Nausicaä de la vallée du vent (film d'animation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nausicaä de la vallée du vent et Nausicaa (homonymie).

Nausicaä de la vallée du vent

alt=Description de cette image, également commentée ci-après


Logo du film[Note 1]

風の谷のナウシカ
(Kaze no Tani no Naushika)
Type Seinen
Genre Drame, Aventure
Thèmes post-apocalyptique, écologie
Film d'animation japonais
Réalisateur
Producteur
Scénariste
Studio réalisateur Studio Topcraft
Compositeur
Licence Drapeau du Japon Studio Toei
Buena Vista International
Durée 116 min
Sortie

Nausicaä de la vallée du vent (風の谷のナウシカ, Kaze no tani no Naushika?) est un film d'animation japonais réalisé par Hayao Miyazaki et sorti dans les salles japonaises le 11 mars 1984. Il s'agit de l'adaptation de son manga éponyme publié entre février 1982 et mars 1994 dans le magazine japonais Animage monthly. Le film est généralement considéré comme faisant partie du studio Ghibli même s’il est antérieur à sa création.

Il est publié dans le monde par Buena Vista Entertainment.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mille ans se sont écoulés depuis la chute de la civilisation industrielle lors des « sept jours de feu », guerre planétaire d'une incommensurable violence. L'humanité survit tant bien que mal au sein de quelques enclaves menacées par la fukai (腐海?), gigantesque forêt qui ne cesse de gagner du terrain, et dont les spores toxiques sont mortels pour la majorité des êtres vivants. Cette jungle épaisse est pourtant protégée par des insectes géants qui se sont adaptés à son environnement pollué. Les « ômus » (王蟲, Oomu?, litt. « insecte-roi ») en sont les principaux représentants, par leur taille et leur sensibilité.

La Vallée du Vent est un petit royaume agricole, protégé des spores et de la fukai par des vents marins. Sa tranquillité se trouve perturbée par le naufrage d'un immense vaisseau de l'empire tolmèque, pris pour cible par des insectes depuis une halte malheureuse dans la forêt toxique. Dès le lendemain, des troupes tolmèques envahissent la vallée, afin de récupérer sa cargaison ; elles assassinent le vieux roi Jill, et font prisonnière sa fille, Nausicaä.

Il s'avère que la cargaison correspond à un guerrier géant, descendant des colosses ayant anéanti le monde lors des sept jours de feu. Les Tolmèques veulent s'en servir, au détriment des peuples voisins à qui ils font la guerre, pour brûler la forêt toxique. Or, cela risquerait de provoquer le courroux de milliers d'ômus, et un raz-de-marée dévastateur, semblable à tous ceux qui ont annihilé, par le passé, des nations entières… Nausicaä, parvenant à s'échapper, découvre cependant que la fukai n'empoisonne pas l'environnement, mais qu'elle le purifie en drainant l'air pollué. Guidée par son amour de tous les êtres vivants, elle va tenter par tous les moyens de faire taire la guerre, sauver l'humanité et rétablir un équilibre entre l'homme et la nature.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix japonaises[modifier | modifier le code]

Voix francophones[modifier | modifier le code]

La Princesse des Étoiles (1991)[modifier | modifier le code]

La version tronquée réalisée aux États-Unis Warriors of the Wind est amputée de nombreux passages pour respecter le format de h 20 et les noms des personnages sont modifiés. La version française reprendra les modifications apportées dans ce montage et sera diffusée sous le titre La Princesse des Étoiles.

  • Marie-Laure Dougnac : Princesse Zandra (Nausicaä), un enfant, une vieille femme
  • Frédéric Girard : Seigneur Yappa, un vieux villageois, un soldat
  • Dany Tayarda : Reine Célina (Kushana), vieille femme (Obada), mère de Listel (mère de Lastelle)
  • Jean-Louis Faure : le villageois au fusil, son Excellence (Kurotawa), un homme de Martel
  • Laurent Hilling : Axel (Mito)
  • Annabelle Roux : Listel (Lastelle)
  • Pierre Laurent : Prince Martel (Asbel), un soldat de Son Excellence
  • Raoul Delfosse : Roi Zeal (Jihl), narrateur[3]

Nausicaä de la vallée du vent (2006)[modifier | modifier le code]

Doublage réalisé par Dubbing Brothers.

Production[modifier | modifier le code]

Développement du projet[modifier | modifier le code]

Plusieurs numéros spéciaux du magazine Animage, mensuel fondé en 1978 et spécialisé dans l'animation japonaise, ont été consacrés à une personnalité en particulier entre 1979 et 1981. Le journaliste Toshio Suzuki a déjà rencontré Hayao Miyazaki pour parler de Horus, Prince du Soleil[5] (太陽の王子 ホルスの大冒険, Taiyo no oji : Horusu no daiboken?) puis du film Le Château de Cagliostro (ルパン三世カリオストロの城, Rupan sansei: Kariosutoro no shiro?). Au vu de la reconnaissance dont commence à jouir l'auteur, réaliser un numéro qui lui soit consacré est devenu envisageable : ainsi sort en août Le Magicien du dessin animé, Hayao Miyazaki - Un univers d'aventure et de rêve[6].

L'équipe du magazine Animage, ayant pu découvrir certains des projets de Miyazaki lors de la préparation de son numéro, s'y intéresse vivement et cherche à l'aider à les mettre en œuvre. Elle présente ainsi en juillet une proposition de long-métrage, Sengoku Majô, à une commission de Tokuma Shoten (éditeur d'Animage), mais celle-ci la refuse. Un deuxième projet de film est alors mis sur pieds : une adaptation d'une bande dessinée de Richard Corben, Rowlf (V. F. Rolf), éditée par Rip Off Press en 1971. Elle raconte l'histoire de Maryara, fille du pays de Canis, dont le chien Rolf, transformé par un sorcier en être mi-humain, mi-animal, fait face à une invasion soudaine de troupes démoniaques[7],[8]. Rapidement, l'œuvre envisagée s'éloigne largement de l'œuvre originale, en intégrant des éléments comme la Vallée du Vent, des vers des sables, une Nausicaä en reine des goules, la fukai. Le projet est donc mis de côté par manque de fidélité. Le rédacteur en chef Hideo Ogata et l'équipe du magazine dans son ensemble encouragent pourtant Miyazaki à réaliser son propre manga, qui paraîtrait dans Animage et pourrait, à terme, être lui-même adapté en long-métrage[6].

Miyazaki accepte, mais pose certaines conditions : d'abord, mettre en suspens le manga si un anime venait à être réalisé ; lui laisser un contrôle total sur son œuvre, et ne pas exiger du manga qu'il soit spécialement conçu à être adapté en film. Le dessin de Kaze no Tani no Naushika est entamé en septembre[6], mais la progression est très lente et la parution de premier numéro repoussée d'un mois. À cela s'ajoute le travail de Miyazaki, depuis l'été 1981, sur la série nippo-italienne Sherlock Holmes (名探偵ホームズ, Meitantei Hōmuzu?) qui vient tout compromettre. Le premier épisode paraît tout de même en février 1982[9].

Environ un an plus tard, les articles consacrés à Nausicaä se sont multipliés tant dans la presse spécialisée (Comic Box) que dans les grands quotidiens nationaux[10] (Yomiuri shinbun, Tokyo Shinbun). Eu égard à un tel engouement, Hideo Ogata propose de faire à partir de la série un film pilote d'environ cinq minutes, dont on envisage bientôt la projection au Budokan lors de l'Anime Grand Prix du 23 avril 1983. Après avoir rendu visite à Hayao Miyazaki, on décide de passer à dix minutes ; mais le poids des coûts de production mène finalement à l'abandon du projet[10].

En novembre 1982, la toute récente société Tokuma Communications (filiale de Tokuma Shoten) propose de réaliser une Original Video Animation[Note 2] de trente minutes, que Miyazaki fait porter à une heure dix. Le scénario serait alors centré sur l'enfance de Nausicaä, grandissant aux côtés de son mentor Yupa et d'un bébé ômu. À nouveau, les coûts de production paraissent trop importants : impossible de rentabiliser un projet de près de cent millions de yens quand le prix public de la vidéo est de 19800 yens (environ 125 euros en 2007). On décide alors de produire un véritable film[11].

Lancement de la production[modifier | modifier le code]

Au cours du mois de février 1983, le chef de la section publicité des éditions Tokuma Shoten prend contact avec l'agence de publicité Hakuhodo et un accord est rapidement conclu entre les deux sociétés qui s'engagent à coproduire le film. La distribution du film est confiée à la Tōei en avril, qui a l'intention de le faire sortir en mars 1983[12]. Hayao Miyazaki choisit Isao Takahata comme producteur[Note 3],[13]. Enfin, à la mi-mai, on désigne le studio Topcraft pour la réalisation. Miyazaki s'attelle à l'élaboration de croquis préparatoires, au nombre de trente, et notamment à la conception du personnage principal[14]. Une vingtaine de personnes se trouvent sollicitées par lui et Takahata, auxquelles s'ajoutent des animateurs connus de la rédaction d'Animage : s'engagent ainsi Kazuo Komatsubara, Mitsuki Nakamura, Yoshinori Kanada, Osamu Nabeshima[14] et Takashi Nakamura[15].

Scénario[modifier | modifier le code]

Une première version du synopsis est finie fin mai. Elle se présente comme une succession de notes exposant brièvement le contenu de chaque scène et tient dans un premier temps sur cinq pages à peine. Il apparaît rapidement à Miyazaki, Takahata et Kazunori Itô — qui les assiste pour le scénario — qu'il y a pourtant trop de matière : pour ce dernier, si le premier synopsis est respecté, le film durerait près de trois heures. Itô en tire un scénario d'une dizaine de pages, mais Miyazaki ne peut l'examiner et donner des consignes pour sa finalisation car il doit commencer la réalisation des animations. Pour le story-board, il se base donc sur un deuxième synopsis dont il est l'auteur[16]. Quoi qu'il en soit, des coupes drastiques sont effectuées entre le manga et le scénario du film.

Dès les débuts du projet d'adaptation, Miyazaki est en effet placé dans une situation délicate : alors qu'il a déjà achevé seize chapitres du manga (sur cinquante-neuf) lorsqu'il commence à travailler sur l'animation, il doit créer une histoire cohérente sans interférer avec l'œuvre originale. Il finit par se concentrer, selon Helen McCarthy, sur l'invasion de la Vallée du Vent par les Tolmèques[17] ; lui-même déclare par ailleurs qu'il trouvait important de se concentrer sur la découverte, par Nausicaä, « du rôle réel, de la structure et de la signification de la fukai », omettant par conséquent de multiples aspects qui seront développés dans le manga[18].

Différences entre le manga et son adaptation[modifier | modifier le code]

Il est par exemple question, à un moment donné, des problèmes politiques qui agitent le royaume tolmèque, et qui sont évoqués à plusieurs reprises dans le manga : mais ils sont jugés trop complexes pour le film[15] et finalement, les tensions entre Kushana, son père et ses frères n'y seront que suggérées. De la même manière — et c'est certainement l'une des divergences les plus manifestes — les Dorks sont totalement écartés[16].

En suivant l'ordre du film, on peut noter le fait que le vaisseau tolmèque qui se crashe au début de l'histoire correspond dans le manga à un vaisseau de réfugiés de Pejite, qui fuient la guerre. Ce vaisseau est découvert dans le manga par Nausicaä et Mito alors qu'ils survolent la Mer de la décomposition à bord du Gunship ; ils tentent de le guider tous deux[19]. Ensuite, le guerrier géant n'est plus entreposé à Pejite, mais dans la Vallée du Vent, après le crash du vaisseau tolmèque ; la pierre présente dans le manga, qui servirait à le faire revivre, est ignorée.

Les vaisseaux tolmèques, dans le manga, ne font que se poser dans la Vallée du Vent ; mais cette intrusion déroge à toutes les règles de précaution élémentaires (comme la quarantaine bactériologique) et s'apparente à une véritable provocation : Nausicaä intervient alors en demandant le départ des troupes, et finit par affronter un soldat en duel singulier, avant l'interposition de Yupa[19]. Les troupes, menées par Kushana qui présente ses excuses, quittent la vallée ; le roi Jihl n'est pas encore mort — il décède à cause de la maladie dont il est affecté[19]. Intervient ensuite une divergence cruciale[19] : dans le manga, la Vallée du Vent correspond à un royaume vassal de l'empire tolmèque, alors que dans le film, il ne correspond qu'à un envahisseur extérieur, prétendument animé de nobles intentions. Le personnage de Kurotawa n'apparaît que plus tard dans le manga[19].

