Neo-Geo AES

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neo-Geo.
Neo-Geo
Neo-Geo AES

Fabricant SNK
Type Console de salon
Génération Quatrième

Date de sortie 31 janvier 1990
Drapeau : France Novembre 1990
Fin de production 19 octobre 2004
Média Cartouche
Unités vendues ~ 1 million
Jeu le plus vendu The King of Fighters '95

Neo-Geo Neo-Geo CD Suivant

La Neo-Geo, appelée aussi NeoGeo Advanced Entertainment System, est une console de jeu vidéo sortie en 1990 à la location et en 1991 à la vente.

Conçue par la société japonaise SNK, elle a la particularité d'être, d'un point de vue technique, strictement identique au système d'arcade Neo-Geo MVS, avec lequel elle partage une ludothèque commune. La console est connue pour sa ludothèque de jeu d'arcade 2D de qualité, dont une grande partie sont des jeux de combat, ainsi que pour son prix très élevé et par sa très grande longévité. Au vu de son prix et de ses caractéristiques par rapport aux consoles concurrentes de la même époque, elle est considérée par beaucoup comme la « Rolls Royce » des consoles.

Historique[modifier | modifier le code]

La console Neo-Geo sort au Japon le 26 avril 1990, le même jour que le système d'arcade Neo-Geo MVS, au prix très élevé de 58 000 yens (435 euros courants ou 646 euros constants de 2014), cependant, aucun jeu n'était vendu avec, il fallait obligatoirement les louer[1].

Au départ, quatre jeux sont &disponibles à la location : NAM-1975, MahJong Kyoretsuden, Baseball Stars Professional et Magician Lord[2], des jeux disponibles au même moment dans les salles d'arcade au format Neo-Geo MVS pour bornes d'arcade. Techniquement, ces jeux pour la console Neo-Geo sont exactement les mêmes que leurs versions arcade. Le marketing de SNK pour sa console Neo-Geo s'appuie d'ailleurs sur cet argument avec comme slogan « Sugoi gēmu o tsurete kaerō » (「凄いゲームを連れて帰ろう」?), que l'on peut traduire par « Ramenons de super jeux à la maison ».

La location des jeux pour la console Neo-Geo sera disponible jusqu'au 1er juillet 1991, date à laquelle SNK remet en vente sa console dans un nouvel emballage, au prix revu à 48 000 yens (360 euros), avec une liste de jeux composée de 17 titres, disponibles à l'achat séparément :

  • 11 jeux déjà sorti en location en boite carton ré-édités dans des boites en plastique
  • 6 jeux qui n'avaient pas jusqu'à présent été sorti sur la console : Minasan no Okagesama Desu, Sengoku, Alpha Mission II, Blue's Journey, King of the Monsters et Ghost Pilots.

Contrairement aux 11 autres jeux ré-édités dans des boîtiers en plastique, ces six jeux sont édités dans des boites en carton. L'un des six sera ré-édité plus tard en boiter plastique (Minasan no Okagesama Desu!), mais cinq d'entre eux ne sortiront qu'en boite en carton.

Jusqu'à présent les jeux sur la console sortaient au même moment que les versions arcade, mais dorénavant les versions consoles sortent environ trois mois après les sorties dans les salles d'arcade. Par exemple, le jeu Burning Fight sort le 20 mai 1991 en arcade, et le 9 août 1991 sur console Neo-Geo[3].

À partir de juillet 1991, la console Neo-Geo est distribuée aux États-Unis par SNK Corporation of America. Initialement prévue pour être vendue à 599 $, la console sortira finalement en deux packs différents :

  • Un pack « Gold System » à 649,99 $, contenant la console avec deux joysticks, une carte mémoire et un jeu au choix entre l'un des deux jeux de départ Baseball Stars Pro ou NAM-1975. Plus tard, le pack inclura d'office le jeu Magician Lord[4].
  • L'autre pack, le « Silver System », est vendu 399,99 $, sans jeu et avec un seul joystick. Les jeux sont vendus 200 $, prix très élevés pour l'époque, et qui réservent la console à un marché de riche.

La console Neo-Geo profite énormément du succès dans les salles d'arcade du système Neo-Geo MVS, essentiellement avec des jeux comme Fatal Fury (1991), Fatal Fury 2 (1992), Art of Fighting (1992) et plus tard la série des King of Fighters, tous développés en interne par les studios SNK.

Ces jeux, extrêmement populaires dans les salles d'arcade du monde entier, sont portés sur console trois mois après leur sortie en arcade, dans des versions strictement identiques. On retrouve exactement les mêmes jeux sur sa console Neo-Geo que sur borne d'arcade, ce qui est unique à l'époque.

