Naut Aran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Naut Aran
Arties
Arties
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Catalogne Catalogne
Province Province de Lérida Province de Lérida
Comarque Flag-Val d' Aran.svg Val d'Aran
District judic. (Municipio)
Maire
Mandat
César Ruiz-Canela Nieto (CDA)
2007
Code postal 25598
Démographie
Population 1 731 hab. (2008)
Densité 7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 42′ 33″ N 0° 54′ 10″ E / 42.70917, 0.9028 ()42° 42′ 33″ Nord 0° 54′ 10″ Est / 42.70917, 0.9028 ()  
Altitude 1 276 m
Superficie 24 889 ha = 248,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Catalogne

Voir sur la carte administrative de Catalogne
City locator 14.svg
Naut Aran

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Naut Aran

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Naut Aran
Liens
Site web www.nautaran.org]
Comarque du Val d'Aran et municipalité de Naut Aran (en rouge)

Naut Aran (nom en aranais, officiellement nommé Alto Arán en castillan jusqu'en 1981 et Alt Aran de 1981 à 1985) est une commune de la comarque du Val d'Aran dans la province de Lérida en Catalogne (Espagne). Elle a été formée en 1967 par la fusion des anciennes communes d'Arties, de Salardú, Gessa, Tredòs et Bagergue. C'est la commune la plus étendue du Val d'Aran. Le chef-lieu est Salardú et Naut Aran comprend neuf « entités municipales » : Arties, Bagergue, Garòs, Gessa, Montgarri, Salardú, Tredòs, Unha et Baquèira.

Géographie[modifier | modifier le code]

Depuis la France, on accède à Naut Aran par Vielha et la route nationale N-230. Depuis le versant sud des Pyrénées et par l'est on y accède par le port de la Bonaigua (2 072 m). La station de sports d'hiver de Baqueira Beret, une des plus importantes des Pyrénées, se trouve sur le territoire de Naut Aran.

La Garonne (branche orientale) et la Noguera Pallaresa naissent au Pla de Beret, à proximité du port de la Bonaigua. La vallée de Montgarri se détache vers le nord à partir du Pla de Beret, et des sommets élevés bordent la municipalité : le Tuc de Maubermé (2 880 m), le Montardo (2 830 m), le tuc de Barlonguère (2 802 m), le Tuc de Baciver (2 644 m). Plus de la moitié des lacs aranais s'y trouve aussi, l'Estany Major, l'Estany Obago, l'Estany de Mar…

Histoire[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Longtemps agro-pastorale, l'économie est maintenant majoritairement tournée vers le tourisme et les sports d'hiver.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sanctuaire de Montgarri[modifier | modifier le code]

L'Hospital et sanctuaire de Montgarri est situé sur la rive droite de la Noguera Pallaresa, au-dessus du Pla de Beret. Étape sur une route préhistorique qui unissait l'Ariège, en France, avec le Pallars par les ports d'Orle, Gireta et Aula, de nombreux bergers y convergeaient et près de 50 000 têtes de bétail paissaient sur le Pla de Beret. Selon la légende, c'est à la suite de la découverte miraculeuse par un taureau d'une statue de la Vierge dans des fourrés, qu'une église fut construite au XIIe siècle. Il n'en subsiste qu'un vestige de mur, un arc et une colonne encastrée dans le mur nord de l'édifice actuel. Celui-ci fut bâti au XVIe siècle, avec une nef unique. Un grand oculus dans le tympan de la porte principale et des fenêtres latérales éclairent la nef. Le clocher octogonal est surmonté d'une haute flèche couverte d'ardoise. Le sanctuaire de Montgarri a été l'un des grands centres de pèlerinage et de culte marial. Il attirait des foules nombreuses[1].

Tredos[modifier | modifier le code]

Géographiquement relié au Comminges français, le Val d'Aran possède de nombreux vestiges du culte des dieux pyrénéens et des dieux romains, et assimilés, qui leur ont succédé. On a retrouvé à Tredos un buste d'Isis. Tredos possède trois églises romanes :

  • la Capella, petite et rustique, près du pont sur la Garona, une nef unique sans abside, couverte en charpente. Un bénitier est soutenu par des remplois romains, en marbre blanc.
  • La chapelle San Esteban, ancienne église paroissiale, du début du XIe siècle, ornée d'arcatures aveugles et de bandes lombardes. Le portail gothique, en ogive et en marbre blanc, est du XVe siècle. La tour et le clocher-mur auraient été bâtis par les Templiers. La nef unique est couverte en charpente et ses murs, peu épais et convergeant vers le chœur, semblent ne jamais avoir supporté de voûtes.
  • L'église Nuestra-Señora ou Mare de Deu de Cap d'Aran aurait appartenu aux Templiers et aurait abrité un hospice au XIIe siècle, sur le chemin de la Bonaigua. C'est la seule église de la vallée à être construite sur une crypte, sur l'emplacement d'un lieu de culte païen. Elle abritait jusqu'en 1936 la statue miraculeuse de la Mare de Deu de Cap d'Aran. L'église a deux portes, la principale à l'ouest et l'autre sur le mur méridional. Celle-ci servait de communication entre l'église et le couvent des moines chevaliers.

Salardú[modifier | modifier le code]

L'église Sant Andreu, du XIIIe siècle, représente la transition entre le roman et le gothique. Si le portail est roman, les fenêtres sont gothiques. Sur la façade principale, de 25 m de long, court une frise de 43 modillons sculptés représentant des têtes humaines et des animaux, considérés comme auxiliaires du diable et des sorcières. Un portique, dont les boulins de la charpente sont encore visibles, était établi entre les deux contreforts : c'est là qu'avaient lieu les grandes assemblées des représentants de la population. La façade est scandée par trois arcs aveugles et celui du portail, le premier, plus petit, à gauche du portail, les autres à droite, séparés par une colonne surmontée d'un chapiteau roman. La façade présente aussi un très beau chrisme tardif.

Le clocher, du XVe siècle, est octogonal et présente un caractère défensif, comme en témoigne la présence d'une archère. Les grandes baies ogivales du dernier étage abritent les cloches.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ana Miranda, Las iglesias del Valle de Arán, Saragosse, Mira Editores, 1996

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]