Dans le manga, Nausicaä se rallie aux Tolmèques afin de participer à la guerre, en vertu de l'ancienne alliance qui lie les deux royaumes. Lorsque survient l'attaque de la flotte par Asbel, le vaisseau de Kushana continue sa route vers le sud, alors qu'elle se joint à Nausicaä et Mito dans le film afin d'échapper à l'explosion de sa nef[19]. Dans le manga, Nausicaä et Asbel, après s'être extirpés de la forêt toxique, sont capturés par des Dorks : ils rencontrent le Vénérable du clan Mani, puis Nausicaä parvient à s'enfuir avec l'aide d'Asbel — dans le film, Nausicaä est capturée par des survivants de Pejite, et s'échappe grâce à des réfugiées et, à nouveau, Asbel[19].

Enfin, bien que Nausicaä soit hissée par ômus sur un tapis doré, elle n'est pas mise en danger, comme dans le film ; la « marche » des ômus ne s'arrête pas par ailleurs dès cet épisode, et le problème reste entier : Nausicaä poursuit la guerre, et la saga se poursuit sur près de 700 pages[19], jusqu'à ce qu'elle parvienne jusqu'au cœur de la ville sainte de Shuwa. Les personnages de Kushana et Kurotawa bénéficient d'un traitement psychologique bien plus conséquents dans le manga[20], tandis que de nombreux personnages font leur apparition : on peut notamment citer l'empereur dork Namuris, Chalka, Chikuku, ou encore Selm et le gardien du jardin de Shuwa.

D'un autre côté, Miyazaki décide de montrer plus en détail à quoi ressemble la vie quotidienne dans la Vallée du Vent, ce qu'il n'avait pas fait dans la première édition du manga[Note 4] afin de conserver une certaine intensité narrative[16].

Animation[modifier | modifier le code]

Les brouillons des trois premières parties du story-board — qui doit en compter quatre — sont achevées fin juillet. La première d'entre elles est prête le 1er août[16] et permet à l'équipe, qui vient de déménager dans les locaux du studio Topcraft, de s'adonner aux animations. Tsukasa Tannai, ayant déjà travaillé avec Miyazaki, vient rejoindre l'équipe le 1er novembre[22]. Cependant, la tension monte, le film étant loin d'être achevé ; plusieurs membres d'Animage viennent même donner un coup de main à partir de janvier. À la fin du mois, il ne reste toutefois plus que les animations-clefs de vingt plans sur 1 620. Les animateurs ont achevé leur part de travail début février ; le 6 du mois, la réalisation des intervalles est terminée[23].

Le budget limité, les contraintes de temps et de personnel ont conduit Miyazaki à déléguer certains aspects de l'animation, ce qu'il cherchera toujours à éviter par la suite. François Prioux note un character design approximatif — le dessin de Nausicaä changeant par exemple de plan en plan —, un certain nombre d'animations en boucle, et quelques scènes bâclées[20]

Colorisation[modifier | modifier le code]

Début février, il reste encore à achever la colorisation de 25 000 cellulo. L'épouse de Isao Takahata, autrefois coloriste chez Toei Animation, est mise à contribution. Miyazaki y participe également, en même temps qu'il s'occupe de peindre, à l'aquarelle, les motifs des six parties[24] de la tapisserie du générique d'ouverture, pour laquelle il dit s'être inspiré de la tapisserie de Bayeux et d'autres images tirées de livres sur l'histoire du monde[25],[23],[26].

Prise de vue[modifier | modifier le code]

Une partie de la photographie est confiée à des studios externes comme Takahashi pro. Tout le personnel libre se relaie pour seconder l'équipe de prise de vue, afin que la machine de tournage soit en constante activité[23].

Sortie et réception[modifier | modifier le code]

Le film est réalisé en 10 mois – de mai 1983 à mars 1984 – avec un budget d'un million de dollars US. Le film a été projeté dans 90 salles de cinéma au Japon. Avec 914 767 entrées en salle à sa sortie et 742 millions de yens[27] au box-office[5] (pour comparer[Note 5], cela équivaut à 3 301 446 $). En tête du box office américain en mars 1984 se trouve Splash et ses 6 174 069 $ de recette). Son succès permit la création du studio Ghibli en collaboration avec Isao Takahata.

La Walt Disney Company publie, le 22 février 2005 par le biais de sa filiale Buena Vista Entertainment, un DVD (zone 1) comportant la version intégrale du film, composé de la version originale sous-titrée et d'une version anglaise. Il existe deux versions DVD en France, une édition simple et une autre collector avec un DVD supplémentaire contenant une version story-board du film.

