Nellie Bly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BLY.
Nellie Bly
Image illustrative de l'article Nellie Bly
Nellie Bly

Surnom Nellie Bly
Nom de naissance Elizabeth Jane Cochrane
Naissance 5 mai 1864
Cochran's Mills, Pennsylvanie, États-Unis
Décès 27 janvier 1922
New York
Nationalité américaine
Profession journaliste, écrivain, activiste
monde ouvrier
Autres activités globe-trotter
Années d'activité 1880-1922
Distinctions honorifiques National Women's Hall of Fame (1998)
Médias
Pays États-Unis
Presse écrite Pittsburgh Dispatch
1880-1887
New York World
1887-1895
New York Evening Journal
1914-1922
signature

Elizabeth Jane Cochrane, dite Nellie Bly, née le à Cochran's Mills dans le Comté d'Armstrong (Pennsylvanie) et morte le à New York, est une journaliste américaine, pionnière du reportage clandestin, c'est-à-dire du journalisme d'investigation.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nelly Bly, chanson de Stephen Foster

Nellie Bly perd son père, juge, à l'age de 6 ans. Il avait épousé sa mère Mary Jane en secondes noces[1]. Destinée à devenir demoiselle de compagnie ou gouvernante, Nellie se refuse à ce destin et commence à écrire des poèmes et des récits à 16 ans. En 1880, elle part pour Pittsburgh chercher du travail.

En réaction à une rubrique sexiste du journal Pittsburgh Dispatch, elle écrit une lettre fielleuse au rédacteur en chef George Madden. Cette lettre, incisive et particulièrement bien tournée, incite Madden à lui offrir un poste au journal si elle lui offre un article qui lui plaît. Quelques jours plus tard, elle lui amène un article consacré à la famille, au divorce et aux enfants[2]. Elle est alors engagée et Madden lui donne son pseudonyme, Nellie Bly, d'après une chanson très connue de Stephen Foster pour protéger sa famille des critiques.

Pionnière du journalisme d'investigation[modifier | modifier le code]

Le premier reportage qui lui est confié concerne une fabrique de conserves. Elle raconte alors la vie des ouvrières et leurs conditions très difficiles de travail, dans le froid, la saleté et le danger. Ce premier reportage, accompagné de photographies, fait exploser les ventes du Pittsburgh Dispatch[3].

Nellie Bly infiltrée dans une usine

Elle a alors rapidement libre choix de ses articles et se concentre essentiellement sur les conditions de vie du monde ouvrier. Malheureusement, les industriels commencent à mettre sous pression le journal. Madden demande donc à Nellie Bly de ne plus s'occuper que des rubriques théâtrales et artistiques. Mais, elle finit par le convaincre de revenir à son thème de prédilection, le monde ouvrier. Elle se fait alors embaucher dans une fabrique de tréfilerie pour écrire un article de l'intérieur. Le reportage fait sensation mais Nellie est forcée par les industriels à revenir aux rubriques théâtrales.

En 1886, elle part en voyage avec sa mère au Mexique et visite El Paso, Mexico, Guadalupe et Vera Cruz fournissant au journal des articles sur les mœurs et coutumes, la vie culturelle et artistique, la politique du pays. Elle en sort son premier livre, Six months in Mexico (1888), dédié à Madden.

leftSix months in Mexico

Elle quitte le Dispatch en 1887 et se rend à New York (mai 1887), où elle pose sa candidature au New York Tribune, au New York Times et surtout au journal à sensation, le New York World de Joseph Pulitzer, qui la recrute après qu'elle eut semée le trouble dans les locaux[4]. Pulitzer lui promet alors un contrat si elle parvient à s'infiltrer dans un asile. Elle accepte. Sa première tâche consiste ainsi à écrire un article au sujet d'un asile de fous pour femmes, le Blackwells Island Hospital à Roosevelt Island. Elle se fait passer pour malade

Nellie Bly en hôpital psychiatrique

et s'invente des problèmes psychiatriques afin d'y être internée et de pouvoir dévoiler les conditions épouvantables des patientes. Elle reste dix jours dans l'hôpital. Ce mode de journalisme, le reportage clandestin, devient sa spécialité. Le reportage fait scandale en dévoilant les horreurs des méthodes utilisées et amène un changement radical des pratiques. Elle publie son aventure sous le pseudonyme de L. Munro : Ten Days in a Mad-House (1887).