Les ventes de la console décollent, et malgré les sorties fin 1994 des consoles PlayStation et Saturn, la Neo-Geo continue à se vendre auprès d'un public fidèle. La fabrication de la Neo-Geo est stoppée en 1997, mais des jeux continuent d’être mis sur le marché bien après cette date.

Les développeurs vont tirer la quintessence de la Neo-Geo avec des jeux de plus en plus aboutis, aux graphismes et aux animations en 2D supérieures à ce que proposent les consoles concurrentes de cinquième génération, pourtant bien plus récentes. Des jeux tels que Last Blade (1997) ou Garou: Mark of the Wolves (1999) en sont la preuve, bien que leur prix soit toujours très élevé. Jusqu'à la fin de son activité, la société SNK soutiendra sa console en continuant à sortir des versions AES de ses hits d'arcade Neo-Geo MVS, avec, comme jeu d'adieu, The King of Fighters 2000.

Alors que l'on pensait que la Neo-Geo était terminée, la nouvelle société SNK Playmore, qui succède à SNK, continue à adapter les sorties de bornes d'arcade MVS sur la Neo-Geo, toutefois en relativement peu d'exemplaires. Neuf jeux sortent de 2001 à 2004, le dernier jeu officiel, Samurai Shodown V Special, sort le 19 octobre 2004, 14 ans après le lancement de la console. Le système Neo-Geo est, avec l'Atari 2600 (1977 à 1991), le système le plus longtemps exploité par sa société éditrice originale de l'histoire du jeu vidéo, dépassant même la Game Boy[réf. nécessaire].

Ses capacités 2D hors-normes, sa longévité, ses jeux et son prix en 1990, font de la Neo-Geo un objet de fantasme pour de nombreux joueurs. Elle a été souvent surnommée la « Rolls Royce des consoles » (notamment par les magazines Consoles+ ou JoyPad).

En France, la console a été distribuée par la société Guillemot jusqu'en 1995.

En janvier 2012 la société SNK Playmore annonce le lancement de la Neo-Geo X[5]. Une console portable, permettant de jouer à des conversions issues du catalogue Neo-Geo original. La société annonce également une version "Gold"[6] de la Neo-Geo X, permettant d'afficher le jeu lancé sur la machine portable vers un téléviseur. Le pack "Gold" inclura un dock TV d'apparence similaire au système Neo-Geo original, et un joystick, également répliqué de celui accompagnant la console originale.

Aucune information n'a été donné à l'heure actuelle sur le mode de distribution des jeux Neo-Geo X. Si SNK Playmore à doté sa console d'un "expandable game card slot (extension pour cartouche de jeu)"[7], à quatre mois du lancement aucune précision supplémentaire n'a été donnée par la société sur ce sujet délicat. À noter que la console est dotée de quatre boutons supplémentaires par rapport à la machine originale (L1,L2,R1,R2, absents du joystick "Gold" (sic)) ce qui ouvre la voie à des titres originaux. D'autre part Playmore n'a pour l'instant ni confirmé ni réfuté une (peu probable) compatibilité du dock TV avec les cartouches AES originales.

Le lancement de la Neo-Geo X (créée par la société TOMMO avec accord de SNKP) est sortie fin décembre 2012, en version "Gold" uniquement, la version standard ( sans dock ni pad ) sortira courant 2013, avec 20 jeux livrés dans la mémoire interne de la machine[8].

Descriptif[modifier | modifier le code]

La version domestique de la Neo-Geo est connue sous le nom d'AES (Advanced Entertainment System), probablement par analogie à la Nintendo Entertainment System qui dominait alors le marché des consoles 8 bits.

Également, certains jeux en version européenne sont extrêmement prisés des collectionneurs, comme Metal Slug, Neo Turf Masters, Ninja Masters ou encore Kizuna Encounter et Ultimate 11. On compte moins de 10 copies connues de jeux tels Ultimate 11 et Kizuna Encounter en version européenne. Le prix pouvant, suivant l'état général du jeu, avoisiner 5000 à 12 000 euros.

SNK a décliné sa console en d'autres modèles :

D'abord pour rendre la console plus abordable financièrement, en utilisant le support CD-ROM pour les jeux (à noter que les temps de chargement étaient excessivement longs) :

  • Neo-Geo CD : existe en deux versions, la 1re est dotée d'un lecteur CD  « à tiroir » (plus rare). La seconde possède un lecteur CD « à capot » (plus répandu) ;
  • Neo-Geo CDZ, grâce à laquelle les temps de chargement sont alors divisés par deux.

Ensuite pour succéder à la Neo-Geo :

  • Hyper Neo-Geo 64 uniquement sorti en arcade car le succès attendu n'arriva pas et la version console ne vit jamais le jour.

