Neil Innes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Innes.

Neil Innes

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Innes à la première de The Seventh Python

Informations générales
Nom de naissance Neil James Innes
Naissance 9 décembre 1944
Drapeau du Royaume-Uni Danbury, Royaume-Uni
Genre musical Parodie, satire, comedy rock
Instruments piano, guitare, harmonica, accordéon, clavecin
Années actives 1962 à nos jours.
Site officiel neilinnes.org

Neil James Innes, né le 9 décembre 1944 à Danbury, est un écrivain anglais et chanteur de chansons comiques, connu pour son travail avec les Monty Python et pour avoir fait partie du Bonzo Dog Doo-Dah Band, puis du groupe parodique les Rutles.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Innes passe une grande partie de son enfance avec ses parents et son frère de deux ans son ainé dans l'Allemagne d'après guerre, son père étant adjudant dans l'armée écossaise. Il prit des leçons de piano de 7 à 14 ans, mais apprit à jouer de la guitare en autodidacte. Il fit ses études à la Goldsmith's School of Art de Londres, où il rencontra sa future femme, Yvonne Catherine Hilton. Il se marièrent le 3 mars 1966, et eurent trois fils, Miles (né en 1967), Luke (né en 1971) et Barney (né en 1977).

Carrière[modifier | modifier le code]

Les débuts avec le Bonzo Dog Doo-Dah Band[modifier | modifier le code]

Innes fut diplômé en Beaux-Arts en 1966[1]. Entre 1962 et 1965, Innes et quelques camarades fondèrent un groupe dont le premier nom fut The Bonzo Dog Dada Band, d'après le mouvement Dada qu'ils affectionnaient particulièrement, mais ils le renommèrent the Bonzo Dog Doo-Dah Band, qui fut raccourci quelques années plus tard en The Bonzo Dog Band. En collaboration avec Vivian Stanshall, Innes écrivit la majorité des chanson du groupe, dont I'm the Urban Spaceman, leur unique tube (produit par Paul Mc Cartney et Gus Dudgeon sous le pseudonyme d'Apollo C. Vermouth) pour lequel Innes gagna le prix Ivor Novello Award, et Death Cab for Cutie qui apparait dans le film Magical Mystery Tour des Beatles.

À la fin des années 1960, Innes fit des apparitions répétés avec le Bonzo Dog Doo-Dah Band dans l'émission Do Not Adjust Your Set, un programme britannique destiné aux enfants, et dans lequel on retrouve des futurs membres des Monty Python.

À la suite de la séparation du Bonzo Dog Doo-Dah Band, il tenta de reformer un groupe avec Dennis Corwan, le bassiste du défunt groupe, le batteur Ian Wallace et le guitariste Roger McKew. Ce groupe, baptisé The World, espérait avoir une meilleure reconnaissance que le Bonzo Band tant au niveau artistique qu'au niveau commercial. Seulement leur premier (et unique) album Lucky Planet sortit alors que le groupe était déjà séparé.

GRIMMS et Monty Python[modifier | modifier le code]

En 1973, Innes forma le groupe GRIMMS avec Andy Roberts, Adrian Henri, Mike McGear, Brian Patten, John Gorman, David Richards, John Megginson, Ollie Halsall, et Gerry Conway. Ils réalisèrent trois albums: GRIMMS (1973), Rocking Duck (1973) et Sleepers (1976)[2].

Au milieu des années 1970, Innes fut étroitement associé à la série Monty Python's Flying Circus. Il joua un rôle majeur dans l’émission dans l'écriture des chansons et des sketches durant la dernière saison (après le départ de John Cleese). Il écrivit l'amorce d'une chanson intitulée "George III" qui apparait dans l'épisode "The Golden Age Of Ballooning". Il a aussi écrit "Where does a dream begin ?" que l'on peut entendre dans "Anything Goes: The Light Entertainement War" et coécrit le sketche "The Most Awful Family In Britain" dans le dernier épisode de la saison, "Party Political Broadcoast". Il est l'un des deux seul non-Pythons à être crédité au générique de la série, avec Douglas Adams.

