Communication en champ proche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Near Field Communication)
Aller à : navigation, rechercher
Un distributeur de billets de train en Autriche proposant la technologie NFC pour payer

La communication en champ proche (en anglais near field communication, NFC) est une technologie de communication sans-fil à courte portée et haute fréquence, permettant l'échange d'informations entre des périphériques jusqu'à une distance d'environ 10 cm. Cette technologie est une extension de la norme ISO/CEI 14443 standardisant les cartes de proximité utilisant la radio-identification (RFID), qui combinent l'interface d'une carte à puce et un lecteur au sein d'un seul périphérique.

Un périphérique NFC est capable de communiquer avec le matériel ISO/CEI 14443 existant, avec un autre périphérique NFC ou avec certaines infrastructures sans-contact existantes comme les valideurs des transports en commun ou les terminaux de paiement chez les commerçants. La NFC équipe aujourd’hui des cartes utilisées dans les transports, dans le commerce ou pour l’accès à certains services publics et de plus en plus de terminaux mobiles. La NFC équipait en effet en 2011 50 millions de tablettes tactiles ou téléphones mobiles, chiffre qui pourrait atteindre 300 millions en 2013[1]. Dotés d’un écran, d’un clavier et d’une connexion internet, ces terminaux NFC ont un fort potentiel d’usages en favorisant les interactions entre les machines, les objets et un contexte (voir internet des objets).

Caractéristiques principales[modifier | modifier le code]

  • Débits de communication : 106, 212 ou 424 kbit/s (le débit 848 kbit/s n'est pas compatible avec la norme NFCIP-1) ;
  • Gamme de fréquence : 13,56 MHz ;
  • Distance de communication : maximum 10 cm (aucune normalisation à ce jour - aucune limite haute ou basse) ;
  • Mode de communication : half-duplex ou full-duplex.

Au contraire d'autres techniques de radio-identification ou du bluetooth dont la portée est d'une dizaine de mètres, la technique NFC n'est utilisable que sur de très courtes distances (quelques centimètres). Elle suppose une démarche volontaire de l'utilisateur et normalement ne peut pas être utilisée à son insu. Mais cela n'exclut pas la collecte des données NFC par le système lui-même, qui reste capable d'historiser les usages de l'utilisateur avec cette technique de communication. En mai 2010, à l'occasion d'une visite des services sans contacts déployés à Nice, la Commission nationale informatique et liberté a du reste énoncé[2] les grands principes pour que les services sans contact respectent les règles françaises en matière de protection des données personnelles.

Normes liées à la NFC[modifier | modifier le code]

  • NFCIP-1 (ISO/CEI 18092) définit l'interface et le protocole de communication entre deux périphériques NFC ;
  • ISO/CEI 14443-1 à ISO/CEI 14443-4 définissent la communication avec des circuits intégrés sans contact ;
  • NDEF (NFC Data Exchange Format) définit le format d'échange logique des données.

Des organismes autre que ISO/CEI ont également normé des usages ou techniques basées sur la NFC, tel que l'ECMA ou l'ETSI.

Forum NFC[modifier | modifier le code]

Le Forum NFC est un consortium international créé pour promouvoir la technologie NFC par Sony et Philips (aujourd'hui NXP Semiconductors) en 2004[3]. Il a été rejoint notamment par Nokia, Samsung, Panasonic, et compte début 2012 140  membres[3],[4].

Sony et Philips-NXP travaillent ensemble sur cette technologie depuis 2002, et ont chacun développé leur propre carte NFC : FeliCa (en) et Mifare[5].

Usages[modifier | modifier le code]

La NFC autorise de nombreux usages, certains se situent directement dans la continuité des cartes sans contact (billettique, paiement, accès...), d'autres sont fondés sur l'interaction de l'individu avec son environnement : objets, personnes...

