Nerprun purgatif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le nerprun purgatif, Rhamnus cathartica, est l'une des quelques espèces de nerprun qu'on peut naturellement trouver en Europe alors que la plupart de la centaine d'espèces de nerprun sont tropicaux ou subtropicaux.

La plante se nomme aussi nerprun cathartique.

Taxonomie et étymologie[modifier | modifier le code]

Linné a originellement nommé l'espèce Rhamnus catharticus, mais elle aurait dû être nommée cathartica car le nom de genre Rhamnus est féminin[1].

Rhamnus cathartica - Köhler–s Medizinal-Pflanzen-255.jpg
Écorce toxique autrefois utilisée comme purgatif

Le nom de genre Rhamnus a été fabriqué à partir du grec rhamnos, nom du Nerprun purgatif et le nom d'espèce catharticus dérivé du grec καθαρτικός « qui purifie », en parlant de la musique (Aristote, Politique 1342a15). Le terme français de Nerprun dérive du latin populaire niger prunus "prunier noir" qui a donné aussi Noirprun synonyme de nerprun cathartique[2]

Description[modifier | modifier le code]

Le nerprun purgatif est un arbrisseau de 2 à 5 mètres de haut, caducifolié. C'est une plante dioïque ou polygame, à l'écorce lisse, gris-brun. Les rameaux gris sont souvent terminés par une épine[3].

Les feuilles caduques, presque opposées, elliptiques à ovales, de 2,5 à 9 cm de long et 1,2 à 3,5 cm de large, finement dentées, aux nervures très apparentes, vertes virant au jaune à l'automne.

Les fleurs vert-jaune sont rassemblées en grappes par 5 à 10. Elles sont unisexuées, à 4 pétales. Elles sont pollinisée par les insectes.

Le fruit de 6 à 10 mm de diamètre est une drupe noire qui contient 4 graines. En quantité suffisante, c'est un poison pour l'homme, mais il est apprécié de nombreux oiseaux qui sèment les graines dans leurs fientes[4],[5].

C'est une essence buissonnante, souvent introduite dans les haies ornementales

Habitat, aire de répartition[modifier | modifier le code]

En Europe, il est présent du centre de l'Angleterre jusqu'au sud de la Méditerranée et pour l'Asie on le trouve de l'ouest jusqu'au Kirghizistan vers l'est. On le trouve en France, Belgique, Suisse[6],[7].

Envahissant[modifier | modifier le code]

Ce nerprun peut s'avérer localement envahissant en Amérique du Nord là où il a été introduit[8]. Au Québec, il est considéré comme étant une plante nuisible à la biodiversité, car il est très compétitif face à la végétation indigène[9].

Culture et usages[modifier | modifier le code]

Une planche à découper dont le centre est formé de nerprun purgatif.

Comme son nom le suggère, le fruit et l'écorce de l'arbuste étaient autrefois utilisés comme purgatifs, mais leur toxicité (violents effets purgatifs et effets secondaires) fait qu'ils ont été abandonnés pour cet usage[10].

Des extraits de ses baies se révèlent très efficaces pour traiter la maladie du gros ventre (coccidiose) des lapins domestiques.

Son bois est dense et solide, mais peu utilisé.

Les fruits et les rameaux étaient récoltés autrefois, notamment dans le Comtat Venaissin et utilisés pour leurs pouvoirs colorants comme teinture pour les tissus (cf De la Garance au pastel de Michel Garcia, Edisud).

C'est la plante hôte du papillon citron. La présence du mâle jaune vif est un indice de présence du nerprun purgatif dans les environs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bean, W. J. (1980). Trees and Shrubs Hardy in the British Isles 8th ed., vol. 3. John Murray ISBN 0-7195-2427-X
  2. « NERPRUN : Définition de NERPRUN », s. d. http://www.cnrtl.fr/definition/nerprun.
  3. J-C. Rameau, D. Mansion, G. Dumé, C. Gauberville, Flore Forestière Française, guide écologique illustré, 3 région méditerranéenne, Ministère de l'agriculture et de la pêche,‎ 2008, 2426 p.
  4. Rushforth, K. (1999). Trees of Britain and Europe. Collins ISBN 0-00-220013-9.
  5. Rhamnus cathartica Flora of NW Europe
  6. Rhamnus cathartica Flora Europaea
  7. Rhamnus cathartica Germplasm Resources Information Network
  8. Minnesota Department of Natural Resources Buckthorn - Invasive Species
  9. Ministère des affaires municipales, régions et occupation du territoire GUIDE - LA BIODIVERSITÉ ET L'URBANISATION
  10. Rhamnus cathartica Plants for a Future

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. Fitter, A. Fitter, M. Blamey, Guide des fleurs sauvages, Delachaux et Niestlé, Paris 2011, 7e éd. revue et corrigée (ISBN 978-2-603-01054-9).