Necmettin Erbakan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Necmettin Erbakan

Necmettin Erbakan, né le 29 octobre 1926 à Sinop et mort le 27 fevrier 2000[1], est un homme politique turc, fondateur et membre successivement de différents partis politiques islamiques. Il est également fondateur du mouvement islamique Milli Görüş. Il fut Premier ministre de Turquie de juin 1996 à juin 1997. Il est titulaire d'un doctorat obtenu en Allemagne. Il était père de trois enfants.

Biographie[modifier | modifier le code]

Milli Görüş est la première plus grande organisation turque d'Europe. Fondée en 1971, à Braunschweig, à l'initiative de Necmettin Erbakan en tant qu'Union turque d'Allemagne, elle a pris son nom actuel en 1994. Le terme milli görüs signifie « voie nationale religieuse ».

En 1970, il fonda sa première formation politique, le Milli Nizam Partisi (ou MNP, « Parti de l’ordre national »), membre du Milli Görüş, qui fut interdit en 1971. En 1973, il fonda, en compagnie des anciens dirigeants du MNP, le Milli Selamet Partisi (ou MSP, « Parti du bien-être national ») ; c’est sous les couleurs de cette formation qu’Erbakan fut adjoint au Premier ministre lors de trois coalitions différentes de 1974 à 1978.

À la suite du coup d’État militaire du 12 septembre 1980 il fut arrêté et se vit signifier en 1982 une interdiction d’exercer des activités politiques pendant dix ans. Cette interdiction fut levée en 1987 à la suite d'un référendum.[réf. souhaitée]

La même année, Erbakan fut élu président du Refah Partisi (ou RP, « Parti de la prospérité »), sous les couleurs duquel il fut premier ministre entre 1996 et 1997. Il est partisan d’un grand marché commun islamique du Maroc à l’Indonésie et s’oppose à la politique kémaliste favorable à l’Europe et à l’Occident : « Nous ne sommes pas occidentaux, nous ne sommes pas européens. » Il qualifie alors l’Union européenne de « club chrétien sous influence maçonnique »[2]. En 1989, dans la ville néerlandaise d'Arnhem, il tint un discours aux accents djihadistes qui fit scandale : « Les Européens sont malades… Nous leur donnerons les médicaments. L’Europe entière deviendra islamique. Nous conquerrons Rome. »

Le 30 juin 1997, il démissionna sous la pression des militaires ; le RP fut alors interdit et Erbakan se vit signifier une nouvelle interdiction de son activité politique pour cinq ans.

Erbakan fut condamné à un an de prison en 2000 pour incitation à la haine raciale et religieuse[3].

Necmettin Erbakan était le président du Saadet Partisi (ou SP, « Parti du bonheur »).

Il meurt le 27 fevrier 2008

à 84 ans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décès d'un ex-premier ministre turc dépêche AFP du 27 février 2011.
  2. Tancrède Josseran, La nouvelle puissance turque, p. 78, Ellipses, Paris, 2010
  3. Turquie: prison pour l'islamiste Erbakan dans Libération du 6 juillet 2000.