Necati Cumalı

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Necati Cumalı

Naissance 1921
Flórina (Macédoine de l'Ouest, Grèce)
Décès 10 janvier 2001
Istanbul (Turquie)
Langue d'écriture turc
Genres nouvelles, romans, essais, poésie

Œuvres principales

L’Été aride (Susuz yaz) (nouvelle, 1962)
Le dernier Seigneur des Balkans (Viran Dağlar) (roman, 1994)

Necati Cumalı (1921 – 10 janvier 2001) est un écrivain turc qui a composé des nouvelles, des essais et de la poésie. Il fait partie de ces populations ottomanes résidentes en Grèce et déplacées en Turquie en 1923.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Flórina, en Grèce, il est déplacé avec sa famille à Urla, dans la province d'İzmir, dans le cadre des Échange de populations entre la Grèce et la Turquie de 1923. Il grandit à Urla et fait ses études à İzmir avant d'accéder à l’Université d'Ankara pour étudier le droit. Il commence à écrire des poésies pendant ses études et les publie dès les années 1940 dans des périodiques comme Varlık ou Servet-i Fünun. À la fin de ces années 1940, il fait son service militaire, occasion pour lui d'écrire de courtes histoires où peut se sentir l'influence de Sabahattin Ali. C'est peut-être la raison pour laquelle il est classé dans les écrivains de gauche alors qu'il n' jamais pris d'engagement politique.

On a souligné sa façon de croquer les portraits féminins [1].

Ayant écrit 15 recueils de poésie et plusieurs romans et nouvelles, aussi bien que de spièces de théâtre et des essais, il meurt à Istanbul le 10 janvier 2001.

Sa bibliothèque a été léguée à l’université Koç (à Istanbul, district Sarıyer) après sa mort[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Son œuvre la plus connue en Europe est sans doute "L’Été aride" (Susuz Yaz), adapté au cinéma sous le titre Un été sans eau par Metin Erksan en 1964, avec Hülya Koçyiğit et Erol Taş, qui avait été récompensé de l’Ours d'argent du festival de Berlin.

Un de ses romans a été traduit en français Le dernier Seigneur des Balkans (Viran Dağlar en 1994) : il y relate les aventures d'un de ses parents (Zülfikâr Bey), descendant d'une longue lignée de beys, au milieu de la tourmente des guerres balkaniques du début du XXe; ce roman a été adapté à la télévision par Michel Favart en 2003-2004 sur la chaîne ARTE en une mini-série de 4 épisodes sous le titre "Le dernier Seigneur des Balkans".

Sa poésie a été traduite en français par Tahsin Saraç (1930-1989).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Janet Browning, « Some Aspects of the Portrayal of Women in Modern Turkish Literature », British Society for Middle Eastern Studies, vol. 6/2,‎ 1979, p. 109ss (lien JSTOR?)
  2. (en) « Koc University Library : Donated Book Lists » (consulté le 20 février 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Necati Cumali, Le Dernier Seigneur des Balkans, traduit du turc par Orhan Altan, l'Esprit des Péninsules, 2001 (ISBN 2-910435-68-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]