Il apparait aussi sur scène avec les Monty Python à New York, en 1976, chantant "Protest Song" à l'harmonica sur l'album ''Monty Python Live At City Center'' Il a été présenté au public sous le pseudonyme de Raymond Scum. Après sa présentation, il dit à l'auditoire "J'ai souffert pour ma musique. Maintenant, c'est votre tour". Il refait une tournée avec les Monty Python une nouvelle fois en 1982, aux États-Unis, apparaissant dans ''Monty Python Live at the Hollywood Bowl''. Il chante sur scène les morceaux ''How Sweet To Be An Idiot'' and I'm the Urban Spaceman. Il apparait aussi dans le sketche philosophe, où il campe l'un des Bruces chantants.

Innes a écrit les chansons pour le film Monty Python : Sacré Graal ! et joue plusieurs personnages dans le film: un moine, le serf qui est écrasé par le lapin de bois géant et le chef des ménestrels qui suivent Sir Robin. Il au aussi un petit rôle dans Jabberwocky, le premier film de Terry Gilliam. De par ses nombreuses apparitions dans la troupe, Innes est souvent appelé le septième Python.

The Rutles[modifier | modifier le code]

Dessin comique des Rutles, le groupe parodique où apparaissait notamment Neil Innes

Après la fin du Monty Python's Flying Circus, Innes créa avec Eric Idle la série Rutland Weekend. Une série qui se veut aussi parodique, et qui décrit la vie d'une petite chaine de télévision régionale avec un budget ridicule. Il y eut deux saisons entre 1975 et 1976. Cette série engendra les Rutles ("The Prefab four", en anglais les 4 préfabriqués, à comparer aux Fab Four qui étaient les vrais Beatles), un pastiche des Beatles, dans lequel Innes joua le rôle de Ron Nasty, qui est librement inspiré de John Lennon. Un téléfilm fut réalisé pour les États-Unis, intitulé All You Need Is Cash, et un album fut produit par Warner Brothers. À la suite de cette série, Innes se retrouva seul et réalisa une série en 1979 sur la BBC, intitulée The Innes Book of Records, qui dura trois saisons.

Dans les années 1980, Innes se lança dans les programmes pour enfants. Il joua le rôle d'un magicien dans la série Puddle Lane sur le réseau ITV. Il fit des doublages sur un dessin animé, The Raggy Dolls. Il a composé les musiques pour chacune de ces séries.

Reformation[modifier | modifier le code]

Lorsque The Beatles Anthology sortit, il y eut un regain d'intérêt pour les Rutles, et un nouvel album, nommé Archaeology, sortit en 1996.

Innes a pris part avec les autres membres des Monty Python au Concert for George en 2002, en mémoire de George Harrison.

Innes tourna en Grande-Bretagne en 2006 et produisit un nouvel album des Bonzo Dog Band pour leur 40e anniversaire.

Un film sur Neil Innes, appelé The Seventh Python sortit en 2008[3].

Discographie[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Date de sortie Titre Label/Catalogue[4]
1973 "How Sweet To Be An Idiot"/"The Age of Desperation" United Artists UP 35495
1973 "Momma B"/"Immortal Invisible" United Artists UP 35639
1974 "Re-cycled Vinyl Blues"/"Fluff On the Needle" United Artists UP 356756
1974 "Lie Down and Be Counted"/"Bandwagon" United Artists UP 35745
1975 "What Noise Annoys a Noisy Oyster"/"Oo-Chuck-A-Mao-Mao" United Artists UP UP35722
1977 "Lady Mine"/"Crystal Balls" Arista ARISTA 106
1977 "Silver Jubilee (A Tribute)"/"Drama On a Saturday Night" Arista ARISTA 123
1978 "Protest Song"/"The Hard-To-Get" Warner Brothers K 17182
1979 "Amoeba Boogie"/"Theme" Polydor POSP 107
1979 "Kenny and Liza"/"Human Race" Polydor 2059 207
1982 "Them"/"Rock of Ages" MMC MMC 100
1982 "Mr. Eurovision"/"Ungawa" MMC MMC 103
1984 "Humanoid Boogie"/"Libido"[5] PRT 7P 298/12P 298
1984 "Dear Father Christmas"/"City of the Angels" Making Waves SURF 104

Albums solo[modifier | modifier le code]

The World[modifier | modifier le code]

  • Lucky Planet (1970)

GRIMMS[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Words of Innespiration: The Lyrics and Unplanned Career of Neil Innes--« http://www.neilinnes.org/FAQ.htm » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-09
  2. Grimms Page
  3. IMDB entry
  4. (en) Danny Barbour, « Neil Innes », Record Collector, no 183,‎ novembre 1994, p. 148–149
  5. picture sleeve, also released as a 12"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :