marie Antoinette. Finalement il sera acheté par la famille des Comtes Cornudet des Chomettes en 1822. Il sera alors totalement restauré et deviendra, surtout en raison de ses propriétaires, un centre politique. En 1960 il devient la propriété de Bertrand de La Poeze d´Harambure maire de Neuville sur Oise. À la suite des expropriations successives il le vend à l´Établissement Public de la Ville Nouvelle de Cergy Pontoise en 1981. Il fera alors l´objet d´ une longue période d'abandon pour finalement être réhabilité en logements à partir de 2012[13].
  • Le pavillon d'Amour à proximité du pont de l'Oise, aujourd'hui situé en-dehors du domaine du château, ne date que du XVIIIe siècle. La seigneurie appartient alors au marquis de Castellane, qui, en date du 6 décembre 1775, la vend au comte de Mercy-Argenteau. Ce dernier fait restaurer le château sous la direction de l'architecte Firmin Perlin, qui pourrait en même temps être le concepteur du pavillon. De plan octogonal, le pavillon contient un petit salon de jardin, ouvert sur le parc par quatre porte-fenêtres surmontées d'un petit fronton. Les façades d'un aspect sévère sont uniquement ornées de bossages. Une coupole couverte d'ardoise coiffe le petit édifice. À l'intérieur, le plafond était peint d'un ciel[12]. Aujourd´hui ce pavillon d´Amour fait partie de la place du village, terrain de plus de 5 000 m², qui a d´abord été mis à disposition puis donné en 1960 à la municipalité par Bertrand de La Poeze d´Harambure, alors propriétaire du château et maire de Neuville sur Oise depuis 1959.

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Colombier du château.
  • Colombier du château, rue Joseph-Cornudet : Ce colombier cylindrique à un étage et coiffé d'un toit en poivrière se remarque par sa construction soignée. La façade est consolidé par de nombreux chaînages en pierre de taille, et l'appareil est constitué de moellons de forme très régulière. L'étage est éclairé par plusieurs demi-lunes. Le colombier se situe au centre de la ferme du château, se composant d'une basse-cour et de deux corps de ferme, avec une bergerie, une étable, des écuries, des granges et des greniers[12].
  • Église Saint-Joseph, rue Joseph-Cornudet : Neuville dépendait de la paroisse de Conflans jusqu'à la construction de cette église d'un style éclectique historisant en 1863. Financée grâce à une souscription auprès des habitants, elle est élevée sur un terrain mis à disposition par le comte Cornudet, prélevé sur le parc du château. Les plans sont de l'architecte Élie Tremblay. D'orientation nord-ouest - sud-est, l'édifice se compose d'une large nef de quatre travées et d'un chœur de deux travées, au chevet polygonal. Ce dernier n'est éclairé que par un unique oculus. Les fenêtres de la nef sont plein cintre, tout comme par ailleurs le portail, cantonné de deux colonnes d'inspiration néo-byzantine et surmonté par un gable, suivi plus haut par un second gable plus petit servant de cadre à l'horloge. Le pignon s'achève par un clocheton purement décoratif, cachant un petit clocher en charpente qui abrite la cloche. L'ensemble des 480 habitants que compte le village en 1863 pouvaient trouver place à l'intérieur[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Florimond de Mercy-Argenteau (1727-1794), diplomate, dernier seigneur de Neuville de 1775 à la Révolution.
  • Joseph Cornudet des Chomettes(1861-1938), député et sénateur.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Neuville-sur-Oise

Les armes de Neuville-sur-Oise se blasonnent ainsi :

Parti de sinople et d'azur, au Pavillon d'Amour d'argent brochant sur le tout, surmonté en chef à senestre de huit ellipses du même passées en croix et en sautoir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. Fouque, « Histoire de Neuville-sur-Oise », Mémoires de la Société historique et archéologique de l'arrondissement de Pontoise et du Vexin, Pontoise, Imprimerie A. Pâris, vol. 41,‎ 1932, p. 28-50 (ISSN 11488107, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. Le chartrier du château de Neuville fait l´objet d´un contrat de dépôt privé entre la famille La Poeze d´Harambure et les archives départementales du Val d´Oise et d´un répertoire numérique sous la série 6J par Yvette Coudene et Geneviève Daufresne, Cergy-Pontoise, 1994.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Neuville-sur-Oise sur Géoportail.
  2. http://www.gazettevaldoise.fr/2014/07/22/l%E2%80%99ex-maire-d%E2%80%99epiais-rhus-a-la-tete-de-la-ville/
  3. « Neuville-sur-Oise : Gilles Le Cam (DVD) élu maire », sur leparisien.fr,‎ 28 septembre 2014 (consulté le 10 octobre 2014)
  4. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  5. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  8. La Base de loisirs de Cergy-Pontoise
  9. http://www.fff.fr/competitions/php/club/club_terrain.php?cl_no=13970
  10. a et b http://www.fff.fr/competitions/php/club/club_corres.php?cl_no=13970
  11. « Notice no PA00080143 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. a, b, c et d Véronique Daver et Hautem Bali, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Neuville-sur-Oise », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. I,‎ octobre 1999, p. 369-371 (ISBN 2-84234-056-6).
  13. Des Seigneurs de Neuville à Epinomis. La renaissance du château de Neuville sur Oise. Chambors. ISBN 2-9517929-1-3