À l'exportation, l'anime fut d’abord distribué par New World Pictures et diffusé à la télévision par Home Box Office dans les années 1980 aux États-Unis sous le titre Warriors of the Wind (litt. « Guerriers du vent »). Cette version doublée en anglais ampute trente-deux minutes au film original, le re-montage donnant la préférence à l'action. Les noms des personnages ont été modifiés et l’histoire ainsi que la musique se voient plus ou moins changés. Cette version adaptée par les américains s'exporta ensuite dans le monde entier et sortit en France en VHS sous le nom de La princesse des étoiles.

De nombreux amateurs désapprouvent cette version, ainsi que Miyazaki lui-même. Suite à cela le Studio Ghibli adopta une règle stricte interdisant toute coupure de ses œuvres lors de leur adaptation. L'incident a provoqué une longue période durant laquelle l'exportation des films du Studio Ghibli furent stoppées. Il est d'ailleurs possible de trouver un DVD de cette version, commercialisé avant que Buena Vista ne ressorte la version japonaise intégrale au cinéma, puis en DVD.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Présent sur l'affiche du film lors de sa sortie en France en 2006[1]
  2. Production d'animation destinée à l'exploitation sur support vidéo sans diffusion télévisuelle ni cinématographique préalable. Voir Original Video Animation
  3. Son « producteur » habituel — officiellement son directeur de l'animation — Yasuo Ôtsuka, qui avait participé à la réalisation de Conan, le fils du futur et Le Château de Cagliostro, est pris par le film Little Nemo: Adventures in Slumberland[13]
  4. Il existe deux éditions : la première correspond à la publication, chapitre par chapitre, du manga dans le magazine Animage ; la seconde correspond à la publication japonaise d'une collection en sept volumes, reprise par les traductions internationales[21].
  5. La valeur du Yen en 1984 est de 224,75 ¥ pour 1 $

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nausicaä de la vallée du vent : affiche Hayao Miyazaki, Tomoko Kida, sur Allociné. Mis en ligne le 28 juin 2006. Consulté le 7 mai 2013.
  2. a et b Nausicaä De La Vallée Du Vent, allodoublage.com. Consulté le 8 mai 2013.
  3. Soundjata, « La Princesse des étoiles : chronique d'une véritable purge » (2), buta-connection.net'. Consulté le 8 mai 2013.
  4. Nausicaä de la Vallée du Vent, Planète Jeunesse. Mis en ligne le 30 janvier 2009. Consulté le 8 mai 2013.
  5. a et b (ja) (fr) La naissance du Studio Ghibli. Reportage d'abord diffusé le 5 juillet 1998 sur la chaine Nihon TV au Japon, puis remonté et inclus en « Bonus DVD » dans Nausicaä de la vallée du vent (Édition Collector – 2 DVD). En japonais avec des sous-titres en français. Contient des entrevues avec Toshio Suzuki. Présenté par Shinsuke Nonaka et narré par Lemase Kayumi.
  6. a, b et c L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 181
  7. Richard Corben, Rolf, sur Culture SF. Consulté le 29 avril 2013.
  8. (en) (The Story of) Rowlf, The Most Complete Comicography of Richard Corben. Consulté le 39 avril 2013.
  9. L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 182
  10. a et b L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 179
  11. L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 180
  12. L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 184
  13. a et b L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 185
  14. a et b L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 186
  15. a et b L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 187
  16. a, b, c et d L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 188
  17. Helen McCarthy 2002, p. 75
  18. On Completing Nausicaä of the Valley of the Wind, interview d'Hayao Miyazaki, juin 1994, p. 393
  19. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Marc Hairston, « Comparison of the movie and manga of Nausicaa », site de l'Université du Texas à Dallas. Printemps 1999. Consulté le 7 mai 2013.
  20. a et b François Prioux, « Kaze no tani no Mononoke », AnimeLand, no 3 (hors-série),‎ janvier 2000, p. 132 (ISSN 1283-6338)
  21. (en) Nausicaa Manga Comparison : Animage vs. Collected Volumes, page 1, Nausicaa.net. Consulté le 7 mai 2013.
  22. L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 189
  23. a, b et c L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 190
  24. L'art de Nausicaä de la vallée du vent, p. 24
  25. Nausicaä de la vallée du vent, site du Ciné-club de Caen. Consulté le 8 mai 2013.
  26. FAQ : Nausicaa de la vallée du vent, oomu.org. Consulté le 8 mai 2013.
  27. « Fiche technique de Nausicaä », sur Buta Connection (consulté le 29 avril 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]