Deux consoles portables ont également vu le jour :

Jeux[modifier | modifier le code]

Une cartouche Neo-Geo MVS. Les deux PCB sont légèrement plus longs que sur les cartouches AES, pour assurer une incompatibilité volontaire (dates de sorties, packaging, tarifs, etc.). Entre une version AES et MVS, les ROM des cartouches sont cependant strictement identiques.
Article détaillé : Liste de jeux Neo-Geo.

Le système Neo-Geo est réputé pour ses jeux de qualité qui continuent à être appréciés de nombreuses années après leur commercialisation. Parmi la cent cinquantaine de jeux sortis, plusieurs séries de jeux se sont démarquées :

Le dernier jeu à avoir vu le jour est Samurai Spirits Zero Special, commercialisé le 19 octobre 2004. Certaines séries continuent cependant à vivre sur d'autres systèmes d'arcade, comme l'Atomiswave, le Taito Type X² ou d'autres consoles de jeux.

Spécifications techniques[modifier | modifier le code]

Les spécifications initiales prévoyaient des ROMs jusqu'à 330 mégabits, d'où le message « MAX 330 MEGA - PRO GEAR SPEC » au démarrage des jeux. Néanmoins, les jeux les plus récents (The King of Fighters '98 fut le premier) ont contourné cette limitation pour atteindre pas moins de 716 mégabits avec The King of Fighters 2003. Ces jeux commencent par le message « GIGA POWER ». Cette limite a pu être dépassée grâce à la technique du bank switching (Mémoire paginée). L'accès aux données se fait par la console, via un annuaire stocké en clair qui va ensuite chercher les données demandé à l'endroit voulu dans les ROM de la cartouche.

La console Neo-Geo est équipée de deux microprocesseurs : un Motorola 68000 cadencé à 12 MHz, et Zilog Z80 8 bits cadencé à 4 MHz. Un chip vidéo custom permet à la Neo-Geo d’afficher 4 096 couleurs et 380 sprites simultanément. Pour la partie sonore, la puce Yamaha YM2610 permet de jouer 15 canaux, dont 7 réservés spécifiquement aux effets sonores.

Comparatif technique entre le Neo-Geo et les consoles de l'époque[9]
Vert : Capacité plus importante
NeoGeo MVS Mega Drive Super NES
CPU Motorola 68000
16 bits
12 MHz
Motorola 68000
16 bits
7,67 MHz
WDC 65c816
16 bits
3,58 MHz
Mémoire 64 kio de RAM de travail
68 kio de RAM vidéo
64 kio de RAM de travail
64 kio de RAM vidéo
128 kio de RAM de travail
64 kio de RAM vidéo
résolution 320×224 320×224 256×224
512×440 possible
Couleurs 65 536 possible
4 096 simultanées
512 possible
64 simultanées
32 768 possible
256 simultanées
Sprites simultanés 380 sprites
3 plans de fonds
80 sprites
3 plans de fonds
128 sprites
4 plans de fonds
Taille de sprite
mini/maxi
Programmable
1×2 pixels
jusqu'à 16×512 pixels
32×32 pixels 8×8 pixels
64x64 pixels
Son Yamaha YM2610
15 Canaux
Yamaha YM2612
6 Canaux
Sony SPC700
8 Canaux
Média Cartouche
708 Mb (88,5 Mio)
Cartouche
40mb (5 Mio)
Cartouche
72mb (9 Mio)

Les spécifications détaillées de la machine sont :

  • Rendu Sonore : YM2610 - (8 MHz)
    • 3 voies PSG
    • 4 voies FM
    • 7 voies PCM
      • 1 voie ADPCM 4 bits de 1,8 à 44 kHz
      • 6 voies ADPCM 4 bits à 18 kHz
  • Résolution graphique : 320x224 pixels
  • Palette : 65536 couleurs
  • Couleurs simultanées : 4,096
  • Sprites simultanés : 380
  • Taille minimale des sprites : 1x2
  • Taille maximale d'un sprite : 16x512
  • Nombre de plans d'affichage : 3
  • RAM : 64 kio de mémoire de travail,
  • RAM : 74 kio de mémoire vidéo
    • 64 kio de mémoire vidéo principale
    • 2 kio de "fast video"
    • 8 kio de "palette RAM"
  • RAM : 2 kio de mémoire dédiée au Z80
  • Sauvegarde : carte mémoire amovible

Numéro NGH[modifier | modifier le code]

Chaque jeu Neo-Geo AES comporte et est identifiable suivant un code appelé NGH (ou numéro NGH/NGM, identifiant des jeux sur AES: NGH ou NeoGeo Home ; côté MVS: NGM ou NeoGeo MVS)[10]. Ce numéro sert essentiellement à différencier les cartouches pour le système de sauvegarde. À chaque chargement ou lecture de sauvegarde, le système mémorise les informations sous ce code pour plus tard les réutiliser[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]