Trois modes de fonctionnement du NFC[modifier | modifier le code]

Le mode émulation de carte
Dans le mode émulation de carte, dit passif, le terminal mobile se comporte comme une carte à puce sans-contact. Dans le cas où le terminal mobile est un téléphone mobile compatible , la carte SIM de l'opérateur peut être utilisée comme élément de sécurité en stockant des informations chiffrées. Les usages sont multiples: paiement, billettique spectacle ou transport (ex. : Navigo), couponing, contrôle d'accès... Le mobile, par ses fonctionnalités étendues (IHM, connexion réseau, capacité de traitement), enrichit considérablement les services basés sur des cartes.
Le mode lecteur
Le terminal mobile devient un lecteur de cartes sans-contacts (mode actif) ou de « radio-étiquettes » (étiquettes électroniques). Ce mode permet de lire des informations en approchant son mobile devant des étiquettes électroniques disposées dans la rue, sur des abris bus, des monuments, des affiches... ou sur des colis, des produits ou sur sa carte de visite (vCard)...
Le mode pair-à-pair
Ce mode permet à deux terminaux mobiles d'échanger de l'information, par exemple des vCard, des photos, des vidéos, de l'argent, des tickets, etc. Un appareil doté de la technologie NFC est capable d'échanger des informations avec des cartes à puces sans contact mais également avec d'autres appareils dotés de cette technologie.
Ce mode peut également être couplé avec une technologie permettant un transfert plus rapide. Le système d'exploitation mobile Android, permet par exemple depuis la version Ice Cream Sandwich de transférer les données via une connexion bluetooth, une fois la communication NFC établie; Samsung a amélioré le système en remplaçant, dans S-Beam, la liaison bluetooth par une liaison Wi-Di (ou Wi-Fi Direct)[6].

Quelques exemples d'usages[modifier | modifier le code]

Les services NFC commencent à voir le jour un peu partout dans le monde et notamment en Corée[7], en France[8] et en Turquie. Voici quelques exemples d'usages :

  • Paiement en utilisant une carte bancaire sans contact, ou un appareil mobile (téléphone portable, smartphone, ordinateur portable, tablette numérique…) sur un terminal de paiement sans contact ;
  • Paiement du parking à une borne acceptant le paiement sans contact à l'aide de son terminal mobile NFC ;
  • Achat et validation sans contact d'un titre de transport ou d'un billet d'entrée à un spectacle avec son mobile ;
  • Gestion de coupons de réduction dans un magasin, gestion de points de fidélité chez les commerçants (couponing) ;
  • Accès et démarrage d'un véhicule à l'aide de son téléphone mobile ;
  • Lecture d'informations produits (prix, composition, allergie, etc.) dans un magasin ;
  • Contrôle d'accès à des locaux en accès réservé (salle de réunion, entreprise, salle de cours, etc.) ;
  • Échange de profils entre deux utilisateurs d'un réseau social ou de niveaux de jeux en rapprochant ("tapant") les deux téléphones (mode pair-à-pair) ;
  • Lecture d'une carte de visite électronique avec un PDA ;
  • Synchronisation de signets Internet et de contacts entre un PDA et un téléphone portable ;
  • Récupération de la clef WiFi d'un point d'accès en approchant son « périphérique NFC » de la borne de diffusion ;
  • Accès aux fonctionnalités domotique d'un bâtiment .

Diffusion de la technologie[modifier | modifier le code]

La diffusion du NFC passe par des services sans contact nombreux, fonctionnant partout, quel que soit son opérateur, sa banque ou son modèle de terminal NFC.

  • En France et au Royaume-Uni, le NFC commence à être utilisé à partir de 2011 et son implantation est encore balbutiante en 2012. Seules neuf villes, dont Nice, Strasbourg (précurseur), Caen, et Marseille possèdent des moyens de paiement compatibles NFC en 2012, et ce, uniquement pour les systèmes de transports en commun. En Europe, le NFC est implanté avec l'aide du secteur public qui rechigne à investir des sommes suffisantes dans son développement. Les principaux acteurs du NFC se sont regroupés par domaine d'activité pour réfléchir sur des questions telles que l’interopérabilité, le modèle économique ou la gestion de la relation client.
  • Aux États-Unis, les premiers programmes d'exploitation de la NFC sont aussi apparus en 2011, mais la pénétration du système s'effectue beaucoup plus rapidement et, déjà en 2012, de nombreux magasins et systèmes de transports en commun sont compatibles avec cette technologie. Cela s'explique par le fait que le modèle concurrentiel prédomine avec un positionnement récent d’acteurs privés, essentiellement Google, Paypal et Amazon qui ont implanté massivement cette technologie dans les smartphones, les cartes de crédit et les lecteurs de carte de crédit.
  • En Corée et au Japon, la NFC a commencé à être exploitée en 2004. Les services NFC sur téléphones mobiles sont donc très développés. Tous les magasins et tous les réseaux de transport d'une certaine importance disposent de la technologie NFC pour régler les paiements. Les opérateurs et constructeurs de mobiles jouent un rôle prépondérant.

Approche française[modifier | modifier le code]

En France plusieurs expérimentations ont été menées à partir de 2005[9], notamment à Nice, Caen et Strasbourg pour le paiement, à Rennes, Grenoble, Marseille dans le domaine des transports publics. Parallèlement les acteurs du sans contact se sont organisés pour élaborer des spécifications communes.

Associations et groupes de travail[modifier | modifier le code]

  • Les opérateurs Orange, Bouygues, SFR et NRJ Mobile se sont réunis au sein de l'AFSCM (Association française du sans contact mobile), crée en 2008, pour promouvoir les services sans contact sécurisés sur téléphones mobiles hébergés dans la carte SIM de l’opérateur (SIM based). Ils ont élaboré la marque cityzi qui vise, par une signalétique commune, à faciliter l'identification des téléphones mobiles et des services sans contact compatibles.
  • À l’occasion des expérimentations de Nice, Strasbourg et Caen, les banques ont rejoint les opérateurs mobiles dans l’association européenne payez mobile (AEPM) en octobre 2008 et ont établi des spécifications permettant l’interopérabilité des terminaux Cityzi avec les terminaux de paiement[10].
  • Un groupe de travail hébergé par le pôle de compétitivité industrie du commerce (Picom) réunissant plusieurs grandes enseignes de la distribution, a publié de son côté les spécifications "Ergonomie des services sur mobile" (Ergosum[11]) pour gérer la fidélité, les avantages clients et divers moyens de paiements (coupons, avoir, chèques cadeaux, etc.)
  • Le Groupement des autorités responsables de transport (GART) a travaillé avec l’union des transports publics (UTP) pour l’utilisation des téléphones NFC dans le domaine des transports publics[12].

L’implication de l’État et des collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

En 2008, le gouvernement a créé le Forum des services mobiles sans contact (Forum SMSC) pour fédérer les acteurs et préparer un déploiement à grande échelle des services NFC. Un projet pilote a ainsi été élaboré à Nice qui a démarré en mai 2010. Un projet qui a pour particularité d’associer quatre opérateurs mobiles et de reposer sur des mobiles NFC commercialisés (et non prêtés comme lors des précédentes expérimentations) permettant l’accès à plusieurs services (transport, paiement, visite[13]). À la suite de ce projet, le gouvernement a décidé de favoriser le déploiement national des services NFC avec la désignation de 9 territoires leaders du sans contact mobile[14] : Bordeaux en coordination avec Pessac, Caen en coordination avec la Manche, Lille, Marseille, Nice, Paris, Rennes, Strasbourg et Toulouse. Enfin, en mai 2011, dans le cadre du programme des investissements d'avenir, un appel à projets « Déploiement des services mobiles sans contact NFC », doté de 20 millions d'euros a été lancé. Sur la cinquantaine de dossiers déposés par les collectivités locales, 17 ont été présélectionnés[15] : Besançon, Bordeaux, Caen (avec Manche Numérique), Dijon, Grenoble, Lille, Marseille, Mulhouse, Nice, Reims, Rennes, Strasbourg, Toulon, Toulouse et Paris. Les projets des collectivités locales portent sur le paiement, la billettique sur téléphone mobile, la création de parcours touristiques ou encore de services en ville (par exemple, accès à la piscine, à la bibliothèque). Les projets de Caen[16], Bordeaux[17], Strasbourg[18] sont avec celui de Nice les plus avancés.

