Neuilly-le-Dien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuilly.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Acquet.
Neuilly-le-Dien
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Crécy-en-Ponthieu
Intercommunalité Communauté de communes Authie-Maye
Maire
Mandat
Daniel Mesureur
2014-2020
Code postal 80150
Code commune 80589
Démographie
Population
municipale
97 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 13′ 28″ N 2° 02′ 37″ E / 50.2244444444, 2.04361111111 ()50° 13′ 28″ Nord 2° 02′ 37″ Est / 50.2244444444, 2.04361111111 ()  
Altitude Min. 40 m – Max. 101 m
Superficie 4,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuilly-le-Dien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuilly-le-Dien

Neuilly-le-Dien est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie. Elle intègre une ancienne commune nommée Acquet.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Comme beaucoup de communes du Ponthieu, le village fut dévasté par les Espagnols en août 1635. Et ce n'étaient pas les premiers ravages connus par les habitants : des destructions datant du règne de François Ier ou de La Ligue ont été mentionnées.
  • Simon Le Blond, sieur d'Acquet fut mayeur d'Abbeville en 1654.
  • La famille Le Vasseur possédait la seigneurie en 1690, d'après Monsieur de Bussy[1]. Cette possession a duré plusieurs siècles. Au début du XVIIIe siècle, elle a été transmise par mariage de dame N. Le Vasseur à la famille Laudru. Leur fille porta la seigneurie au sieur Houdouard. Ils eurent un fils qui finit ses jours à Neuilly.
  • Pendant la Seconde Guerre mondiale, une rampe de lancement de V1 a été installée par l'occupant allemand. La base a été active jusqu'à peu de temps avant la libération.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Neuilly-le-Dien Blason Divisé en chevron: au 1er de sable plain, au 2e d’azur à la rose d’argent; au chevron de sinople soutenu d’argent, chargé sur chaque flanc de deux épis de blé empoignés en barre à dextre, en bande à senestre, le tout brochant; au lion naissant d’argent sur-brochant en chef[2].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Marc Sellier    
avril 2014[3] en cours
(au 6 mai 2014)
Daniel Mesureur    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 97 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
115 298 265 266 275 295 303 305 292
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
301 300 314 287 277 245 231 215 208
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
207 200 204 180 173 171 173 187 186
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
168 154 114 97 103 110 106 105 97
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption à Neuilly-le-Dien. L'église précédente était placée sous l'invocation de saint Sulpice[6].
  • Chapelle Saint-Maclou à Acquet.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Prarond, Histoire de cinq villes et de trois cents villages, hameaux et fermes, Prévost, rue des Lingers, Abbeville, tome II, 1868, p. 407.
  2. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=11936
  3. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 11 avril 2014, p. 13.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. Histoire de cinq villes et de trois cents villages, hameaux et fermes, par Ernest Prarond, p. 408.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Ernest Prarond, Histoire de cinq villes et de trois cents villages, hameaux ou fermes, Prévost, rue des Lingers, Abbeville, tome II, quatrième partie, Saint-Riquier et les cantons voisins, 1868.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :