Nelson Bunker Hunt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nelson Bunker Hunt

Naissance 22 février 1926
El Dorado (Arkansas), États-Unis
Nationalité Américain
Profession Magnat du pétrole
Famille

Nelson Bunker Hunt (né le 22 février 1926) est dirigeant d'une entreprise pétrolière américaine. Il est plus connu comme « le milliardaire dont la fortune s'est effondrée après avoir tenté avec son frère de cornériser le marché de l'argent ».

Personnel[modifier | modifier le code]

Hunt est né à El Dorado, en Arkansas et vit actuellement à Dallas, au Texas[1]. Il est le fils de Lyda Bunker et du magnat du pétrole H. L. Hunt, et le frère de Lamar Hunt, fondateur de l'American Football League et des Chiefs de Kansas City.

Carrière en tant qu'homme d'affaires[modifier | modifier le code]

Nelson Bunker Hunt a joué un rôle très important dans la découverte et l'exploitation des champs de pétrole en Libye, champs qui ont plus tard été nationalisés par Muammar al-Gaddafi[2].

Il est possesseur de Titan Resources International Corporation (Dallas, Texas), compagnie spécialisée dans la recherche de pétrole au nord de l'Afrique[3]. Il est de plus le président de Hunt Exploration and Mining Company (HEMCO)

Jeudi de l'argent[modifier | modifier le code]

À partir du début des années 1970, Hunt et son frère William Herbert Hunt ont commencé à accumuler de grandes quantités d'argent. En 1979, ils avaient presque cornérisé le marché général de l'argent[4],[5]. Dans les neuf derniers mois de 1979, les frères ont gagné une somme estimée entre deux et quatre milliards de dollars, grâce à une quantité d'argent possédée avoisinant les 100 millions d'onces (3000 tonnes)[6].

Pendant que les frères Hunt accumulaient le métal qui allait devenir précieux, les prix des contrats à terme et des lingots d'argent, entre 1979 et 1980 sont passés de 11 $ à 50 $ par once, en janvier 1980. Les prix de l'argent sont retournés à leur cours "normal" deux mois plus tard. Le jour ou le cours de l'argent a le plus chuté a été nommé le Jeudi de l'argent (Silver Thursday).

En septembre 1988, Hunt a déposé le bilan pour faillite selon le chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis, en grande partie due a des poursuites judiciaires intentées contre sa spéculation sur l'argent.

En 1989, une décision de la Commodity Futures Trading Commission des États-Unis condamne Hunt à une amende de 10 millions de dollars, et lui interdit la négociation de produits de base, suite à sa tentative de domination du marché de l'argent. De plus, il a dû régler plusieurs millions de dollars au fisc américain[4].

Vie politique[modifier | modifier le code]

Bunk, en plus d'être membre du conseil de la John Birch Society, adhère au parti républicain, et est très actif dans certaines des causes conservatrices[7].

Il était l'un des sponsors principaux de l'organisation conservatrice Western Goals Foundation fondée en 1979 par le général John K. Singlaub, le journaliste John Rees, et Larry McDonald.

Au milieu des années 1980, Hunt a donné un demi-million de dollars à la fondation nationale pour la préservation de la liberté ("The National Endowment for the Preservation of Liberty")[8],[9], une organisation conservatrice qui sera plus tard impliquée dans l'affaire Iran-Contra[10].

Il a aussi émis une garantie de prêt d'une valeur de 3,5 millions de dollars pour le film Jésus[11].

Courses de chevaux[modifier | modifier le code]

Des années 60 aux années 80, Nelson Bunker Hunt fut un grand propriétaire-éleveur de chevaux de courses. Son élevage et son écurie comptèrent parmi les plus performantes du monde. Il éleva ou acquit des champions tels que Vaguely Noble, Dahlia, Empery, Youth, Exceller ou Trillion, qui lui permirent de gagner les plus grandes courses américaines et européennes. Suite à sa banqueroute, la dispersion de ses effectifs fut réalisée en 1988, quand il se sépara de 580 chevaux pour un montant d'environ 47 millions de dollars. Hunt revint aux courses en 1999 en achetant 51 poulains pour plus de deux millions de dollars.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.jbs.org/index.php/aboutjbs1/john-birch-society-national-council
  2. International Law Reports, Cambridge University Press, 1984 no 66 p. 340 (ISBN 0521464110)
  3. l'Éthiopie et Titan Resources ont signé un accord pétrolier (en)
  4. a et b (en) Kurt Eichenwald, « 2 Hunts Fined And Banned From Trades », The New York Times,‎ 21 décembre 1989
  5. (en) S. C. Gwynne, « Bunker Hunt », Texas Monthly,‎ septembre 2001
  6. (en) « Bunker Hunt's Comstock Lode », Time,‎ 14 janvier 1980
  7. Kingdom: The Story of Hunt family of Texas, publié par Beard Books en 2004 (ISBN:1587982269)
  8. http://www.fas.org/irp/offdocs/walsh/chap_13.htm
  9. (en) Lee H. Hamilton et Daniel K. Inouye, Report of the Congressional Committees Investigating the Iran/Contra Affair, DIANE Publishing,‎ 1995, 690 p. (ISBN 0788126024, lire en ligne), p. 93-94
  10. (en) Richard L. Berke, « Investigators Say Group Raised $2 Million For Contra Arms Aid », The New York Times,‎ 9 avril 1987
  11. (en) David Van Biema, « Religion: The Life of Jesus in 830 Languages », Time,‎ 30 juin 2003

Liens externes[modifier | modifier le code]