Jetée Navy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Navy Pier)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pier.
La jetée Navy.

La jetée Navy (en anglais Navy Pier) est une jetée de plus d'un kilomètre de long sur les rives du lac Michigan à Chicago aux États-Unis. Elle fut construite entre 1914 et 1916 pour la somme de quatre millions et demi de dollars et se situe dans le quartier de Streeterville (secteur de Near North Side). Elle faisait partie du plan de développement de Chicago, dit « Plan Burnham », dessiné par les architectes et urbanistes Daniel Burnham et Edward H. Bennett. En anglais, le nom officiel était alors le Municipal Pier #2 (jetée municipale No 2)[1] (soit la « jetée municipale numéro 2 » le Municipal Pier #1 ne fut jamais construit). Il était destiné à accueillir les navires des Grands Lacs et les marchandises qu'ils convoyaient grâce aux grands entrepôts construits sur toute sa longueur. Il accueillait également les passagers des navires qui proposaient des excursions sur le lac. La jetée Navy est aujourd'hui un parc d'attractions de la ville, fréquenté chaque année par plus de huit millions de visiteurs[2]. Il est inscrit depuis le 14 novembre 1977[3] sur la liste des Chicago Landmarks et depuis 13 septembre 1979 sur celle du National Register of Historic Places.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Les premiers Européens à découvrir le site de l'actuelle cité de Chicago, Louis Jolliet et Jacques Marquette, en 1673, y sont conduits tout naturellement grâce à la navigation sur les Grands Lacs. L'exploration de l'immense continent est alors bien plus aisée en profitant des voies navigables que sont les lacs et rivières. Vers 1779, Jean Baptiste Pointe du Sable est le premier colon à s'installer sur le site de Chicago. Faisant la traite des fourrures, il y est lui aussi conduit par les voies navigables et la facilité qu'elles offrent aux échanges commerciaux.

L'ouverture, en 1848, du canal Illinois et Michigan ne fait que renforcer l'importance de Chicago en tant que lieu de transit et d'échange de produits agricoles et de matières premières. Puis c'est au tour des chemins de fer de se développer à Chicago et dans le reste du pays. À la fin des années 1900, l'essor économique de Chicago prenant des proportions considérables, les autorités de la cité demandent à Daniel Burnham d'établir un plan d'urbanisation. Ce dernier prévoit la création d'un port, composé de cinq jetées destinées à accueillir marchandises, passagers et également des activités récréatives pour les habitants de Chicago.

Construction[modifier | modifier le code]

Le chantier en 1915. Photo du Chicago Daily News.

Conçu par l'architecte Charles Sumner Frost et connu alors sous le nom de Municipal Pier, sa construction débute en mai 1914[4]. Le Pier s'avance de quelque 3 000 pieds dans les eaux du lac sur une largeur de 292 pieds. Ses fondations nécessitent une attention toute particulière en raison des vagues importantes qui viendront frapper ses quais. La dalle de béton est soutenue par 20 000 pilotis de bois[1], enfoncés de 6 à 9 mètres, et par un remblai composé de roches, de glaise et de sable. un bâtiment, composé de trois sections occupe une bonne partie de sa surface. Dessiné en style néo-classique[5], sa décoration fortement symbolique est censée rappeler son appartenance aux rives du lac, par des grenouilles, massettes et autres tortues. Il est également orné du sceau de la ville, afin d'apporter un certain sentiment de fierté aux habitants de Chicago. Les deux tours qui occupent son extrémité occidentale sont destinées à recevoir deux réservoirs d'eau, d'une capacité de quelque 250 000 litres, destinés au système de protection contre l'incendie.

Situé à l'extrémité est de la jetée, la troisième section du bâtiment, est couverte d'un dôme situé à plus de 30 mètres du sol. Simplement baptisée le Hall, elle offre un large espace dévolu aux divertissements et à la vie politique locale. Le bâtiment comporte d'immenses baies vitrées en demi-cercle offrant une vue panoramique à 180 degrés sur le lac Michigan.

La jetée, ouverte au public en 1916, s'apprête à devenir un lieu offrant activités économiques et divertissement aux habitants et entreprise de la ville. Les évènements de l'époque vont cependant en décider autrement.

Changements d'affectation[modifier | modifier le code]

Les porte-avions d'entraînement, USS Wolverine et Sable amarrés à gauche de la jetée Navy pendant la Seconde Guerre mondiale.

La guerre fait rage en Europe depuis près de trois ans, lorsque le 6 avril 1917 les États-Unis entrent en guerre contre l'Allemagne. Le Municipal Pier devient alors un camp d'entraînement destiné au personnel militaire et civil de l'Armée, de la Navy et de la Croix-Rouge. Après guerre, la jetée redevient un lieu de détente et de divertissement, accueillant des carrousels et autres attractions foraines. En 1921, le maire de Chicago, William Hale Thompson, y organise une exposition intitulée Pageant of Progress (le « cortège du progrès ») qui en quinze jours accueille un million de visiteurs[6]. Elle sera la première d'une longue série d'expositions qui animeront ensuite le Pier.

Vers la fin des années 1920, les activités de la jetée commencent à décliner, les véhicules automobiles, petit à petit, remplacent le transport fluvial et le cinéma et la radio offrent de nouvelles distractions au public. En 1927, le conseil de la ville vote à l'unanimité un changement de nom, le Municipal Pier devient le Navy Pier (la jetée Navy), en l'honneur des vétérans de la Première Guerre mondiale[7].

Lorsque les États-Unis entrent en guerre le 7 décembre 1941, le Pier reprend du service et devient à nouveau un centre d'entraînement pour le personnel de la Navy et les élèves pilotes de l'aéro-navale. Les quais du Pier accueillent les porte-avions USS Wolverine et Sable sur lesquels seront effectués plus de 116 000 appontages[8]. C'est plus de 60 000 marins et 15 000 aviateurs qui seront formés grâce au Pier pendant toute la durée de la guerre. Cette période est aujourd'hui commémorée à l'extrémité de la jetée par un monument composé d'une ancre de l'USS Chicago (CA-136)[9].

Après guerre, la jetée Navy accueille, dès 1946, une partie du campus de l'Université de l'Illinois, destiné à la formation universitaire des vétérans. Le Pier reste cependant un lieu d'activités multiples destinées au public. Au début des années 1960, une série d'expositions internationales, comme la Foire internationale de 1959 (Chicago International Trade Fair), attirent la foule sur la jetée Navy. Cependant, en 1965, l'Université quitte la jetée pour s'installer sur son campus actuel du Chicago Circle[10].

Abandon puis renaissance[modifier | modifier le code]

La jetée Navy et sa grande roue

Comme par le passé, la popularité de la jetée Navy s'estompe, ses bâtiments commencent à tomber en ruine et la question de son avenir se pose. Alors que les États-Unis s'apprêtent à célébrer leur bicentenaire, le maire de Chicago, Richard Joseph Daley, ne peut rêver d'un lieu plus adapté pour y abriter les festivités. Les projets de restauration des bâtiments débutent en 1974, sous la direction de Jerome R. Butler[1], et en 1976, le Pier est en mesure d'accueillir la fête. En été 1978, c'est le premier ChicagoFest qui s'y déroule, y attirant une foule si importante qu'on se rend compte que le Pier nécessite d'importants travaux de rénovation. Ce n'est cependant pas avant 1989, lorsque la Metropolitan Pier and Exposition Authority (en) prend le contrôle du Pier, qu'ils seront entrepris. Ils se poursuivront au cours des années 1990 et coûteront plus de 200 millions de dollars.

Les attractions de la jetée comprennent le Chicago Shakespeare Theater, le Chicago Children's Museum, le Smith Museum of Stained Glass Windows, une grande roue de 46 mètres de diamètre, un cinéma IMAX, et bien d'autres. La jetée offre au public plus de 20 hectares de parcs, jardins, magasins, restaurants et autres lieux de divertissement, dont 16 000 m2 de surface d'exposition, 5 000 m2 destinés aux réceptions et 4 500 m2 destinés aux congrès et autres réunions.

Le Chicago Convention and Tourism Bureau est l'agent principal de vente pour les congrès et les foires qui ont lieu sur la jetée Navy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sinkevitch, p. 120.
  2. (en) Blair Kamin, Why architecture matters : lessons from Chicago, Chicago : University of Chicago Press, 2001, page 73. (ISBN 9780226423210)
  3. (en) « Navy Pier Headhouse and Auditorium », Chicago Dep. of Pl. and Dev., Landmarks Div.,‎ 2003 (consulté le 29 novembre 2008)
  4. Hilton, p. 157.
  5. (en) Ernest R. Alexander, Approaches to Planning: Introducing Current Planning Theories, Concepts, and Issues, Philadelphia : Gordon and Breach Science Publishers, 1992, page 23. (ISBN 9782881245114)
  6. (en) Douglas Bukowski, Big Bill Thompson, Chicago, and the politics of image, Urbana : University of Illinois Press, 1998, page 124. (ISBN 9780252023651)
  7. (en) Navy Pier in Robert MacKenna, The dictionary of nautical literacy, Camden, Maine: International Marine/McGraw-Hill 2001. (ISBN 9780071362115)
  8. 51 000 pour le Sable et 65 000 pour le Wolverine
  9. U.S.S. Chicago Anchor, City of Chicago.
  10. « University of Illinois at Chicago History - Navy Pier Campus »,‎ 2006 (consulté le 18 octobre 2008)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael D Beyard, Developing urban entertainment centers, Washington, D.C. : Urban Land Institute, 1998. (ISBN 9780874208245)
  • (en) Douglas Bukowski, Navy Pier : a Chicago landmark, Chicago : Metropolitan Pier & Exposition Authority, 1996. (ISBN 9781566631150)
  • (en) Municipal Pier in George Woodman Hilton, Lake Michigan passenger steamers Stanford, Calif. : Stanford University Press, 2002. (ISBN 9780804742405)
  • (en) « Navy Pier » in Alice Sinkevitch, AIA guide to Chicago, San Diego : Harcourt Brace & Co., 1993. (ISBN 9780156379755)
  • (en) Carl S. Smith, The Plan of Chicago : Daniel Burnham and the remaking of the American city, Chicago : University of Chicago Press, 2006. (ISBN 9780226764719)
  • (en) Mary Watters, Illinois in the Second World War, Springfield : Illinois State Historical Library, 1951-52. (OCLC 3246255)

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

41° 53′ 29″ N 87° 35′ 59″ O / 41.89139, -87.59972 ()