Neuston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les crustacés copépodes sont l'un des groupes les plus importants du neuston (Copepoda dans Kunstformen der Natur d'Ernst Haeckel, 1904)

Le terme neuston utilisé en limnologie et en océanographie désigne l'ensemble des organismes liés à la surface de l'eau, c'est-à-dire à l'interface eau-atmosphère.

Catégories[modifier | modifier le code]

Construit à partir du radical grec ancien neust-, qui correspond à l'idée de « nager » ou « flotter »[1], le terme « neuston » lui-même a été introduit par le limnologiste Einar Christian Leonard Naumann (1891–1934) en 1917[2]. Dans la définition originelle, n'étaient pris en compte que les organismes en contact avec la tension superficielle du film de surface, qu'ils se trouvent au-dessus ou en dessous ; le terme ne s'est élargi et diversifié que plus tard[3].

Cette catégorie d'organismes aquatiques a depuis lors été subdivisée en plusieurs sous-catégories[4] dont les définitions sont susceptibles de varier selon les auteurs et selon les disciplines. En particulier, les usages divergent souvent entre la limnologie (eaux douces) et l'océanographie.

La première subdivision a porté sur la position des organismes par rapport à la surface proprement dite. Ainsi, l'épineuston correspond-il à ceux qui vivent au-dessus de la surface, l'hyponeuston faisant référence à ceux qui occupent la couche superficielle de l'élément liquide, immédiatement sous la surface[4]. Le terme supraneuston, beaucoup plus rare, est souvent utilisé comme synonyme d'épineuston, en particulier en hydrobiologie ; mais chez les biologistes marins, et notamment chez les microbiologistes, il peut se rapporter aux communautés de micro-organismes habitant le film superficiel[5]. Son antonyme est infraneuston.

La physalie, figure emblématique du pleuston marin

Une autre catégorie importante, le pleuston, ne fait pas l'unanimité pour ce qui concerne sa définition. Le terme est construit à partir du radical grec pleust- qui signifie naviguer, flotter[6]. Dans le milieu marin, il s'applique presque toujours aux êtres vivants qui flottent en surface et dont les déplacements sont passifs, c'est-à-dire gouvernés par les courants ou les vents[7]. Toute une communauté d'animaux aquatiques parfaitement adaptés à ce mode de vie disposent de flotteurs qui peuvent dépasser de la surface et faire office de voile.

Pour nombre de limnologistes, le neuston ne représenterait que la fraction de petite taille, voire microscopique, des organismes liés à la surface alors que le pleuston correspondrait aux organismes de grande taille[8]. Une autre classification basée sur la taille distingue le piconeuston, dont la taille peut être inférieure à 2 μm, du microneuston et du macroneuston dont certains représentants peuvent mesurer un mètre et plus[9].

Le neuston peut également être catégorisé en fonction des types d'organismes qui le composent. On peut ainsi parler de bactérioneuston, la fraction bactérienne du neuston, de phytoneuston (végétaux), de zooneuston (animaux) et d'ichthyoneuston (poissons).

Espèces concernées[modifier | modifier le code]

Puisqu'il correspond à la surface des eaux océaniques et continentales, le domaine du neuston occupe plus de 70 % de la superficie mondiale, et sa biodiversité se compte probablement en milliers d'espèces[9]. La plupart des groupes d'êtres vivants y sont représentés, au moins à certains stades de leur cycle biologique. Il n'est en effet pas nécessaire qu'un organisme vive en permanence au voisinage de la surface pour être considéré comme faisant partie de cet écosystème[10]. De nombreux organismes pélagiques sont en effet susceptibles de faire la navette entre la pleine eau et la surface, et le développement d'un nombre considérable d'espèces pélagiques et benthiques passe par des phases (œufs, larves) qui se déroulent dans les couches superficielles des masses d'eau.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Word Information : radical neust-
  2. Naumann E., (1917). Beiträge zur Kenntnis des Teichnannoplanktons. II. Über das Neuston des Süsswassers. Biologisches Zentralblatt, 37 : 98-106.
  3. Gladyshev, M. I. (2002). Biophysics of the surface microlayer of aquatic ecosystems. International Water Association, p. 86. ISBN 1900222175.
  4. a et b Burchardt, L., & Dutkiewicz, E. (2007). Neuston: The amazing world between water and air. Oceanological and Hydrobiological Studies, 36, Supplement 1 : 227–232. ISSN 1730-413X.
  5. Tsyban, A. V. (1971). Marine bacterioneuston. Journal of Oceanography, 27 (2) : 56–66. DOI 10.1007/BF02109331.
  6. Word Information : radical pleust-
  7. Baretta-Bekker, J. G., Duursma, E. K., & Kuipers, B. R. (1992). Encyclopedia of marine sciences. Springer-Verlag, Berlin.
  8. Exemple de cette définition : Balvay, G. Composition de la biocénose d'un lac. Centre Alpin de Recherche sur les Réseaux Trophiques des Écosystèmes Limniques.
  9. a et b Hardy, J. T. (1997). Biological effects of chemicals in the sea-surface microlayer. Cambridge University Press, Cambridge (UK) : 339–370. Résumé en ligne.
  10. Marshall, H. G., & Burchardt, L. (2005). Neuston: Its definition with a historical review regarding its concept and community structure. Archiv für Hydrobiologie, 164 (4) : 429-448. - Résumé en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]