Navalisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un Seafire se prépare à apponter durant la Seconde Guerre mondiale.
L'avion d'entraînement embarqué T-45 Goshawk est l'exemple type d'un avion navalisé. Il tire ses origines du Hawk britannique.
Sur ce Fury vu ici en 1957 la parenté avec le Sabre saute aux yeux.
Fouga Zéphyr, version navalisée du Magister.

La navalisation est un néologisme du jargon de l'aéronautique[1]. C'est l'adaptation à un navire porte-avions ou porte-hélicoptère d'un aéronef conçu à l'origine pour décoller et se poser depuis un aérodrome[2].

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

La navalisation d'un avion nécessite l'ajout d'une crosse d'appontage, d'un crochet d'élingue pour le catapultage et, en général, le renforcement du train d'atterrissage. Un mécanisme permettant de replier tout ou partie de l'aile facilite le garage. Une protection supplémentaire de la structure et du moteur contre les embruns est utile ainsi qu'une adaptation de l'avionique.

La navalisation d'un hélicoptère nécessite l'ajout d'un crochet d'arrimage et d'un mécanisme de repliement des pales du rotor principal.

La susceptibilité électromagnétique des circuits électriques et électroniques doit être améliorée. C'est en particulier le cas des hélicoptères qui sont en vol stationnaire relatif par rapport au navire pendant les phases de décollage et d'atterrissage et restent donc longtemps à proximité des systèmes radiofréquences du navire.

Exemples d'aéronefs navalisés[modifier | modifier le code]

Cas particuliers[modifier | modifier le code]

Le Dassault Rafale M ne peut être considéré comme une version navalisée du Rafale C, puisqu'il s'agit d'une variante embarquée, conçue ab-initio[7] comme telle.

En outre la navalisation apparaît parfois également comme la certification d'aptitude d'un aéronef militaire à servir à partir d'un navire[8]. C'est notamment le cas de la majorité des hélicoptères militaires.

À l'inverse des aéronefs embarqués ont été adaptés aux opérations terrestres, notamment durant la Seconde Guerre mondiale. Le Douglas A-24, alter-égo non naval du SBD Dauntless en est un exemple criant. De même des chasseurs embarqués ont été acquis, sans modifications pour des opérations uniquement terrestres, comme les Mc Donnell Douglas F/A-18 Hornet koweïtis. De même le F-16N[9] n'est pas une version navalisée du General Dynamics F-16 mais une série de machines classiques utilisées par l'US Navy dans le rôle d'Agressors, c'est-à-dire destiné à simuler des chasseurs soviétiques.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]