Neospora caninum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Neospora caninum est un parasite protozoaire provoquant la néosporose.

Importance et répartition géographique[modifier | modifier le code]

La néosporose touche le chien et divers autres mammifères. Elle est responsable, surtout chez le chiot et l’adulte immunodéprimé, de troubles locomoteurs et neurologiques mortels : encéphalomyélite, myosite nécrotique et dermite pyogranulomateuse. Aucun cas de transmission aux humains n’est connu. La néosporose est considérée comme une grave maladie des chiots, en Amérique du Nord (États-Unis et Canada) ; on la retrouve également en Europe Occidentale et en Australie.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Le parasite est connu seulement chez les hôtes intermédiaires, sous formes de tachyzoïtes et de bradyzoïtes presque identiques à ceux de T. gondii. L’hôte définitif est le chien. De nombreux mammifères (dont le chien) peuvent jouer le rôle d’HI. L’infection se fait par ingestion de bradyzoïtes ou même de tachyzoïtes rejetés dans les selles. Il existe une transmission trans-placentaire.

Principaux signes cliniques[modifier | modifier le code]

Le parasite se révèle pathogène chez des chiots et chatons nouveau-nés. La maladie est très grave lors d’infection du fœtus ou du nouveau-né.

Les signes cliniques observés sont :

  • chez le chiot : paralysie postérieure ascendante avec contractures musculaires et hyperextension des membres postérieurs ; éventuellement une atrophie musculaire, des lésions cutanées ;
  • chez le chien adulte : atteintes multiples du système nerveux central, polymyosite ;
  • chez le chat : maladie mortelle chez le chaton ; maladie aiguë possible chez les adultes après corticothérapie.

On observe des nécroses et des dépôts minéraux dans les muscles, une hypertrophie du foie, pneumonie.

La mort survient en quelques semaines.