Neil Harbisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Neil Harbisson

Description de cette image, également commentée ci-après

Neil Harbisson et son œil cybernétique

Naissance (31 ans)
Drapeau de l’Irlande du Nord Irlande du Nord
Belfast
Activités Compositeur
Peintre
Photographe

Neil Harbisson (né le à Belfast[1] en Irlande du Nord) est un artiste catalan, musicien et interprète connu pour sa capacité à entendre les couleurs[2]. En 2004, il devient la première personne au monde à porter un eyeborg (en)[3]. L'intégration de l'eyeborg sur la photographie de son passeport est interprétée par certains comme la reconnaissance officielle de Harbisson comme un cyborg[4]. La couleur ainsi que l'utilisation de la technologie comme une extension de l'artiste (et non pas comme faisant partie de la performance artistique) sont des thèmes centraux dans le travail de Harbisson. En 2010, il fonde la Fondation Cyborg, une organisation internationale pour aider les êtres humains à « devenir des cyborgs »[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance[modifier | modifier le code]

Neil Harbisson naît avec l’achromatopsie, une particularité qui ne lui permet de voir qu’en noir et blanc. Il grandit à Mataró (Espagne) où il étudie la musique, la danse et le théâtre [6] dans diverses écoles[7]. Il commence à composer des morceaux de piano à l'âge de onze ans[8]. À l'école, ses camarades de classe pensent qu'il est paresseux à chaque fois qu’il demande à l'un d'eux dans un cours d'arts plastiques de la peinture rouge, ou de choisir un stylo à encre bleue. Il s'habille exclusivement en noir et blanc. Il déclare à ce sujet : « Quel était le but de porter quelque chose que je ne pouvais pas apprécier ? »[9]. À l'âge de 16 ans, il commence à étudier les beaux arts à l'Institut Alexandre Satorras, où il obtient l'autorisation d'utiliser uniquement les couleurs noir, blanc et gris dans ses œuvres. Les premières œuvres de Harbisson sont toutes en noir et blanc[10].

En mai 2001, il attire l'attention des médias en Espagne après avoir grimpé sur un arbre pour sauver trois arbres durant leur coupe dans le centre de Mataró[11]. Harbisson vit sur l'arbre pendant plusieurs jours[12], et est soutenu par plus de 3000 personnes qui ont signé une pétition pour la sauvegarde des arbres[13]. Après plusieurs jours de protestation, la mairie annonce que les arbres ne seront pas coupés[14].

En septembre 2001, Neil Harbisson part en Irlande pour terminer ses études de piano à la Nouvelle école de Musique de Walton à Dublin. En 2002, il part en Angleterre pour étudier la composition musicale au Dartington College of Arts[15].

L'Eyeborg[modifier | modifier le code]

En octobre 2003, lors de sa deuxième année au Dartington College of Arts, Neil Harbisson assiste à une conférence sur la cybernétique, en particulier sur les extensions sensorielles via la cybernétique, donnée par Adam Montandon, un étudiant de l'université de Plymouth[16]. Neil Harbisson est enthousiasmé et à la fin de la conférence, il s'entretient avec Adam Montandon. Par la suite, ils commencent à travailler sur le projet Eyeborg[17].

L’Eyeborg fonctionne avec une caméra montée sur le crâne qui capte les couleurs directement face à la personne, et les convertit en temps réel en ondes sonores[18]. Neil Harbisson mémorise les fréquences associées à chaque couleur. Les teintes à hautes fréquences sont aiguës, tandis que les teintes de basse fréquence paraissent graves. Á Vienne, ils présentent leur projet Eyeborg, et remportent le prix Europrix Award in Content Tools and Interface Design (2004), ainsi que le prix Innovation Award (Submerge, Bristol 2004).

En 2007, au cours d’un trajet en auto-stop à travers l'europe, Neil Harbisson rencontre à Ljubljana Peter Kese, un développeur de logiciels de Kranj. Peter Kese propose de développer l'Eyeborg afin que Harbisson puisse percevoir la saturation des couleurs et pas seulement les teintes. Après quelques semaines, il a développé un nouveau modèle d'Eyeborg qui permet à Harbisson de percevoir jusqu'à 360 teintes différentes à travers de micro-sons, et la saturation à travers les différents niveaux de volume[19].