En 1887, John Cockerill, administrateur du New York World lui demande d'écrire un article sur Edward Phelps. Elle se déguise et entre dans l'entourage du trafiquant. Phelps et plusieurs hommes politiques sont traduits en justice après le reportage, mais aucun ne sera condamné.

En novembre 1889, Jules Chambers lui demande d'entreprendre un tour du monde sur les traces de Phileas Fogg, idée qu'elle avait émise à l'automne précédent[5].

Le tour du monde en 72 jours[modifier | modifier le code]

Jeu de l'oie retraçant le tour du monde de Nellie Bly, publié par le New York World en 1890
Nellie Bly lors de son périple, en 1890

En 1888, il lui vient l'idée de faire le tour du globe pour battre Phileas Fogg, le héros du Tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne. Mais le financier du New York World, George W. Turner, refuse de la soutenir, estimant qu'une femme était incapable d'un tel périple. Ce n'est donc qu'un an plus tard qu'elle entame son voyage[6] de 40 070 kilomètres à Hoboken, New Jersey, le , à 9 heures 40 pour le terminer le . Ce voyage aura duré exactement 72 jours, 6 heures, 11 minutes et 14 secondes, le record de l'époque, battu quelques mois plus tard par l'excentrique George Francis Train.

Photo publicitaire du New York World

Nellie Bly embarque ainsi à bord de l' Augusta Victoria de la Hamburg American Steamship Line, au port de Hoboken. Elle arrive à Southampton le 20 novembre où elle est accueilli par le correspondant du New York World, Tracey Graves. Elle apprend de lui qu'une rencontre organisée par Robert Sherard, journaliste du New York World à Paris est prévue avec Jules Verne à Amiens. Elle arrive en gare d'Amiens le 22 novembre à 16 heures et est accueilli avec enthousiasme par le célèbre écrivain accompagné de sa femme Honorine et de Sherard comme interprète. Jules Verne la trouve jeune, jolie, mince comme une allumette et d'une physionomie enfantine[7]. Elle est reçu dans le bureau de Jules Verne et rejoint rapidement son train de retour. Elle atteint Calais de justesse et prend le train pour Brindisi. Après Suez, elle traverse la mer Rouge et arrive à Colombo le 14 décembre. Le 18 décembre, elle est à Singapour où elle achète un petit singe. Les articles qu'elle envoie sur les lieux traversés obtiennent un succès prodigieux. Elle y étudie les mœurs et coutumes mais aussi l'extrême pauvreté rencontré. Des paris, comme pour le voyage de Phileas Fogg, sont ouverts aux États-Unis. A Hong Kong, Nellie Bly apprend qu'une autre journaliste Elisabeth Bisland a été envoyée par le Cosmopolitan Magazine pour la battre[8]. Le 3 janvier 1890, elle arrive à Yokohama où elle peut lire son interview avec Jules Verne, en japonais[9] et le 7 janvier embarque sur le rapide vapeur Oceanic de la White Star Line pour rejoindre San Francisco le 20 janvier. Pulitzer affrète ensuite des trains spéciaux pour son retour à travers les États-Unis. Elle arrive en gare de Jersey City le 25 janvier 1890 à 15 heures 51 après un périple de 72 jours, 6 heures, 11 minutes et 14 secondes. Ses premiers mots sont : I am glad to be home again[10]. Le jour même, Jules Verne reçoit un dépêche pour l'informer de la réussite du voyage. Il répond dans l'Écho de la Somme[11] :

Amiens, 25 janvier
Jamais douté du succès de Nellie Bly, son intrépidité le laissait prévoir.
Hourra ! Pour elle et pour le directeur du World !
Hourra ! Hourra !
Jules Verne[12]

Elle devient la première femme à faire le tour du monde sans être accompagnée par un homme, une aventure qu'elle raconte dans le livre Le Tour du monde en 72 jours (Around the World in Seventy-Two Days)[13].

réception d'arrivée à Jersey City

Dernières années[modifier | modifier le code]

Rencontré lors d'une réception à Chicago, le 5 avril 1895, elle épouse le millionnaire Robert Seaman et s'éloigne du journalisme. Après la mort de son mari en 1904, elle prend la direction de ses entreprises et instaure de nombreuses réformes (salaire journalier, investissement dans des centres de loisirs, des bibliothèques pour les ouvriers etc.). Désavoué au sein même de l'entreprise, elle doit vendre les usines en février 1914.