Ailleurs dans le monde[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, plusieurs acteurs privés se sont positionnés sur la NFC. Google a lancé en mai 2011 un porte-monnaie électronique baptisé Google Wallet disponible sur téléphone mobile, et notamment le Samsung Galaxy S II et le Nexus S. Le système d’exploitation pour mobiles et tablettes Android, soutenu par la firme américaine, supporte désormais la technologie NFC dans ses versions 2.3 et 2.4. Pour Google, la NFC s’inscrit dans la continuité de sa stratégie[19] visant à proposer aux annonceurs des publicités très ciblées via sa connaissance très fine des achats (et leur localisation) des utilisateurs de son porte-monnaie électronique. Plusieurs expérimentations du Google Wallet sont en cours aux États-Unis, notamment à New York et San Francisco. Google a des partenariats avec Ingenico pour le terminaux de paiement et MasterCard, côté opérateur de carte bancaire. Face à Google, les opérateurs AT&T, Verizon wireless et T-Mobile ont créé Isis[20]), une joint venture pour développer leur propre porte-monnaie électronique NFC. ISIS a passé un accord avec les opérateurs de cartes bancaires (Visa, Master Card, American Express et Discover). Salt Lake City est une des premières villes à expérimenter Isis début 2012.

En Corée du Sud, des projets impliquant la NFC sont en cours depuis 2004 avec une forte implication de l’État[21] qui a pour objectifs de faire de la Corée du Sud un leader de l’Internet des objets et de la ville intelligente. En juin 2011 une quinzaine d’acteurs – organisations gouvernementales, opérateurs mobiles, organismes de crédits, constructeurs de mobiles – ont créé sous l’égide du régulateur des télécommunications coréen, la Korea Communications Commission (KCC), la Grand NFC Korea Alliance[22] pour promouvoir la NFC. En janvier 2012, on dénombrait 5 millions de coréens dotés d’un téléphone NFC, chiffre qui devrait atteindre 20 millions en 2012[23]. De nombreux services utilisant la NFC commencent à être déployés : accès aux transports publics et taxis, paiement sur automate automatiques, information contextuelle, couponing, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Principales tendances 2012 du secteur des Technologies, Médias et Télécommunications", Deloitte, 3 février 2012
  2. "La CNIL teste les services mobiles sans contact" CNIL, 13 décembre 2010
  3. a et b (en) About the Forum, NFC Forum
  4. « La technologie NFC veut faire converger les services sur mobile », Les Échos, 8 et 9 février 2008
  5. Klaus Finkenzeller, Dörte Müller, RFID Handbook, John Wiley and Sons, 2010 [présentation en ligne], chapitre 13.4
  6. (en) [1] sur Lapotop Mag
  7. (en)Actualité du NFC en Corée, NFCWorldcom, 14 février 2012
  8. Veille sur les expériences NFC en France, Forum SMSC, février 2012
  9. Rapport de l'observatoire des villes NFC Forum SMSC, décembre 2010
  10. Présentation des spécifications sur le paiement mobile,AEPM, mai 2009
  11. Le site du pôle Industrie et commerce propose en téléchargement les spécifications Ergosum
  12. spécifications techniques et de sécurité de la billettique sur mobile NFC, Spirtech, 13/01/2011
  13. Présentation du projet Nice, ville sans contact, Ville de Nice, mai 2010
  14. Communiqué annonçant la désignation des 9 territoires leaders du sans contact mobile, Ministère de l’industrie, 11 janvier 2011
  15. Pré-sélection de 17 projets dans le cadre de l'appel "Déploiement de services mobiles sans contact NFC", Commissariat général aux investissements, 22 décembre 2011
  16. Présentation des services NFC lancés à Caen Ville de Caen, 2011
  17. Présentation des services NFC lancés à Bordeaux Ville de Bordeaux, 2011
  18. Présentation des services NFC lancés à Strasbourg Cityzi, 8 septembre 2011
  19. Le NFC, un enjeu stratégique pour Google pour passer du virtuel au réel, Pierre Metivier , 14 mai 2011
  20. Le site du consotium Isis, février 2012
  21. Les usages de la RFID en Corée du Sud Mission Économique Corée, juillet 2009
  22. La création de la Grand NFC Korea Alliance Christopher Brown NFCworld, 6 juin 2011
  23. 20 millions de coréens équipés d’un mobile NFC en 2012 NFCworld, Sarah Clark, 3 janvier 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]