En 2009, Matias Lizana, un étudiant de l'Université polytechnique de Catalogne développe l’eyeborg dans une puce dans le cadre de son projet de dernière année d’étude[20]. La puce permet à l'utilisateur d'avoir le dispositif implanté et d'entendre les couleurs qui vont au-delà des limites de la perception humaine, comme l'infrarouge et l'ultraviolet[21].

En mai 2011, le dispositif est cassé par la police qui croit que Harbisson avait filmé lors d'une manifestation sur la Place de Catalogne[22],[23],[24].

Le statut de Cyborg[modifier | modifier le code]

En 2004, Neil Harbisson n'est pas autorisé à renouveler son passeport britannique parce que sa photo de passeport a été rejetée. Le Bureau des passeports ne permet pas à Neil Harbisson d'apparaître avec l'équipement électronique sur sa tête. Neil Harbisson leur écrit de nouveau, insistant sur le fait que l'Eyeborg devrait être considéré comme faisant partie de son corps car il est devenu un cyborg. Des courriers de son médecin, de ses amis et de ses collègues sont envoyés au bureau des passeports pour lui apporter un soutien. Après des semaines de correspondance, le dispositif prothétique est reconnu[25]. Neil Harbisson déclare être devenu un cyborg : « Ce n'est pas l'union entre le eyeborg et ma tête qui me transforme en un cyborg mais l'union entre le logiciel et mon cerveau »[26].

Fondation Cyborg[modifier | modifier le code]

En 2010, Neil Harbisson et Moon Ribas créent la Fondation Cyborg, une organisation internationale pour aider les êtres humains à devenir des cyborgs[27]. La fondation a été créée en réponse au nombre croissant de lettres et de courriels reçus de gens à travers le monde intéressé pour devenir un cyborg[28]. Les objectifs principaux de la fondation sont de développer les sens et les capacités humains en créant et en appliquant des extensions cybernétiques sur le corps, afin de promouvoir l'utilisation de la cybernétique à des manifestations culturelles et de défendre les droits des cyborg[29]. En 2010, la fondation, basée à Mataró, a été le grand vainqueur du Creatic Award 2010, organisé par le Tecnocampus Mataró[30].

La sensibilisation du public[modifier | modifier le code]

Neil Harbisson dans une conference sur les couleurs et le cyborg aux Campus Party, Équateur (2011)[31]

Harbisson a contribué de manière significative à la sensibilisation du public à la couleur et aux cyborgs en donnant régulièrement des conférences publiques dans les écoles, les universités, les colloques et les LAN parties, réunissant parfois des milliers de spectateurs[32]. Il a participé à des festivals des sciences et des festivals d'art telles que le British Science Festival[33], Festival ALT célébrée à MARCO, Musée d'art contemporain de Vigo [34] et au Festival NeoTokyo célébré à Es Baluard, Musée d'Art moderne et Contemporain de Palma (Mallorca)[35].

Le 21 juillet 2011, il est devenu un Trending topic, sujet tendance sur Twitter[36] après avoir donné sa conférence devant un auditoire estimé à 7000 personnes au Campus Party in Messico[37].

Il est apparu dans de nombreux programmes documentaires pour la télévision dans les thèmes du transhumanisme, des cyborgs et des couleurs tels que Daily Planet, Explorations, Repor, Redes; dans les documentaires spécifiques sur sa vie, comme Sentir Colors, Cyborgs and Stem Cells, La importància dels colors et a été invité à de nombreux talk-shows, y compris Richard & Judy, Buenafuente[38], Els Matins et Fantástico.

Harbisson a également pris part à des programmes de radio telles que New York Studio 360,[39] BBC World Service Outlook[40], La Ventana[41], Radio Netherlands Worldwide[42], et est apparu dans certains magazines tels que Wired,[43]The Red Bulletin[44], Modern Painters[19], ¡Hola!,[45] Muy Interesante[46] entre autres.

Les non-voyants[modifier | modifier le code]

Harbisson a fait don de Eyeborgs aux communautés de non-voyants et a enseigné la couleur à des enfants aveugles pour les aider à développer le sens de la couleur[47]. Il croit que les eyeborgs et les autres extensions cybernétiques doivent être traités comme des parties du corps et non pas comme des appareils et, par conséquent, ils ne devraient jamais être vendus mais donnés[48].

En 2011, après la visite de Neil Harbisson en Équateur, le vice-président Lenín Moreno annonce que son gouvernement aiderait à promouvoir la recherche et la création de Eyeborgs en Équateur[49].

Sonochromatisme[modifier | modifier le code]

Harbisson utilise les termes sonochromatisme ou sonochromatopsia (latin : sono-, son + grec : Chromat-, la couleur + grec:-opsia, condition visuelle) pour définir sa nouvelle condition. Il explique que l'achromatopsie ne peut plus définir son état parce la personne achromatopsique ne peut ni percevoir ni distinguer les couleurs. Il explique également que la synesthésie ne définit pas avec précision son état parce que la relation entre la couleur et le son varie en fonction de chaque personne, alors que la sonochromatopsia est un sens supplémentaire qui se rapporte à une couleur de manière objective et égale pour tout le monde[50].

Les mesures sonochromatiques de Harbisson[modifier | modifier le code]

La Pure Sonochromatic Scale (2005) est une échelle logarithmique et microtonale avec 360 notes dans une octave. Chaque note correspond à un degré précis des couleurs du cercle chromatique. La mesure a été introduite au premier Eyeborg en 2004. La mesure sonochromatique pure de Harbisson (2005) est une échelle non logarithmique basée sur la transposition de fréquences de la lumière à des fréquences sonores. Les mesures rejettent les couleurs faisant partie de la roue des couleurs et ignorent la perception musicale / logarithmique de sorte qu'il peut franchir les limites de la perception humaine[pas clair][51] Harbisson's Sonochromatic Scales.png

Œuvres[modifier | modifier le code]

Art[modifier | modifier le code]

Les œuvres visuelles de Harbisson se concentrent sur la relation entre la couleur et le son, et sur la relation entre les humains et la couleur[52]. Les œuvres principales de Harbisson ont été exposées à la Bankside Gallery (Londra), au Museumsquartier (Vienne), au Royal College of Art (Londres), à Can Manyé (Alella)[53], Galeria Tramart (Barcelona)[54] et à la Giudecca 795 Art Gallery, la galerie d’art contemporain de Venise[55] au cours de la 54ème Biennale de Venise[56].

Ses Sound Portraits - Portraits sonores sont des portraits de gens que Harbisson crée en écoutant les couleurs des visages. Chaque visage crée un accord sonore différent en fonction de ses couleurs. Afin de créer son portrait, il a besoin de se tenir devant la personne et de pointer son Eyeborg sur les différentes parties du visage ; il écrit ensuite les différentes notes sur un papier spécial dans un manuscrit de 360 lignes. Il explique que les photographies ne peuvent pas être utilisées pour créer ces portraits, et que les couleurs ne sont pas les mêmes sur les photos que dans une perception ordinaire. Depuis 2005, il a créé des portraits sonores de différentes personnalités : le prince Charles, Antoni Tàpies, Tracey Emin, Leonardo DiCaprio, Peter Brook, Al Gore, Sir Tim Berners-Lee et Woody Allen entre autres[57].

Musique[modifier | modifier le code]

Le piano a été l'instrument de Neil Harbisson depuis son enfance. Il s'y intéressait naturellement puisqu’il détestait l'existence même de la couleur. « C’était un instrument noir et blanc, parfait pour moi. » Sa première composition réalisée en tant que cyborg est un mariage de la peinture et la musique. Dans son Concerto pour piano n°1, Neil peint littéralement un grand piano de Steinway & Sons en utilisant les fréquences des couleurs pour produire des notes. Avec sa composition suivante, le Concerto Pianoborg, le piano a été « préparé » en reliant un ordinateur à la partie inférieure, le capteur de l'eyeborg étant positionné au-dessus des touches. Quand une couleur a été détecté par le capteur, l'ordinateur capte la fréquence et la transmet au piano qui reproduit alors la note correspondante. Neil Harbisson déclare : « Le piano joue le pianiste, c’est ce que je voulais atteindre »[58].

La première performance artistique de Harbisson de la couleur au son se fait en collaboration avec la chanteuse islandaise et violoniste Maria Huld Markan Sigfúsdóttir (épouse de Kjartan Sveinsson, claviériste) ; María utilise un ordinateur et un micro pour chanter les fréquences des couleurs microtonales que Harbisson utilise pour des peintures en direct lorsqu'il était sur scène[59]. Leurs premières représentations ont lieu en 2004 au Centre Ariel (Totnes, Royaume-Uni) et à Plymouth Guildhall (Royaume-Uni) en 2005.

