Nerf sensitif et nerf moteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le nerf est une structure composée de fibres nerveuses, ces fibres sont des axones de neurones[1]. Elles peuvent être motrices ou sensitives.

Système nerveux Peripherique & Central

Nerfs moteurs[modifier | modifier le code]

Les nerfs moteurs transportent la commande motrice depuis le système nerveux central vers les effecteurs qui sont principalement les muscles. Ces fibres nerveuses efférentes prennent naissance au niveau du système nerveux central : la moelle épinière et les centres cérébraux moteurs[2]. Les fibres efférentes émergent de la moelle épinière par la racine ventrale issue de la corne ventrale. De la moelle épinière partent les motoneurones γ, qui contactent le fuseau neuromusculaire. De là émanent des axones moteurs qui commandent la contraction des fibres intrafusales pour maintenir la sensibilité du fuseau. Les motoneurones[3] α contactent les fibres extrafusales qui permettent la contraction du muscle[4]. La coactivation des motoneurones α et γ permet donc aux fuseaux de fonctionner, c’est-à-dire d’envoyer des informations vers les muscles.

Nerfs sensitifs[modifier | modifier le code]

Les informations sensorielles sont détectées par des récepteurs sensoriels situés à la périphérie puis elles sont transmises au système nerveux central par l’intermédiaire des neurones sensitifs autrement appelés fibres afférentes. Ces neurones sensitifs ont une morphologie particulière, on les appelle neurones "en T" car leur corps cellulaire se situe dans les ganglions tandis que leur axone projette d’un coté au niveau central et de l’autre au niveau périphérique. Cette particularité leur permet de recevoir les informations grâce aux récepteurs et de les renvoyer vers le système nerveux central[5]. Il existe différents types de récepteurs : les récepteurs nociceptifs ( provoquant une douleur), les récepteurs cutanés, les récepteurs musculaires, tendineux, articulaires… Ces récepteurs, une fois activés, induisent un influx nerveux[6]. Les axones des neurones sensitifs rejoignent la corne dorsale de la moelle épinière par la racine dorsale et vont contacter divers neurones au niveau central. Il existe 2 types de fibres sensitives[7] :

  • Les fibres afférentes primaires dont les corps cellulaires se situent dans les ganglions sensitifs rachidiens et dans les ganglions sensitifs des nerfs crâniens. Celles-ci ont pour cible le système nerveux central.
  • Les fibres afférentes entériques dont les corps cellulaires sont dans les ganglions entériques situés dans le tube digestif. Celles-ci ont pour cible les ganglions prévertébraux du système orthosympathique et régulent les réflexes splanchniques.

Les fibres afférentes sont majoritairement non myélinisées, c'est-à-dire qu'elles ne possèdent pas de gaine de myéline.

Nerfs sensitifs/ nerfs moteurs[modifier | modifier le code]

La plupart des nerfs sont des nerfs mixtes[2], c'est-à-dire qu'ils sont composés à la fois de fibres sensitives et de fibres motrices. Ils font partie du système nerveux périphérique. Il existe 2 types de nerfs : les nerfs rachidiens qui sont obligatoirement mixtes et les nerfs crâniens qui peuvent être moteurs ou mixtes[8].

  • Les nerfs spinaux (ou rachidiens) vont émerger directement de la moelle épinière. Chaque nerf spinal est formé par la réunion de deux racines rachidiennes, l'une dorsale sensitive et l'autre ventrale motrice, par exemple le nerf sciatique fait partie des nerfs rachidiens.
  • Les nerfs crâniens émergent principalement du tronc cérébral. Les axones moteurs transportent les informations du tronc cérébral vers la périphérie tandis que les axones sensitifs transportent les informations de la périphérie vers le tronc cérébral. Par exemple le nerf trijumeau qui fait partie des nerfs crâniens est a la fois sensitif pour la bouche, la face et la moitié inférieure du scalp et moteur pour les muscles masticateurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Cyril JAGGI, "Segmentation par méthode markovienne de l'encéphale humain en imagerie par résonance magnétique : Théorie, Mise en œuvre et Évaluation", Université de Caen/Basse Normandie, UFR de Sciences École doctorale S.I.M.E.M, Soutenue le 21 décembre 1998 lien.
  2. a et b Elaine-N Marieb, "Anatomie et Physiologie Humaines 4e édition", De Boeck Université, 1998, ISBN 2-8041-3219-6, p. 461
  3. Mark-F Bear, Barry W. Connors, Michael A. Paradiso, "Neurosciences - A la découverte du cerveau, 3e édition", Pradel, 28/06/07, ISBN 978-2-913996-66-3, p. 43
  4. Mark-F Bear, Barry W. Connors, Michael A. Paradiso, "Neurosciences - A la découverte du cerveau, 3e édition", Pradel, 28/06/07, ISBN 978-2-913996-66-3, p. 43
  5. "Les réflexes spinaux" dans Neurophysiologie Réflexes, 2005 [consulté le 20 avril 2012] lien
  6. Nicole Boisacq-Schepens, Marc Crommelinck, "Neurosciences", Dunod, Sciences Sup, 08/09/2000, ISBN 2-10-048332-3, p. 35 à 40
  7. Sy NGUYEN, Redha BOUROUINA, Anne-Claude ALLIN-PFISTER, "Manuel d'anatomie et de physiologie 5e édition", Lamarre, 2010, ISBN 9782757303405, p. 137-138
  8. René Garcia, "Cours 1 : Le système nerveux humain", Université Nice-Sophia Antipolis, Neurobiologie. 1.pdf lien