Ndama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ndama
{{#if:
Taureau de race Ndama - Sogenac sprl (ex-JVL), en RDC.
Taureau de race Ndama - Sogenac sprl (ex-JVL), en RDC.

Espèce Vache (Bos taurus)
Région d’origine
Région Fouta-Djalon (en Guinée).
Caractéristiques
Taille 100 cm femelles 120 cm mâles
Robe Fauve avec extrémités plus sombres ou plus claires.
Caractère Paisible
Autre
Diffusion Afrique de l'Ouest et centrale.
Utilisation Race Bouchère.

La Ndama, ou N'dama, est une race bovine d'Afrique occidentale et centrale. Elle est trypano-tolérante et résistante à la piroplasmose transmise par les tiques, ce qui fait d'elle la seule race pouvant être élevée sans trop de problèmes en Afrique équatoriale.

Origine[modifier | modifier le code]

Un des principaux attributs du bétail indigène d'Afrique occidentale et centrale est sa trypanotolérance. Dans cette région, il y a deux grands groupes de bovins trypanotolérants, les animaux à longues cornes Hamitic (Bos taurus longifrons), représentés par les N'Dama, et les animaux à courtes cornes (Bos taurus brachyceros), qui regroupent une dizaine de races ou souches. Les N'Dama, qui se sont déployés en dehors de leur région d'origine, représentent 49,5 pour cent de l'effectif de 9,8 millions de bovins trypanotolérants, tandis que les animaux à courtes cornes, qui constituent 50,5 pour cent du total, sont restés dans leur berceau d'origine.

La Ndama est une race sans bosse et à longues cornes.
Le berceau de la race se situe au Fouta-Djalon (en Guinée) d'où elle s'est étendue dans toute la zone de l'Afrique Occidentale et Centrale : Sénégal, Mali, Togo, Burkina Faso, République démocratique du Congo, Gabon, Angola, Cameroun, Côte d'Ivoire, Ghana. Cette extension s'explique en grande partie par ses bonnes aptitudes bouchères, par sa rusticité, sa résistance au trypanosome, agent de la nagana transmise par les mouches tsé-tsé, et à la piroplasmose. Son expansion est cependant réservée à l'Afrique Occidentale et Centrale, du fait de sa faible résistance à des conditions sèches prolongées.

Elle a été introduite aux Caraïbes, où sévissent les mêmes maladies, dans les années 1800 . Elle a servi de base à des croisements avec des races européennes, notamment pour la création de la Senepol.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Bœuf de 4 ans, Sogenac (ex-JVL).

La Ndama est compacte, courte sur pattes avec une ossature fine. L'encolure est épaisse et profonde. L'arrière est large et bien musclé. Le dos est horizontal du garrot à l'implantation de la queue. La tête est courte et large, de profil droit et museau large. Les cornes font environ 60 cm et sont en forme de lyre vers le haut. Cependant un écornage à l'âge d'un mois permet d'obtenir des adultes sans cornes. La robe typique est fauve avec des extrémités pouvant être plus sombres. La race est de taille moyenne, soit 100 cm au garrot pour les vaches et 120 cm pour les taureaux.

Vache de race Ndama avec son veau Sogenac (ex-JVL)

Particularités de la race[modifier | modifier le code]

La Ndama est connue pour sa tolérance à la trypanosomiase. (Ngamuna et al. 1988; Claxton and Leperre 1991; Dwinger et al. 1992; Mattioli et al. 1993) Elle est aussi particulièrement résistante aux infections causées par les tiques.(Mattioli et al. 1995).

Elle est aussi bien adaptée aux conditions d'alternance humidité-sécheresse du climat tropical.

Évolution de la race[modifier | modifier le code]

Répartition géographique de la race Ndama

Les estimations de population par DAD-IS (2005) donnent environ 7 millions de têtes, tandis que la FAO fait mention de 9 millions de têtes, distribuées dans les pays d'Afrique Occidentale et Centrale.

Aptitudes[modifier | modifier le code]

Sevrons Sogenac (ex-JVL)

Les Ndama sont connus pour leurs excellentes aptitudes bouchères, offrant une viande savoureuse sans excès de graisse et un rendement de carcasse supérieur à 50 %.

En élevage traditionnel[modifier | modifier le code]

Un élevage traditionnel en Afrique de l'Ouest.

Une étude de SATEC, en 1973 et de la Station de Recherches Zootechniques à Kolda, en 1976 au Sénégal donne les éléments suivants :

Le poids des taureaux varie de 280 à 320 kg, celui des vaches de 219 à 237 kg.

L'âge au premier vêlage est de 3.5 ans. L'intervalle entre les vêlages est de 16 à 20 mois avec 80% des vêlages ayant lieu dans les 6 derniers mois de l'année. Le taux d'avortement varie de 10 à 20% ce qui donne un taux de vêlage de 56%. Les veaux sont sevrés à environ 12 mois et la castration, quant à elle, a lieu à 3 ans. Le taux de mortalité annuelle est de 12% en global avec 30% pour les veaux de moins d'un an, 15% pour les animaux d'un à deux ans et 5 % pour les adultes.

Les aptitudes laitières sont assez limitées. La production atteint environ 500 kg par lactation.

La production de cuir est utilisée pour la « vachette de Guinée ».

La force des bœufs est parfois utilisée pour le labour ou la traction de charrettes.

A la Sogenac sprl ex-JVL (race améliorée)[modifier | modifier le code]

La Société des Grands Élevages Ndama en Afrique Centrale (SOGENAC, ex-JVL) en RDC, possède actuellement les plus grands troupeaux de cette race avec un total d'environ 50 000 têtes.

Elle sélectionne la race Ndama depuis 1923 et a amélioré la productivité, la conformation et le poids adulte sans en affecter la rusticité.

Un schéma de sélection y est en place afin d'améliorer les critères suivants :

  • Rusticité : vêlage facile, tolérance à la trypanosomiase et résistance à la piroplasmose.
  • Fertilité des femelles : âge au premier vêlage, intervalle vêlage-vêlage
  • Valeur laitière des femelles : croissances 120-210 jours et poids au sevrage des veaux
  • Poids à 3 ans pour les femelles, à 4 ans pour les mâles
  • Conformation à 3 ans pour les femelles, à 4 ans pour les mâles

La sélection stricte, la conduite sur brûlis tournants, l'apport de minéraux, les soins vétérinaires et passages au dip ont pour effet d'améliorer considérablement les résultats par rapport à la Ndama traditionnelle :

Le poids adulte des vaches est de 260 à 430 kg et des taureaux de 320 à 560 kg. Les bœufs quant à eux sont commercialisés à l'âge de 4 ans à un poids de 300 à 400 kg.

Les génisses sont mises au taureau à 36 mois et l'intervalle entre vêlages est en moyenne de 14 mois, donnant un taux de vêlage supérieur à 80%. Les vêlages sont faciles et le taux de naissance non assistée est proche de 100 %. Le taux de mortalité annuel global est d'environ 3%.

Veau de 3 mois Sogenac (ex-JVL)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Claxton J. and Leperre P. 1991. Parasite burdens and host susceptibility of Zebu and N'Dama cattle in village herds in Gambia. Veterinary Parasitology. 40:293-304.
  • Dwinger R.H. Clifford D.J. Agyemang K. Gettinby G. Grieve A.S. Kora S. and Bojang M.A. 1992. Comparative studies on N'Dama and Zebu cattle following repeated infections with Trypanosoma congolense. Research in Veterinary Science. 52:292-298.
  • Epstein H. 1971. The origin of the domestic animals of Africa Volume I. Africana Publishing Corporation. New York. London. Munich. pp. 201-204.
  • FAO (1987). The trypanotolerant cattle populations 1983-1985. Trypanotolemi cattle and livestock development in West and Central Africa (Vol. 1). FAO. Rome.
  • Mason I.L. 1996. A World Dictionary of Livestock Breeds, Types and Varieties. Fourth Edition. C.A.B. International. 273 pp.
  • Mattioli R.C. Bah M. Kora S. Cassama M. and Clifford D.J. 1995. Susceptibility to different tick genera in Gambian N'Dama and Gobra Zebu cattle exposed to naturally occurring tick infections. Tropical Animal Health and Production 27:95- 105.
  • Maule J.P. 1990. The cattle of the tropics. Centre for Tropical Veterinary Medicine, University of Edinburgh, Great Britain. 225 pp.
  • Ngamuna S. d'Ieteren G.D.M. Itty P. Leak S.G.A. Maehl J.H.H. Minengu M Nagda S.M. Paling R.W. Rarieya J.M. Thorpe W. and Trail J.C.M. 1988. Trypanosomiasis in N'Dama cattle under village management in Zaire. In: Livestock Production in Tsetse Affected Areas in Africa. ILCA/ILRAD, Nairobi, Kenya, pp 119-124.
  • Payne W.J.A 1970. Cattle Production in the Tropics. Volume 1. Longman Group Limited London. 336 p.
  • Portar V. 1991. Cattle-A handbook to the breeds of the world. Christopher Helm Publishers.
  • Rege J.E.O. and Tawah C.L. 1999. The state of African cattle genetic resources II. Geographical distributions, characteristics and uses of present-day breeds and strains. FAO/UNEP Animal Genetic Resources Information Bulletin. 26:1-25.
  • Spencer W.P. and Eckert J.B. 1988. Estimating liveweight and carcass weight in Gambian N'Dama cattle. FAO, World Animal Review. 65:18-23.
  • Starkey P.H. 1982. N'Dama cattle as draught animals in Sierra Leone. FAO, World Animal Review. 42:19-26.
  • Starkey P.H. 1984. N'Dama cattle - a productive trypanotolerant breed. FAO, World Animal Review. 50: 2-15.
  • Touchberry R.W. 1967. A study of the N'Dama cattle at Musaia Animal Husbandry Station in Sierra Leone. Published by University of Illinois, Agricultural Experiment Station, as Bulletin 724. University of Illinois, Urbana (USA). 40 pp.
  • Hanotte O. Tawah C.L. Bradley D.G. Okomo M. Verjee Y. Ochieng J. and Rege J.E.O. 2000. Geographic distribution and frequency of a taurine Bos taurus and an indicine Bos indicus Y specific allele amongst sub-Saharan African cattle breeds. Molecular Ecology. 9(4):387-396.
  • Rege J.E.O. 1999. The state of African cattle genetic resources I. Classification framework and identification of threatened and extinct breeds. FAO/UNEP Animal Genetic Resources Information Bulletin. 25:1-25.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]