Á partir de 2008, Harbisson est en collaboration et en interprétation avec l'artiste catalan et musicien Pau Riba avec qui il partage le même intérêt pour les cyborgs[60]. Leurs premières apparitions ont lieu en 2008 à la Sala Luz de Gas (Barcelone), suivie par d'autres spectacles à Barcelone[61], Girona and Mataró[62]. Un de leurs projets les plus récents est Avigram (Avi-latine: oiseau,-gramme grecque: quelque chose d'écrit, dessiné ou enregistré). Une structure de douze séquences, une séquence pour chaque demi-ton à l'octave, est installé sur le toit d'une ferme. L'installation est en cours d'enregistrement 24 heures par jour, et une mélodie est créée en fonction de la corde où les oiseaux décident de se poser[63].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Harbisson a largement collaboré avec la chorégraphe espagnole Moon Ribas dans une série de pièces de théâtre et de spectacles de danse. Des œuvres telles que l'Opus n°1, présenté en première au théâtre londonien (Battersea Arts Centre) en 2007, et Le Son de l'Oranger, la première fois au Théâtre antique de Barcelone en 2011, associent l'utilisation de la cybernétique, la couleur et le mouvement sur scène, et explorent la relation entre la couleur et l'homme[64]. En 2010, Moon Ribas et Le Son de l'Oranger de Neil Harbisson a remporté le Stage Creation Award, décerné chaque année par IMAC Mataró[65].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)First Person: Neil Harbisson, As told to Sally Davies, I'm a human cyborg – I can hear colour « I was born in Belfast but grew up in Catalonia. », entretien avec S. Davies, sur www.ft.com, FT Magazine, 17 août 2012.
  2. Bannister, Matthew. Outlook,BBC World Service, 23 janvier 2012.
  3. *Wade, Greg. "Seeing things in a different light", BBC, 19 janvier 2005.
  4. *Brooks, Richard. "Colour-blind artist learns to paint by hearing", The Sunday Times, 24 février 2008.
  5. García, F.C. "Nace una fundación dedicada a convertir humanos en ciborgs", La Vanguardia, 1er mars 2011.
  6. FC "Més de 4000 espectadors ja han vist els Pastorets que acaben diumenge" Capgros 12–19 février 1999
  7. JV "Alumnes del Campeny representen Terra Baixa" Crònica de Mataró 16 mai 1998
  8. Mas, Pere. "Neil Harbisson, ciborg de colors", Catalunya Ràdio, 25 août 2009
  9. Gordonin, Bryony. "From black and white to colour ... eyes opened to sound of socks", The Independent, 13 janvier 2005.
  10. Brennan, Ciarán. "When what you see is not in colour", The Irish Times, 5 mai 2008.
  11. Ferran, Helena. "Un «cyborg» català al Regne Unit", El Punt, 5 décembre 2004.
  12. de la Fuente, Antonia. "Barones rampantes de Mataró se instalan en árboles para impedir que los corten", La Vanguardia, 27 mai 2001.
  13. "Penjats pels arbres" Front page of El Punt 26 mai 2001
  14. Ferran, Helena. "Famós a Mataró per <<salvar>> arbres", El Punt, 5 décembre 2004.
  15. Martinez Arias, Alberto. "Primer ciborg del mundo reconocido por un gobierno”, Puntos de Vista,Radio Exterior de España, 23 janvier 2012.
  16. "Neil Harbisson. Il terzo occhio", Internazionale Number 936, 17 février 2012
  17. Nadotti, Cristina. "Daltonici, mondo a colori con l'aiuto di "Eye-borg"", La Repubblica, 31 mai 2005.
  18. Alfredo M. Ronchi: Eculture: Cultural Content in the Digital Age. Springer (New York, 2009). p.319 ISBN 978-3-540-75273-8
  19. a et b Harbisson, Neil. "Painting by ear" Modern Painters, The International Contemporary Art Magazine pp.70-73. New York, Juin 2008.
  20. Sanchis, Ima. "La veo en blanco y negro pero la oigo en colores", La Contra de La Vanguardia, 10 juillet 2010.
  21. Millás, Juan José. “El Cyborg del Tercer Ojo”, El Pais, 15 janvier 2012.
  22. BBC News - The man who hears colour
  23. Twitter / @NeilHarbisson: Eyeborg broken by police a ...