Poursuivie par les créanciers, elle retourne au Royaume-Uni et prend contact avec le New York Evening Journal pour devenir correspondante de guerre lors de la Première Guerre mondiale, articles qu'elle republie sous le nom de Nellie Bly qu'elle avait abandonné au moment de son mariage. Après la guerre, de retour à New York, elle reprend ses articles sur le monde ouvrier, sur l'enfance et œuvre pour le droit de vote des femmes.

Nellie Bly vers 1922

À l'âge de 57 ans, elle meurt le 27 janvier 1822, d'une pneumonie au Saint Mark Hospital de New York. Elle est inhumée au Woodlawn Cemetery dans le Bronx. Le lendemain de sa mort paraît un article sur La meilleure journaliste d'Amérique[14].

tombe de Nellie Bly au Woodlawn Cemetery

Postérité[modifier | modifier le code]

Le 26 janvier 1890, dès son arrivée, le New York World, publie un jeu de l'oie en son honneur.

À Brooklyn, un parc d'attractions ayant pour thème Le Tour du monde en quatre-vingts jours a été nommé en son honneur ainsi qu'un train express qui circule entre New York et Atlantic City.

En 1946, une comédie musicale sur sa vie est jouée à Broadway et en 1981, un téléfilm The Adventures of Nellie Bly est diffusé.

Un prix journalistique se nomme le Nellie Bly Club Reporter.

Le 14 septembre 2002, la poste américaine, tire un timbre de 37 cents à son effigie.

Nellie Bly fut aussi utilisée à de nombreuses reprises par la publicité pour des cigares, des vêtements, des produits pharmaceutiques et des objets divers.

En 1999, une pièce en deux actes, Miss Phileas Fogg, écrite par Eddy Piron est jouée à Loverval en Belgique.

En 2013, un puzzle de 300 pièces est édité par la Pomegranate Communications, Inc. à Petaluma (Californie).

Elle est inscrite au National Women's Hall of Fame depuis 1998.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Alexandra Lapierre et Christel Mouchard, « Nellie Bly. Le tour du monde en soixante-douze jours », in Elles ont conquis le monde : les grandes aventurières (1850-1950), Arthaud, Paris, 2007, p. 131-135 (ISBN 978-2700396713)
  • Philippe Burgaud, Nellie Bly, Revue Jules Verne 29, Jules Verne au Canada, Centre international Jules Verne, 2009, p.101-106 (La Rubrique du collectionneur).
  • Quand les Verne reçoivent Nellie Bly, Bulletin de la Société Jules Verne n°168, 2008, p.20
  • Iris Noble, L’Étonnante Nellie Bly, journaliste, Marabout, 1956.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Celle-ci se remariera pour divorcer peu après et eut cinq enfants.
  2. Jean-Pierre Albessard, Nellie Bly, première femme journaliste, Bulletin de la Société Jules-Verne n°182, avril 2013, p.57
  3. Albessard, op.cit, p.58
  4. Elle assiégea les bureaux pendant plusieurs heures.
  5. Albessard, p.59-61
  6. gràce au soutien de Jules Chamblers.
  7. Daniel Compère, Jean-Michel Margot, Entretiens avec Jules Verne. 1873-1905, Slatkine, 1998, p.31-72 et J. V n°26, Amiens, 1993, p.1-46.
  8. Bisland bouclera son tour du monde en 76 jours.
  9. Publié les 28-29 décembre 1890 dans le Yubin-hochi-shinbun.
  10. Albessard, p.62
  11. du 17/18 février 1890, p.1
  12. Publié aussi dans Les Annales Politiques et Littéraires du 11 mai 1890, p.298
  13. Édité par The Pictorial Weeklies Company, à New York, en 1890
  14. Albessard, p.64