  24. Twitter / @NeilHarbisson: Secret police have just br ...
  25. Miah, Andy / Rich, Emma. The medicalization of cyberspace, Routledge (New York, 2008). p.130 ISBN 978-0-415-37622-8
  26. Serra, Laura "No som blancs ni negres, tots som taronges" Ara, 19 janvier 2011.
  27. Redacción "Una fundación se dedica a convertir humanos en ciborgs" El Comercio (Peru), 1er mars 2011.
  28. Rottenschlage, Andreas "The Sound of the Cyborg" The Red Bulletin, 1er mars 2011.
  29. Calls, Albert "“Les noves tecnologies seran part del nostre cos i extensió del cervell”" La Tribuna, 3 janvier 2011.
  30. Martínez, Ll. "La Fundació Cyborg s'endú el primer premi dels Cre@tic", Avui, 20 novembre 2010
  31. Redaccion "Neil Harbisson, artista y cyborg", El Comercio, 22 octobre 2011
  32. Redaccion "7,000 geeks se despiden y superan un reto tecnologico", El Economista, 24 juillet 2011.
  33. Pearce, Marcus "The vision thing: Art and illusion", The Guardian, 22 septembre 2008.
  34. Redaccion "A historia do mozo que escoita as cores, no ALT", Galicia Hoxe, 12 mars 2011.
  35. Europa Press "La música electrónica se cuela entre el arte moderno", El Mundo, 11 septembre 2011.
  36. Trending Topic Twitter
  37. Redacción "Harbisson: el joven que escucha colores", El Economista, 21 juillet 2011.
  38. Buenafuente, Andreu "La vida en blanco y negro", Buenafuente, La Sexta, 27 Maggio 2010
  39. Molinsky, Eric "Neil Harbisson, cyborg", Studio 360, WNYC, 4 novembre 2011
  40. Bannister, Matthew "The Man who hears color, Outlook, BBC World Service, 23 janvier 2012
  41. Beltran, P."Mamá quiero ser artista y ciborg", Cadena Ser, 16 janvier 2012.
  42. Earth Beat "Colours", Radio Netherlands Worldwide, 26 août 2011.
  43. Finn, Christine "Cyborg enables color blind artist to hear his palette", Wired, 24 février 2008
  44. Rottenschlager, Andreas "The Sound of the Cyborg", The Red Bulletin, 22 février 2011.
  45. Redaccion "El primer cyborg del mundo", ¡Hola!, 17 février 2012
  46. Redaccion "Los colores tambien se escuchan", Muy Interesante, 31 janvier 2012
  47. EFE "Tecnologia cyborg para la vision", EFE, 27 octobre 2011
  48. Maia, Rafael "Nao quero vender olhos", Terra Networks, 9 février 2012.
  49. Article "Gobierno impulsara plan para no videntes", El Tiempo (Ecuador), 30 octobre 2011.
  50. Cáceres, Marta. "Yo Robot", Repor Televisión Española, 21 octobre 2009.
  51. name="artinfo.com"/>[1] Modern Painters, The International Contemporary Art Magazine pp 70-73 (New York, Juin 2008)
  52. Article. "El Artista que escucha los Colores" BBC Mundo 27 mai 2010
  53. Pedrico, Marta "Poner color al sonido..." La Vanguardia 7 octobre 2011.
  54. Bosco, Roberta. "El Pintor que oye colores" El Pais 18 mai 2005.
  55. Giorcelli, Rosalba. [2] Style.com (Italia), 16 juin 2011.
  56. Article "Eyeborg" Venice Connected Juin 2011
  57. Bergós, Mónica "El primer 'cyborg'", El Correo, 15 mai 2010.
  58. Woodcock, Jo. "Cyborg student, the first at Dartington", Life After Dartington, page 10, Issue 26, 2005.
  59. "Carne Cruda","Radio Nacional de España", 2 juin 2010.
  60. Putx, Donat. "Mi madre es un cyborg", La Vanguardia, 28 janvier 2009.
  61. Tramullas, Gemma. "Pau Riba invita a disfrutar de un orgasmo folclórico", El Periódico, 27 septembre 2009.
  62. Bueno, Vern "Una performance porta 99 nous el dia 9 del 9, de 9 del matí a 9 de la nit", Capgròs, 8 septembre 2009.
  63. "Tres artistes locals i Pau Riba creen una instal·lació a les Cinc Sènies", Capgròs, 22 avril 2010.
  64. Serra, Laura "No hi ha blancs ni negres, tots som taronges", Diari Ara, 19 Gennaio 2011
  65. Blanch, Anna "El món sonocromàtic d'‘El so del taronger' arriba a Mataró", El Punt, 17 décembre 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :